Le Maroc opte pour le traçage numérique du coronavirus. Le projet est ambitieux mais il n’est pas facile à exécuter sur le terrain...

Le Maroc opte pour le traçage numérique du coronavirus. Le projet est ambitieux mais il n’est pas facile à exécuter sur le terrain, susceptible qu’il est de se heurter à une série de problèmes d’ordre technique, juridique et culturel…


Le Maroc a décidé de lancer un appel à manifestation d’intérêt  pour le développement  d’une application pour smartphone de traçage numérique des contaminations au coronavirus. Ce dispositif, déjà mis en place avec succès en Chine, Corée du Sud et Singapour où il a permis de freiner la propagation du virus, est présenté par l’OMS comme  une bonne réponse technique à la pandémie qui continue sa conquête meurtrière de la planète.

A cet égard, l’OMS formule trois principales recommandations : identifier de manière précoce et rapide les personnes potentiellement exposées à des patients  dont l’infection au Covid-19 est confirmée sur la base de son historique de localisation, organiser les tests de dépistage en masse (tests gratuits, tests au volant)  et mettre à l’isolement les malades  avec  obligation  d’autoconfinement même en cas de symptômes légers tout en continuant à respecter la distanciation sociale de rigueur.

Taille critique

Tracking des malades, ciblage des populations à haut risque via les tests de dépistage et la préparation progressive du déconfinement, telles sont les piliers de la nouvelle stratégie marocaine qui devrait se déployer sur le terrain le 30 avril 2020 pour lutter contre l’expansion du Covid-19  qui fera bientôt 2.000 infectés sur tout le territoire avec une prépondérance de la région Casablanca-Settat.

Mais quel est l’apport concret de cette solution ?  

« Il s’agit via cette application d’alerter les individus qui ont été en contact avec un patient testé positif afin qu’il puisse se faire tester soi-même, et si nécessaire d’être pris en charge rapidement ou de se confiner lui-même», explique une source proche du dossier. L’application s’appuiera soit  sur  la géolocalisation soit la technologie  sans fil Bluetooth, capable de détecter si un autre téléphone mobile doté de cette même application se trouve à proximité immédiate. Sur le papier (voir schéma), la mise en œuvre de l’application  a l’air facile, comme un jeu d’enfant.  

Mais  le projet n’est pas facile à mettre en pratique  sur le terrain, susceptible qu’il est de se heurter à une série de problèmes essentiellement d’ordre technique. Tout d’abord, ce ne sont pas tous  les Marocains qui possèdent un smartphone.

Et puis, un tel outil  ne peut être déployé  que sur la base du volontariat et son efficacité réelle  est tributaire du nombre de ses usagers qui doivent nécessairement atteindre une taille critique. Ce qui est loin d’être acquis d’avance. A cette difficulté s’ajoute une autre non moins sérieuse : le contexte socio-culturel du pays n’est pas très homogène (ignorance, analphabétisme, défaut de maîtrise des nouvelles technologies par le grand nombre). Ces facteurs peuvent compromettre les chances de  réussite du pistage numérique. Par ailleurs, les solutions de suivi numérique  sont loin d’être la panacée. Elles ne viendront pas seules à bout du virus, leur utilité étant de permettre aux personnes d’être vigilantes sans abandonner les gestes barrières de rigueur. Le même dispositif est à l’étude en France où il fait polémique, considéré par une bonne partie de la population comme une menace des libertés publiques. Pour rassurer les citoyens, les responsables proposent  un outil  basé sur le volontariat capable d’être désinstallé à tout moment avec des données anonymes, de telle sorte qu’il est impossible de savoir qui a infecté et par qui. Au Maroc, pas de crainte ni de débat à ce niveau-là. Le tracking passera comme un courriel dans une boîte mail…

Les plus lus
CANETON FOUINEURBig Brother à Comdata (suite)

L’article intitulé « Big Brother à Comdata », paru dans l’édition n° 621, a valu au Canard une petite mise au point...

La rédaction
22/10/2020
CANETON FOUINEURRabbah : Opération débranchement

Après avoir perdu il y a quelques mois la production de l’énergie au profit de Masen dirigé par Mustapha Bakkoury, le ministre PJD vient de

La rédaction
13/3/2020
CANETON FOUINEURUn aigri du RNI s’agite depuis le Canada / Les gesticulations d'un desperado

Depuis quelque temps, le RNI est la cible d’attaques perfides et diffamatoires émanant d’un faux militant en rupture...

La rédaction
10/9/2020
CANETON FOUINEURQui a peur de Hicham Aït Menna ?

La nouvelle bête noire des rajaouis, l’homme à abattre, c'est lui. Le président du Sporting Club Chabab (SCC)...

Jamil Manar
1/10/2020