CANETON FOUINEUR

Nouvelle intoxication alimentaire à la charcuterie industrielle à Casablanca

Ce poison délicieux nommé mortadelle...
Jamil Manar
18/11/2020 0:45

Bien des citoyens se délectent sans trop essayer de savoir ce qu’il y a dedans du fameux « cacher» qui sert à...

Bien des citoyens se délectent sans trop essayer de savoir ce qu’il y a dedans du fameux « cacher» qui sert à mitonner des sandwiches et  à agrémenter les pizzas , omelettes et autres plats. Une famille a failli y laisser la vie en consommant du luncheon en conserve. Explications.  

Deux enfants en bas âge et leur maman ont failli récemment  passer de vie à trépas.  Vomissements, diarrhées,  fatigue, jambes qui flanchent, fièvre,  maux de tête. On dirait les symptômes du Covid-19. Le père qui crut à une contamination au virus accourt affolé vers l’Institut Pasteur pour leur passer le dépistage PCR. Les tests se révèlent négatifs. Ni lui, ni  ses enfants, ni sa femme ne sont contaminés. Entretemps, l’état de l’aîné, 8 ans,  qui n’a rien avalé depuis deux jours faute d’appétit, se détériore dangereusement. La fièvre ne baisse pas. La déshydratation menace.

Admis en urgence dans la clinique Atfal, les deux garçons subiront des analyses biologiques qui  concluent, elles, à une intoxication alimentaire provoquée par « l’ingestion de la mortadelle ». La mort-adelle ! Le papa se souvient du coup d’avoir acheté il y a quelques jours dans une grande surface une boite de 1,400 kg du Luncheon en conserve fabriquée par une entreprise marocaine qui commercialise aussi les produits laitiers. La famille en a consommé dans des sandwichs à plusieurs reprises. Pas de doute, l’origine du mal vient de là. De cette charcutaille industrielle qui encombre les rayons alimentaires des supermarchés et autres épiceries, laiteries et boucheries du pays. Une partie de la population en raffole et la consomme essentiellement, à la maison, dans les cafés ou les laiteries sous forme de sandwichs, dans les omelettes ou les pizzas. Il faut dire que la charcuterie est irrésistible, tellement goûteuse qu’elle trouve des adeptes parmi un public large, issus essentiellement des milieux défavorisés  qu’il ne cherche pas à savoir ce qu’il y a dedans. L’essentiel c’est que cette nourriture de la masse est délicieuse et bon marché.  Un morceau de mortadelle à la dinde ou au bœuf  avec du fromage dans un bout de pain  avec un verre de thé ou de lait et le ventre est plein.

Or ces délicieuses tranches de charcuterie cachent une flopée d’additifs néfastes pour la santé que peu de consommateurs prennent la peine de lire. Énumérons la composition du luncheon-poison à l’origine de l’intoxication alimentaire. En plus de la « viande de bœuf, viande de dinde et foie de volaille, eau, fécule, sel, nitrité, épices, extrait d’épices, arômes, stabilisants ( polyphosphates), dextrose, exhausteur de goût  ( glutamate de sodium), antioxydant ( acide ascorbique, lactate de sodium, colorant naturel). Mais à moins d’avoir être instruit et versé dans la chimie, il est difficile pour le consommateur lambda de savoir ce que signifie  ces substances aux noms barbares désignés souvent sur les étiquettes sous des composés chimiques ( voir encadré).  Ces produits transformés, issus généralement de la viande séparée mécaniquement (VCM), un procédé interdit par l’Union européenne mais pas par le Maroc , sont dangereux. Ce qui est certain et que dénoncent régulièrement par divers rapports scientifiques, c’est qu’ il y a un lien direct entre certains cancers comme celui du colorectal et la consommation de la charcuterie industrielle bourrée d’additifs pour une addition santé très lourde…

A bannir de votre assiette

Néfastes pour la santé, les additifs, utilisés par les industries de transformation pour rendre délicieux leurs produits tout en les conservant plus longtemps, ne font pas bon ménage avec une alimentation saine.

1. Les colorants artificiels

Grâce aux colorants artificiels, la charcuterie a une belle couleur et les bonbons couleurs attirantes.. L’objectif étant de rendre les produits industriels plus appétissants. Or, les colorants artificiels signalés sur les étiquettes par les codes E100 à E199  sont synonymes d’ hyperactivité, maux de tête, insomnies, troubles de la vision et  risques de cancer.

