La rédaction
15/12/2021 21:58
Annalena Baerbock, ministre des Affaires étrangères.

Se dirige-t-on vers un réchauffement des relations maroco-allemandes après le coup de froid qu’elles ont chopé en mars 2021 et qui s’est traduit par un gel des voies diplomatiques entre les deux pays ? En cause, la position de Berlin jugée hostile par Rabat sur le dossier du Sahara marocain, suite à la reconnaissance par les États-Unis de la souveraineté du Royaume sur ses provinces de sud. L’Allemagne a un nouveau chancelier depuis le mercredi 8 décembre. Exit Angela Merkel dont le successeur Olaf Scholz dirige une coalition gouvernementale composée par les sociaux-démocrates, les libéraux et les verts. Après plusieurs appels du pied émanant de l’ancienne équipe au pouvoir et qui sont restés suite, les nouveaux dirigeants allemands, qui tiennent à tourner la page de cette tension, sont revenus à la charge par voie de communiqué. Émanant du ministère des Affaires étrangères dirigé par la co-leader des Verts, Annalena Baerbock, il qualifie le plan d’autonomie pour le Sahara marocain de « contribution importante » pour la résolution de ce conflit.

« La position du gouvernement fédéral à ce sujet n'a pas changé depuis des décennies. L'Allemagne soutient l'envoyé personnel dans ses efforts visant à trouver une solution politique juste, durable et mutuellement acceptable sur la base de la résolution du Conseil de sécurité 2602 (2021). Le Maroc a apporté une contribution importante à un tel accord en 2007 avec un plan d'autonomie », poursuit le communiqué qui met en exergue l’importance du Maroc dans tous les domaines. « Le Royaume du Maroc est un pont important entre le Nord et le Sud à la fois politiquement, culturellement et économiquement - le pays est un partenaire clé de l'Union européenne et de l'Allemagne en Afrique du Nord. L'Allemagne et le Maroc entretiennent des relations diplomatiques depuis 1956 ». En matière économique, l'Allemagne occupe la 7ème position dans les échanges commerciaux en 2019, comme l’a rappelé le communiqué.  Difficile après un tel témoignage fort et sans équivoque de la diplomatie allemande de continuer à snober la première puissance économique de l’Union européenne. Le ministre marocain des Affaires étrangères Nasser Bourita sortira-t-il de sa bouderie ?

Les plus lus
L’ENTRETIEN À PEINE FICTIFIl y a le peuple, les ministres et moi

Une équipe du Canard s’est invitée chez le chef du gouvernement qui la reçoit, masqué et les mains gantées,...

Saliha Toumi
28/7/2020
CANETON FOUINEURDémolition de la villa Mauvillier / Nouveau coup de massue sur la mémoire de Casablanca

C’est l’histoire d’une métropole dont le patrimoine n’arrête pas d’être assassiné par une rapacité immobilière...

Sabrina El Faiz
19/6/2020
CANETON FOUINEURDeux variants et une mutation ministérielle !

Deux cas confirmés de contamination au variant indien du nouveau coronavirus (Covid-19) ont été enregistrés à Casablanca,...

La rédaction
5/5/2021