Alors que le Maroc s'acheminait vers une année de sécheresse, les dernières précipitations de ce mois de mars accompagnées...

Alors que le Maroc s'acheminait vers une année de sécheresse, les dernières précipitations de ce mois de mars accompagnées d’importantes chutes de neige ont relancé l'espoir chez plus d’un. D’abord chez les agriculteurs des cultures printanières-celles des céréales étant compromises- mais aussi les éleveurs dont le bétail va pouvoir profiter d’un bon couvert végétal. En plus du remplissage des barrages dont certains avaient atteint leur plus bas niveau historique, ces pluies sont aussi très utiles pour alimenter les nappes phréatiques qui sont à sec dans de nombreuses régions du pays. Le climat de ce mois de mars est inhabituel, ressemblant étrangement à celui de l’automne et de l’hiver.  Ce n’est pas un temps printanier marqué habituellement par quelques jours de pluie fine. Cette situation montre un décalage des saisons dont les responsables doivent tenir compte pour un meilleur encadrement des fellahs appelés à adapter leurs calendriers de cultures à ces changements climatiques.

Les plus lus
CANETON FOUINEURLes fonctionnaires et les salariés dans la seringue

Désormais, les employés des administrations et des entreprises privées doivent être dûment vaccinés. Pour cela ils sont obligés de...

La rédaction
10/2/2022
CANETON FOUINEURLes avocats sont-ils au-dessus des lois ?

Les principales victimes du débrayage des robes noires sont les justiciables dont le droit à l’accès à la justice est clairement bafoué...

30/11/2022
L’ENTRETIEN À PEINE FICTIFMohamed Amekraz, le ministre PJD du Travail / Personne à déclarer !

Une équipe du Canard a cuisiné le ministre PJD du Travail Mohamed Amekraz au sujet de son mépris des droits...

Saliha Toumi
3/7/2020