Jamil Manar
9/3/2023 11:35
Mostafa Bouderka, premier vice-président de la commune d'Agadir.

Premier vice-président de la commune d'Agadir dont le président est Aziz Akhannouch, Mostafa Bouderka est la cheville ouvrière de la...

Premier vice-président de la commune d'Agadir dont le président est Aziz Akhannouch,  Mostafa Bouderka  est la cheville ouvrière de la mise à niveau urbaine de la ville et de sa mue qui sont sur la bonne voie. Entretien.

Le Canard Libéré : Cela fait près d’un an et demi qu’une alliance dirigée par le RNI a pris les rênes de la ville d’Agadir. Quel bilan d’étape dressez-vous de votre action?


Mostafa Bouderka : Nous avons pris les rênes de cette ville alors que le train du développement urbain a déjà été lancé en 2020 par Sa Majesté que Dieu le glorifie. Nous avons alors fait de ce programme, ambitieux et structurant pour Agadir, notre première priorité. A commencer par les engagements financiers des deux premières années 2020-2022 qui n’ont pas encore été honorés (Il est à rappeler que notre commune contribue dans ce programme à hauteur de 32%). Comme les canaux classiques de financement n’auraient pas pu suffire à débloquer cette situation, nous avons convergé nos efforts, au niveau du conseil, afin de trouver des solutions de financement innovantes. C’est ainsi que la commune d’Agadir devint la première commune territoriale à réussir, avec succès, une émission obligataire à l’échelle nationale. L’opération qui a permis de lever 1 milliard de DH par voie de placement privé auprès d’investisseurs institutionnels nationaux et internationaux, nous a permis d’honorer nos engagements, dans le PDU, pour les deux premières années.

Et afin de bien remplir notre rôle dans la chaîne de valeur du PDU, en tant que Conseil municipal,  nous avons travaillé sans relâche, aux côtés de nos collègues des autres institutions et des SDL pour solutionner tout problème relatif au foncier ou autre, afin de maintenir la cadence qui permettra de livrer les projets  dans les délais impartis.  

Par ailleurs, cette période fut aussi pour nous l’occasion de dresser un diagnostic plus exhaustif des besoins de la population. Cette étape était primordiale, avant d’entamer notre préparation du Plan d’Action Communal 2022-2027.

Pour ce faire, nous avons organisé des rencontres qui nous ont permis d’écouter  plus de 1 000 citoyens et plus de 100 associations de la société civile à travers tout le territoire de la commune.  Par ailleurs, et dans le même cadre, nous avons tenu 13 réunions thématiques avec les forces vives de la ville et les organisations partenaires.

Nous avons été plutôt satisfaits et rassurés du bilan de ce diagnostic participatif.  Car nous avons non seulement réussi notre exercice démocratique, mais nous avons aussi trouvé que la plupart des demandes convergent parfaitement avec la vision de notre conseil pour la ville d’Agadir.


Les projets de mise à niveau d’Agadir, qui sont au cœur du PDU, sont-ils sur la bonne voie?


D’emblée, vous pouvez constater que la ville est en train de se métamorphoser. Ce n’est pas juste une impression.  Agadir est en pleine mutation. Aménagement des grandes avenues et de la voirie de proximité, Bus à haut niveau de service (BHNS), renforcement de l’éclairage public, espaces verts, terrains de proximité, infrastructures culturelles et sociales, etc. Après seulement 34 mois du lancement du PDU, pas moins de 23 grands projets sont déjà achevés et plusieurs autres seront livrés dans les prochains mois. Par ailleurs, notre Plan d’Action Communal 2022-2027 viendra compléter le PDU en accordant une attention particulière aux quartiers sous équipés à savoir, l’aménagement de la voirie de proximité, la mise à niveau des centres socioculturels et sportifs et l’animation urbaine.

Ceci dit, les chantiers de la ville sont réellement sur la bonne voie aussi bien côté qualité des travaux que délai de livraison pour les secteurs concernés.


Agadir est devenu en effet un  chantier à ciel ouvert depuis votre arrivée en septembre 2021.

Quels sont les projets que vous jugez prioritaires et déterminants dans la transformation de la ville?


A vrai dire, nous estimons que tous les chantiers entamés aujourd’hui à Agadir, sont d’une importance vitale pour la ville, car il s’agit du basique, de l’essentiel. Il s’agit tout d’abord de garantir le minimum pour assurer une bonne qualité de vie tout d’abord, pour les Gadiris. Ce qui ne nous empêche nullement de mettre le paquet sur les projets susceptibles de rehausser l’attractivité de la ville en vue de contribuer à son essor économique.

