Laïla Lamrani
21/2/2024 23:58
Une colère insensée contre la tomate marocaine, belle et pacifique…

Quand les agriculteurs français et espagnols sont en colère, ils se vengent contre les produits agricoles marocains, érigés en...

Quand les agriculteurs  français et espagnols sont en colère, ils se vengent contre les produits agricoles marocains, érigés en bouc-émissaires d'une agriculture européenne en mal de compétitivité pour des raisons européennes.

Plusieurs camions en provenance du Maroc chargés particulièrement de tomate,  comme le montrent des vidéos circulant sur les réseaux sociaux,  ont été pris d’assaut ces derniers temps sur les autoroutes françaises  et espagnoles avant que la cargaison  ne soit déversé sur la chaussée  et piétiné. Ces assaillants, dont le  mouvement de protestation a traversé toute l’Union européenne, ciblent particulièrement la tomate marocaine qu’ils considèrent comme le symbole de leurs difficultés qu’ils ont dénoncées auprès de la commission européenne en bloquant la majorité des axes routiers.
La Confédération marocaine de l’agriculture et du développement rural (COMADER) a exprimé  son inquiétude face à cette situation. «Nous exprimons notre inquiétude suite aux attaques récurrentes et infondées dont les produits marocains font l’objet ainsi que la stigmatisation médiatique dont les agriculteurs marocains sont les victimes collatérales», a indiqué la confédération dans un   communiqué rendu public récemment. L’instance dirigée par Rachid Benali rejette avec véhémence les arguments déployés sur la qualité des produits agricoles marocains : «Les produits agricoles marocains exportés vers l’Union européenne sont des produits de qualité qui se conforment strictement, et sans exception, aux exigences réglementaires des marchés de destination. Celles-ci portent notamment sur les normes de commercialisation, les normes sanitaires et les normes phytosanitaires.»
En fait, les producteurs agricoles français et espagnols  estiment qu’ils sont victimes d’une concurrence déloyale livrée par les agriculteurs marocains. Selon eux, ces derniers bénéficient de conditions avantageuses  grâce à une  main-d'œuvre bon marché, ce qui alimente une machine de production à bas coût. Ce qui les met in fine en difficulté et entrave la commercialisation de leurs tomates sur le marché. Il est vrai que le salaire horaire d’un ouvrier agricole européen est plus élevé (autour de 14 euros contre 8 Dh au Maroc). Mais l’argument de l’écart de rémunération  ne tient pas véritablement la route, notamment pour des produits comme la tomate-cerise puisque le nombre de travailleurs mobilisés  à l’hectare est de 5 au Maroc contre moins de 2 en France par exemple. Les problèmes de compétitivité de l’agriculture européenne résident ailleurs, notamment  dans les facteurs de production comme le prix du gasoil agricole, les factures d’eau dont le niveau est élevé ainsi que la complexité de la réglementation. Hormis  cette volonté de faire des fruits et légumes marocains le  bouc-émissaire des turpitudes de l’agriculture française et espagnole, rien ne justifie de vandaliser la tomate marocaine qui est écoulée de surcroît sur le marché européen en vertu de l’accord agricole entre le Maroc et l’UE.  Un accord qui permet au Royaume d’exporter chaque année  en France quelque 300 tonnes de tomates, exemptées de droits  de douane et  dont les  syndicats agricoles français réclament par démagogie la suppression pure et simple!
Dans l’espoir d’inciter les consommateurs de l’Hexagone à consommer  français, la mobilisation des protestataires du travail de la terre a débouché sur la mention  « Origine Maroc » sur les barquettes de tomate-cerise. Cela  ne sert à rien de voir rouge et de raconter des salades lorsque l’on veut, ce qui est legitime, mettre du beurre dans les épinards w

Les plus lus
CANETON FOUINEURLes call centers du Maroc réclament leur part du gâteau du Fonds spécial Covid-19/Une rapacité sans appel

Toute honte bue, les pontes de la Relation Client ont revendiqué une prime sur l’exploitation de leurs télétravailleurs...

Jamil Manar
18/6/2020
CANETON FOUINEURTableau de déshonneur pour les écoles privées

Il y a un avant et un après pour les établissements d’enseignement privé. Ces derniers risquent de faire les frais...

La rédaction
11/6/2020
CANETON FOUINEURUn esprit brillant au gouvernement

Lors d'une conférence organisée par UNA Atlantic Business School à Casablanca, ce quadragénaire a raconté son expérience de leader,...

Abdellah Chankou
29/2/2024
CANETON FOUINEURLe mauvais tour de Desertour

Diarrhées, vomissements, fortes fièvres et douleurs en plein désert marocain. Le Trek Rose Trip, une course d’orientation solidaire...