2. Le glutamate de sodium

Le glutamate de sodium (ou monosodique, ou MSG, désignés E621 à E625 sur les étiquettes) est une substance chimique dont le rôle est de relever le goût des plats préparés, des biscuits salés ou sucrés, des sauces industrielles...

Cet additif  est néfaste pour la santé car il perturbe les hormones qui régulent notre appétit. En d'autres termes, il crée une dépendance vis-à-vis  du produit qu'on mange ! Sans compter qu'il fait grimper la glycémie, favorisant le diabète et peut même causer un vieillissement prématuré du cerveau.

3. Le nitrate de sodium

Le nitrate de sodium est un additif alimentaire utilisé surtout dans les charcuteries, viandes, fromages et poissons industriels.  Cette substance permet de  conserver plus longtemps le produit transformé.  Or une consommation excessive de nitrate de sodium peut entraîner un certain nombre de désagréments de santé comme l'asthme, l'hyperactivité, les insomnies, les vertiges, les baisses de tension, les nausées, et certains cancers.

4. Les gras trans

Les acides gras trans (matières grasses partiellement hydrogénées), employées dans les pâtisseries et  autres viennoiseries industrielles, sont néfastes pour l'organisme. La danger réside dans leur  impact très négatif sur le taux de cholestérol et favorisent le risque de maladies cardio-vasculaires.

5. L’hydroxytoluène butylé

Ce nom imprononçable  est un antioxydant de synthèse qui n’est ni sain ni naturel ! Et en effet, cet additif alimentaire utilisé aussi bien dans la confection des plats industriels que dans celle de leur emballage  est potentiellement dangereux pour la peau (risques d'allergies) et potentiellement cancérigène.

6. Les édulcorants artificiels

Ils sont très appréciés les édulcorants artificiels (aspartame, sucralose, cyclamate, neotame, saccharine, composés E950 jusque E968 sur les étiquettes. Pourquoi? Car ils donnent un bon petit goût sucré aux produits transformés «sans sucre » ou « allégés en sucre ». Ce qui donne  au consommateur l’impression de se faire plaisir à faible teneur calorique. Attention : les édulcorants artificiels peuvent provoquer des fatigues chroniques, des migraines, et même des maladies dégénératives comme Alzheimer ou Parkinson.

7. Le benzoate de sodium

Le benzoate de sodium (E211 sur les étiquettes) est un additif alimentaire qui permet de conserver plus longtemps et sans bactéries les sodas, les tartes, ou les confitures indsutrielles. Malheureusement, cet agent de conservation est réputé affaiblir le système immunitaire, et peut entraîner chez l'adulte des irritations oculaires, de l'asthme, des troubles digestifs, des troubles du comportement, des insomnies...

8. Le sirop de glucose-fructose

Cet additif alimentaire, également connu sous le nom de « sirop de maïs à haute teneur en fructose », est un concentré de sucre que les industriels utilisent notamment dans les biscuits

Le danger de cette substance provient du fait qu’elle est mal identifiée par notre corps et agit à la hausse sur le taux de glycémie. Bonjour les risques de diabète et à long terme des dommages au niveau du foie.

Les plus lus
CANETON FOUINEURRabbah : Opération débranchement

Après avoir perdu il y a quelques mois la production de l’énergie au profit de Masen dirigé par Mustapha Bakkoury, le ministre PJD vient de

La rédaction
13/3/2020
CANETON FOUINEURLa planète en mode pause: Covid-19, virus ou anticorps ?

Le coronavirus a les allures d’une réaction épidermique d’une Terre exténuée, soumise à une rapine à grande échelle par un capitalisme...

Abdellah Chankou
28/3/2020
CANETON FOUINEUR La rentrée scolaire 2020-2021 tourne au psychodrame / Amzazi mis au piquet !

Entre les cours à distance préconisés par l'Éducation nationale comme principal mode d'apprentissage...

Ahmed Zoubaïr
26/8/2020
CANETON FOUINEURPause dans les dépenses de haute futilité

Les Marocains dépensent moins que d’habitude, état d’urgence sanitaire oblige. Fini les sorties au restaurant et les week-ends détente ...

Jamil Manar
16/4/2020