Le volet culturel est un élément essentiel dans le dispositif de la transformation urbaine d’Agadir. D’où la mise à niveau des centres culturels, la création de l’école des beaux-arts, des musées et du grand théâtre ainsi que l’organisation de manifestations culturelles de taille pour attirer des visiteurs nationaux et internationaux. L’aménagement des salles couvertes, piscines olympiques et terrains de proximité vont enrichir l’offre d’animation sportive de la ville. En revanche, la création d’une cité olympique autour du grand stade Adrar permettra de promouvoir le sport d’élite et d’encourager le tourisme sportif. Par ailleurs, la réhabilitation de la Casbah d’Agadir Oufella et l’aménagement de la zone touristique vont dans notre vision contribuer essentiellement à booster le tourisme domestique et international. D’autres paramètres entrent en ligne de compte  pour améliorer la qualité de vie en mettant en valeur les qualités  de la ville.  La réhabilitation des souks et marchés, notamment Souk Elhed, les souks de Talborjt, Tikiouine et Anza, ainsi que les marchés de proximité est tout aussi essentielle.  S’agissant des espaces verts, nous ambitionnons d’augmenter la superficie par habitant par l’aménagement des parcs et ceintures vertes de proximité et de la forêt urbaine qui seront arrosés par les eaux usées traitées. Dans ce même cadre, nous comptons déployer une stratégie en matière de gestion des déchets pour maintenir un état de propreté irréprochable, tout en gardant, une exception à l’échelle nationale, la gestion directe de ce service dans le giron  la commune.


Agadir regorge d’attraits et son potentiel touristique est immense, un littoral magnifique et un arrière-pays exceptionnel.   Comment voyez-vous les synergies entre le conseil de la ville et le CRT pour une meilleure exploitation de ces atouts ?


Le Conseil Régional du Tourisme (CRT) est notre partenaire stratégique en ce qui concerne l’animation de la ville. Cette bonne synergie nous permet déjà d’organiser depuis plusieurs années une manifestation culturelle de grande envergure. Il s’agit du concert pour la tolérance qui contribue à la promotion de la ville auprès d’un très large public international. Pour notre part, nous ambitionnons d’organiser, chaque année, 5 évènements culturels et artistiques de marque, à l’instar du Timitar et du concert pour la tolérance, en vue d’animer davantage la ville et séduire de nouveaux touristes.


La ville d’Agadir a-t-elle les moyens de ses ambitions côté financement ?


Il faut noter que la commune dégage une moyenne annuelle de 200 millions de DH d’excédent budgétaire.

Par ailleurs, nous avons entamé un grand travail en matière de rationalisation des dépenses et d’amélioration des recettes dont nous récoltons déjà les fruits. Cependant, nous estimons qu’entre le PDU et le PAC, la commune va enregistrer des recettes annuelles en hausse à hauteur de 7 à 8%. Nous sommes à la fois déterminés et confiants.

Le Plan d’Action Communal 2022-2027 expliqué par M.  Bouderka

«  Le Plan d’Action Communal (PAC) est le fruit de plusieurs mois de séances de  consultations de la population et de concertation avec les  forces vives du territoire d’Agadir. Ce diagnostic participatif nous a permis de cerner mieux les attentes des uns et des autres que nous avons prises en compte dans notre plan d’action pour la période 2022-2027 qui a mobilisé un budget de 2,7 milliards de DH.

« Faire d’Agadir une métropole attractive, moderne et ouverte sur ses citoyens et un modèle de transition durable et intelligente » Telle est notre vision pour la ville d’Agadir que nous avons déclinée en : 4 dimensions, 12 axes, 48 volets, le tout résumé dans un diagramme que nous avons baptisé «la roue du développement».

Si je dois synthétiser notre PAC  en 4 points essentiels, je citerai:

• Un territoire attractif, et inclusif par l’amélioration de l’offre sportive et culturelle qui inclut infrastructures et animation 365 jours.

• Une infrastructure urbanistique moderne qui couvre tout le territoire de la ville avec une mobilité multimodale et inclusive. Avec la création de nouveaux centres urbains en vue de renforcer les infrastructures de proximité pour une vraie équité territoriale.

• Une ville durable et intelligente ; tournée vers le futur, qui privilégie les initiatives co-responsables et promeut les nouvelles technologies.

Une assemblée ouverte sur son environnement avec un mode de gouvernance responsable, des finances équilibrées et une communication transparente.

Les plus lus
CANETON FOUINEURLe Covid-19 fait des siennes / La courbe s'envole, le gouvernement s'affole

Le gouvernement islamiste doit faire face à une triple urgence: économique, sociale et sanitaire. Un plan de relance...

Jamil Manar
25/6/2020
CANETON FOUINEURLes nouveaux pestiférés

Les Marocains coincés à l’étranger et rapatriés au bercail entre le 14 et 23 décembre 2021 depuis le Portugal, la Turquie et les Émirats...

La rédaction
5/1/2022
CANETON FOUINEURMorts à l’étouffée

Depuis son apparition en décembre 2019 en Chine, le coronavirus a révélé au grand jour plein de vérités sur tous les plans en les ...

Jamil Manar
2/5/2020
CANETON FOUINEURLes raisons d’une visite

Le ministre français de la Justice est reparti avec un nouvel accord signé par les autorités marocaines où elles s’engagent à accepter...

Jamil Manar
10/12/2020