Le ministre PJD des Droits de l’homme s’est arrangé pour obtenir de la part du père de feu Jamila Bichr une espèce de...

Le ministre PJD des Droits de l’homme s’est arrangé pour obtenir de la part du père de feu Jamila Bichr une espèce de certificat de paternalisme et de générosité pour tenter de se faire blanchir alors que le défaut de déclaration à la CNSS relève du pénal. Pathétique...

Empêtré dans le scandale de sa ex-secrétaire de cabinet d’avocat à Casablanca non déclarée à la CNSS,  décédée récemment après  22 ans de bons et loyaux services, Mustapha Ramid n’arrête pas, alors qu’il doit s’expliquer publiquement en rompant le silence, de pousser les membres de la famille de feu Jamila Bichr pour couvrir son forfait retentissant.  Après l’enregistrement audio mystérieux émanant d’un proche  qui le dédouane diffusé sur les réseaux sociaux, voilà arrivé le tour du père de la victime, Lahcen Bichr, d’être mis à contribution pour signer, visiblement sous la pression,  une « mise au point » en arabe légalisée, s’il vous plaît ! Du jamais vu dans les annales médiatiques et judiciaires. Une mise au point, autre incongruité, signée non pas, comme le veut la logique, par le mis en cause lui-même mais par le père de la victime qui, on l’aura deviné, a rédigé à la va vite son drôle de témoignage sous la dictée du ministre islamiste aux abois.

La date de la légalisation de ce fabuleux certificat très maladroit attire d'emblée l’attention. Le 20 juin. Soit un samedi !  L’adresse du père, quartier Jamila 5, préfecture Ben Msik à Casablanca,  affiché sur le document, laisse croire que le président de la commune, un islamiste, a ouvert spécialement le service des légalisations un jour de week-end pour sauver son ami dans la tourmente. Un mini-scandale s’ajoute ainsi au grand scandale. Mais au point où il en est, le ministre PJD des non-droits de l’Homme et des Relations avec le Parlement est prêt à tout- y compris les manœuvres les plus basses- pour tenter d’étouffer le scandale. « En tout cas, quelqu’un qui est capable d’une telle injustice sociale n’a aucun problème à s’autoriser toutes les combines pour espérer s’en tirer à bon Compte », explique un député de l’opposition.

En juriste qu’il est, l’ex-ministre de la Justice est censé ne pas ignorer que son acte relève du pénal, puni par l’article  75  du Dahir de la CNSS de 1972 qui stipule clairement que « l’employeur qui a retenu par-devers lui, indûment, la contribution ouvrière précomptée sur le salaire, est passible d’un emprisonnement de six mois à trois ans assorti d’une amende de 5.000 à 10.000 dirhams ». Il est supposé aussi savoir que l’article 23 du Dahir en question casse son très fallacieux argument invoquant le refus de feu Jamila Bichr de bénéficier de la sécurité sociale et ses prestations ( AMO, retraite,  indemnité décès  au profit de sa famille…). Or, selon cet article, l’immatriculation d’un employé à la CNSS est une obligation d’ordre public à la charge de l’employeur, qu’il ne s’agit nullement d’un acte facultatif pouvant faire l’objet d’une quelconque négociation et que nul ne peut s’y opposer , pas même le salarié !

Cette attestation très mal ficelée enfonce le ministre PJD alors qu’elle était supposée lui tendre la perche pour le sortir du gros marécage où il est tombé de tout son long. Un tel document est in fine une insulte à l’intelligence des Marocains, à la loi et au droit ainsi qu’à la mémoire de la défunte en lui portant honteusement le chapeau de son prétendu refus d'enregistrement à la CNSS !

Mustapha Ramid manque visiblement de courage politique puisqu'il continue à se taire alors qu’il est d’habitude réactif quand il s’agit de donner des leçons aux autres. Va-t-il finir par prendre son courage politique à deux mains et tirer  les conséquences de son acte gravissime en démissionnant du gouvernement ou sera-t-il encore tenté de se débrouiller un autre certificat de moralité de la part cette fois de son ami fkih Al Othmani ?

Les plus lus
CANETON FOUINEURLe coronavirus fait respirer le made in Morocco...

Suite à l’annonce du confinement général, bon nombre d’entreprises ont tiré la sonnette d’alarme. Ne pouvant se convertir au télétravail...

Sabrina El Faiz
10/4/2020
CANETON FOUINEURPourquoi il faut confiner les personnes à risque

Devant l’afflux incessant des malades touchés par le Covid-19 dans les hôpitaux, le gouvernement doit réagir...

Jamil Manar
12/12/2020
CANETON FOUINEURLa commission Benmoussa est-elle devenue une marque ?

En plein confinement, la commission Benmoussa a accordé « le label CSMD » a une foultitude d’organismes et...

La rédaction
2/7/2020
CANETON FOUINEUR L’Algérie au pied du mur...

L’affaire de El Guergarat, qui a révélé au grand jour le vrai visage du Polisario, a fait sortir Alger du bois...

Jamil Manar
26/11/2020