La ministre du Tourisme Fatim-Zahra Ammor et Hamid Bentahar, président de la Fédération nationale du Tourisme.

La dernière décision de la centrale hôtelière basée à Amsterdam a fait l’effet d’une secousse tellurique dans le milieu des hôteliers...

En pleine saison estivale, une correspondance émanant du leader mondial de la réservation  d’hôtels en ligne les obligent à payer les commissions exigibles en devises et non plus en dirhams. Ce changement unilatéral est de nature à occasionner un surcoût d’au moins 10% au titre des frais de change pour les hôtels référencés sur sa plateforme du fait que les factures seront désormais  réglées en euros et non plus en dirhams via un compte ouvert auprès d’une banque  marocaine.

« Il s’agit en fait d’un retour au système initial de paiement en devises que nous avons réussi à annuler en 2015 », explique un directeur d’hôtel. Sachant qu’une partie de leurs recettes est réalisée  en monnaie nationale avec une clientèle essentiellement marocaine, ce surcoût viendra s’ajouter à la commission qui oscille entre 17 et 20% perçue par le site sur le prix d’une chambre. Ce qui est énorme pour ne pas dire abusif.  Pour la centrale hôtelière, c’est le jackpot permanent  puisqu’elle se fait payer sur des réservations robotisées qui se répètent à l’infini. Ce business hautement juteux s’est fait au détriment des agences de voyages  que Booking et ses semblables ont dépossédé de leur activité constituée essentiellement des réservations de séjours.

« En touchant une commission de 20% qui pèse fortement sur les marges des établissements hôteliers, Booking.com s’est imposé comme un associé dans toutes les entreprises hôtelières qui recourent à ses services », dénonce un professionnel touristique. « Avec Booking, il n'y a pas moyen de négocier, il vous envoie le contrat préétabli, c’est à prendre ou à laisser »,  explique  un hôtelier de Marrakech, une pointe de colère dans la voix.    

Profitant de ce qui ressemble à une position dominante, le prestataire de service, créé en 1996, a imposé ses conditions partout où il a pu le faire. Sans coup férir. Outre le niveau excessif de la commission, Booking.com  interdit  au nom de la clause de la «parité tarifaire » aux hôteliers de proposer des prix plus bas que ceux  qu’il affiche sur  sa plate-forme. Parmi les rares pays qui ont bataillé dur pour s’extraire du diktat bookinien figure la France ou les professionnels ont saisi les autorités de la concurrence.  

Les députés se saisissent du  dossier et, résultat des courses, un amendement de la « loi Macron », votée  en juillet 2017 par le sénat après son adoption par l’Assemblée nationale, supprime cette clause.  Ce qui a permis  aux hôteliers de retrouver leur liberté tarifaire et commerciale en proposant les tarifs qu’ils souhaitent sur leurs différents canaux de réservation : via leur propre site web  par courrier ou téléphone. A l’époque, cette décision a concerné quelque 17.000 établissements dont les patrons ont poussé un immense ouf de soulagement. Et pour cause.  Elle leur a permis d’améliorer leurs ventes directes ou par le biais de leurs propres canaux de réservation tout en obtenant une révision en baisse significative des commissions  par la mise en concurrence les  différentes plateformes de réservation en ligne. Aujourd’hui, la commission de Booking.com dans le secteur hôtelier  en France et dans le reste des pays européens varie 8 et 10 % après avoir été de 15 à 20%. Au Maroc, où la centrale de réservation, domiciliée  fiscalement aux Pays-Bas, récolte plusieurs dizaines de millions de DH par an sans payer la moindre taxe (!),  les hôteliers  subissent en silence ce contrat léonin. Pas de rappel à l’ordre  de la plate-forme (appartenant depuis 2005 au groupe américain Priceline) dont les pratiques ont fait l’objet de condamnations dans certains pays ( voir encadré),  ni de la part du Conseil de la concurrence ni du gouvernement.

Dans sa correspondance en date du 14 juillet adressée à la ministre du Tourisme, de l’Artisanat et de l’Économie sociale et solidaire Fatim-Zahra Ammor, le président de la Fédération nationale de l’industrie hôtelière (FNIH) Lahcen Zelmat lui demande d’intervenir auprès du chef du gouvernement et de la ministre de l’Économie et des Finances pour pousser Booking « à revenir sur sa décision et de maintenir les paiements en dirhams ». Sur les raisons ayant motivé la « décision unilatérale » de la plateforme, M. Zelmat fait état  d’un « changement des exigences de Bank Al Maghrib ». Sans plus d’explications.

La banque centrale  a dû mettre le holà à une situation bâtarde ou les dépôts au titre des commissions réalisées par Booking sont considérés comme la contrepartie de produits d’importation. Ce qui n’est pas vrai puisque la majorité des opérations de réservation au Maroc sont, selon les hôteliers,  le fait de résidents qui paient leurs séjours en monnaie locale. Pour Booking qui a su se rendre incontournable, cela est juste un détail.

Booking.com condamné      

En octobre 2022, l'autorité de la concurrence espagnole a annoncé l’ouverture d’une enquête sur de possibles "pratiques anti-concurrentielles" dont sont victimes  les hôtels et agences de voyages. Ces investigations  ont porté  sur des conditions commerciales "susceptibles de constituer un abus de position dominante" sur le marché de la réservation hôtelière, avait  indiqué la Commission nationale des marchés et de la concurrence (CNMC) dans un communiqué.

Elle découle de deux plaintes déposées par l'Association des entreprises hôtelières de Madrid (AEHM) et par l'Association espagnole des directeurs d'hôtels (AEDH), qui reprochaient au site de réservation d'avoir imposé des conditions injustes aux hôtels espagnols, a-t-elle ajouté. Selon l'autorité de la concurrence, ces conditions sont susceptibles de créer "une situation de dépendance économique" pour les hôtels concernés, avec des "effets d'exclusion" pour certaines agences de voyage et certains "canaux de vente en ligne". En Turquie, une décision de justice a interdit en 2017 à Booking , après sa condamnation pour concurrence déloyale à l’égard des agents de voyages locaux, de vendre des chambres d’hôtels en Turquie à des Turcs. Ce jugement fait suite à une décision de l'autorité de la concurrence ayant condamné  le site, à une amende de 2.543.992,85 livres turques, soit près de 700.000 dollars.

Les plus lus
CANETON FOUINEURBig Brother va-t-il nous sauver ?

Le Maroc opte pour le traçage numérique du coronavirus. Le projet est ambitieux mais il n’est pas facile à exécuter sur le terrain...

Jamil Manar
17/4/2020
CANETON FOUINEUR L’ONDA et la RAM démasqués

Si vous prenez un vol tôt le matin, veillez surtout à ne pas oublier votre masque. Autrement, vous ne pouvez pas passer les formalités...

La rédaction
24/2/2022
CANETON FOUINEURCes Marocains qui brillent à l'international / Slaoui, Belyamani, Kadri et les autres

La success story de Moncef Slaoui, loin d’être isolée, est celle de nombreux Marocains qui ont dû s’expatrier...

Jamil Manar
20/5/2020
CANETON FOUINEURLa RAM prend de l'altitude

La flottille actuelle de la compagnie, 60 avions, est devenue trop petite pour porter les nouvelles ambitions d'un transporteur qui a...

Ahmed Zoubaïr