Abdellatif Laabi.

Le poète marocain Abdellatif  Laâbi a été surpris par l’annulation de la mise à l’honneur de la littérature palestinienne programmée  en 2025 lors de la 42ème  édition du Marché de la poésie à Paris . Yves Bourdier , l’organisateur de cette manifestation qui devait se tenir autour de l’anthologie de M. Laâbi parue en 2022, a expliqué ce revirement dans une lettre adressée le 30 mai à ce dernier : «  Nous avions initialement prévu de recevoir la poésie palestinienne pour le Marché de la Poésie en 2025, autour de l’anthologie que tu avais faite chez Points.
Cependant (est-il la peine de t’en dire plus ?) la situation tragique actuelle ne permet plus d’envisager ce projet. En effet, le Marché de la Poésie se transformerait en tribune politique (et non poétique) avec des enjeux qui nous dépasseraient. Le Marché de la Poésie ne peut prendre un tel parti », at-il expliqué, Très peu convaincu par ces arguments, M. Laabi, connu pour sa sincérité et son franc-parler,  lui répond dans une correspondance datée du 1er juin  où il dit le fond de sa pensée sans fard ni détour : « J’ai pris connaissance avec stupeur de votre lettre où vous revenez sur votre décision de recevoir la poésie palestinienne en invitée d’honneur de l’édition 2025 du 42e Marché de la poésie. » Et d’ajouter : « j’estime que les raisons que vous invoquez pour justifier un tel revirement sont politiquement biaisées et moralement insupportables. Je m’attendais de votre part à plus de discernement et de courage.
Connaissant bien les poétesses et les poètes palestiniens, je dis en toute quiétude qu’ils sont plus humanistes que vous et moi. Leurs voix nous sont indispensables. Votre décision de ne pas leur laisser libre cours l’an prochain fera planer un doute sur votre bonne foi en tant qu’organisateurs du Marché de la poésie, et mettra à mal l’avenir même de ce dernier ». Devant une telle volte-face qui manque franchement de lyrisme, il y a en effet de quoi être "vers" de rage...

Les plus lus