Le film « Night Walk », œuvre du réalisateur marocain Aziz Tazi, est le premier long-métrage marocain à poser...

Le film « Night Walk »,  œuvre du réalisateur marocain Aziz Tazi, est le premier long-métrage marocain à poser pied à Hollywood, le temple du 7e art américain. Exactement chez Grindstone/Lionsgate pour une sortie en salles au printemps 2021 en Amérique du Nord.

Écrit et réalisé par Aziz Tazi, qui fait partie de la liste de Forbes Afrique des « 30 Under 30», Night Walk, sorti en 2019, sera distribué par Lionsgate Home Entertainment. Sean Stone, fils du réalisateur trois fois oscarisé Oliver Stone, et la légende du rap français La Fouine, jouent également dans ce film au budget modeste et tourné en grande partie au Maroc.

« Bien que débutant dans le cinéma Aziz Tazi qui vit à Los Frederick-James Koch, Éric Roberts, Richard Tyson et Louis Mandylor Angeles a certainement fait appel à son expérience dans la pub et la télévision pour monter et déployer des scènes d’action et des techniques de tournage de grande qualité. Mieux : avec un film qui a reçu une aide de 800.000 dirhams du CCM, le jeune cinéaste a réussi à mettre à contribution des stars hollywoodiennes comme Patrick Kilpatrick, Mickey Rourke, Ricco Ross. Le film sorti en 2019 a été tourné entre les États-Unis et le Maroc (Casa, Rabat, Marrakech, Settat). » (Cf. Le Canard Libéré N°583).

Mickey Rourke y incarne Gary, un leader néo-nazi avec un contrôle total sur ce qui se passe dans une prison ravagée par les gangs. Frank est un journaliste Occidental visitant le Moyen-Orient, où vit sa petite amie Sarah. Après un incident tragique ayant mené à la mort de Sarah, Frank est emprisonné à tort par la police corrompue et, sous la direction du leader de la prison (Mickey Rourke) et la protection de son compagnon de cellule musulman (La Fouine), il dévoile des machinations politiques des plus hauts rangs du gouvernement américain dans sa quête de justice.

Dans une interview sur Good Morning Britain, Mickey Rourke qui a à son actif un Golden Globe et un BAFTA a salué « l’enthousiasme de ce gars qui n’avait que 28 ans” et a dit à propos de Tazi: « il n’était pas terrifié à l’idée de travailler avec moi, il était juste très enthousiaste à l’idée de travailler avec moi ».

Les plus lus