La rédaction
8/10/2020 15:06
Casablanca sous la menace d’un reconfinement ...

Les indicateurs du covid-19 dans la capitale économique se dégradent de jour en jour. Sans que les responsables...

Les indicateurs du covid-19 dans la capitale économique se dégradent de jour en jour. Sans que les responsables ne trouvent la parade pour juguler l’épidémie...

Les enfants qui tirent leurs cartables à l’entrée ou la sortie de l’école ou qui montent ou descendent des véhicules de transport scolaire… Ces scènes bon enfant et attendrissantes sont de retour à Casablanca depuis lundi 5 octobre. Le retour à la vraie école, celle de l’apprentissage, de l’interaction et de l’épanouissement, a été vécu comme un pur bonheur par les écoliers et un grand soulagement par les parents.

Mais ces belles retrouvailles risquent d’être remises en cause à tout moment en raison de la situation épidémiologique jugée inquiétante de la plus grande ville du royaume qui n’arrête pas de donner des maux de tête aux autorités de la métropole. La courbe des contaminations (un nouveau record de 1139 cas enregistré le mercredi 7 octobre) ne baisse pas et les lits de ranimation sont sous pression permanente. Casablanca a du mal à combattre l’épidémie  malgré le bouclage de certains quartiers jugés à risque et l’adoption depuis le mois d’août d’une batterie de mesures restrictives ( fermeture des salles de sport et des hammams), l’adoption des cours à distance pendant un mois et la fermeture des commerces à 20 heures et des restaurants à 22 heures.  Sans oublier la mobilisation il y a quelques semaines de nouveaux moyens logistiques et humains par le ministère de la Santé dans l’espoir de réduire le nombre des contaminations journalières. En vain.

La hausse du nombre de cas s’explique aussi par l’accélération du rythme des dépistages et la recherche des personnes contact.  Résultat : La capitale économique mène toujours la course en tête avec près de 40% des infections à l’échelle nationale, soit autour de 1 000 cas par jour en moyenne.  Les responsables de la ville (autorités locales et sanitaires) ne savent plus quoi faire pour casser la chaîne des contaminations dans une métropole marquée par une forte concentration de la population et une mobilité intense.Difficile dans ces conditions d’agir sur des facteurs qui sont inhérents au statut industriel d’une ville qui concentre plus de 50% de l’activité économique du pays avec tout ce que cela implique comme agitation urbaine, promiscuité et  aussi ignorance, inconscience et irresponsabilité. Un cocktail explosif qui contribue à la circulation du virus et à sa propagation.

Un reconfinement de Casablanca n’est certainement pas une bonne idée. Synonyme de paralysie de l’activité et l'aggravation de la précarité sociale, l'enfermement ne garantit pas en plus le recul des contaminations. Le confinement c’est juste l’activation du mode pause du virus et sa réactivation au moment du déconfinement. C’est pour cela qu’il faut trouver d’autres solutions pour gérer la situation sur le terrain de telle sorte que les services de réanimation ne soient pas débordés et que les indicateurs de la maladie ne se dégradent pas davantage. Certaines voix appellent en privé à la mise en place d’une approche autoritaire, semblable à celle déployée par le wali de Tanger Mohamed Mehdia. Une approche qui a permis à cette ville placée il y a quelques mois en alerte rouge de faire baisser le nombre des contaminations de manière considérable.

Les plus lus
CANETON FOUINEURFaut-il rester les bras croisés ?

Les milices du Polisario continuent à faire la loi dans le poste-frontière de Guergarat en perturbant la circulation...

La rédaction
12/12/2020
CANETON FOUINEURPourquoi le Maroc a peur...

Sans en expliquer les raisons, les autorités marocaines continuent à entretenir le secret autour de la date la...

Jamil Manar
2/7/2020
CANETON FOUINEURYuka fait mouche

La Fédération française des industriels charcutiers traiteurs (Fict) est en colère. Début octobre, elle a envoyé une mise en demeure à...

La rédaction
3/12/2020
CANETON FOUINEURLes partenaires font bouger les lignes…

L’adoption d’une déclaration pour la convention collective dans l’offshoring au Maroc annonce une nouvelle ère...

Ahmed Zoubaïr
15/7/2021