CANETON FOUINEUR

Saadeddine El Othmani ou la psychologie de la bêtise politique

Des bourdes à la pelle tout de tweet
Jamil Manar
10/6/2021 2:36
Saadeddine Al Othmani, chef du gouvernement islamiste.

Le chef du gouvernement islamiste a ceci d’orignal et même d’attachant qu’il possède le génie de la connerie politique, qu’il déploie en toute bonne foi. Portrait.  

Si Saadeddine Al Othmani, qui n’en revient toujours pas d’avoir été nommé Premier ministre, n’avait pas existé, il fallait l’inventer. Le secrétaire général du PJD, propulsé de manière inattendue, et à l’insu de son plein gré, à la tête de la primature, à la faveur de circonstances politiques exceptionnelles, n’a pas son pareil dans le genre qu’il incarne. Commettre des bourdes à la chaîne ne lui fait pas peur. Signe distinctif, il fait ça de bonne foi. Ce qui est rare.  C’est même à cela qu’on reconnaît celui qui tweet plus que son ombre.

La dernière « othmaniade » en date concerne son tweet sur le déroulement « dans la région de Dakhla et de El Mahbès » des manœuvres militaires conjointes entre le Maroc et les Etats-Unis dans le cadre de la 17ème  d’African Lion 2021 (du 7 au 18 juin 2021) qui impliquent des milliers de soldats américains et marocains, et  d’autres pays d'Afrique et d'Europe. Sans mesurer la portée de son message, Al Othmani a salué « une consécration de la reconnaissance par les Etats-Unis de la marocanité du Sahara». Ce commentaire est pour le moins déplacé, son auteur s’emmêlant les pinceaux du politique et du militaire, pensant peut-être naïvement que l’African Lion 2021, qui comprend des opérations multi-domaines, dont un exercice maritime avec des tirs navals, un exercice aérien, un exercice de réponse chimique-biologique, ainsi que des activités humanitaires, est un vote américain en faveur de la souveraineté du Royaume sur son Sahara. Ce qui lui a valu un démenti cinglant du commandement américain pour l’Afrique (Africom), qui a précisé dans un communiqué que le théâtre des opérations se limiteront «à la base aérienne de Kenitra, au nord, à Tan Tan et au complexe d’entraînement de Guerir Labouhi au sud ». Exclu des zones concernées par cet exercice militaire, El Mahbès, située dans le Sahara marocain, sera incluse dans un communiqué diffusé samedi 5 juin par l’état-major des FAR. Mais pas la ville de Dakhla.  

Sincérité désarmante

Quelques jours plus tôt, ce sont les foudres du chef du bureau de liaison d’Israël au Maroc, David Govrin, que Al Othmani-la-Gaffe s’est attiré. Motif du mécontentement, la publication sur son compte twitter de  la lettre, datée du 21 mai, qu’il dit avoir adressée en tant que secrétaire général du PJD  au président du bureau politique du Hamas Ismaïl Haniyeh, « à l’occasion de la victoire du peuple palestinien et sa forte résistance » contre « l’entité sioniste». Le geste de M. Al Othmani a déplu à plus d’un, surtout qu’il avait apposé le 22 décembre 2020 sa signature, aux côtés de celles de Jared Kushner, le conseiller principal de l’ex- président américain Donald Trump, et du conseiller à la Sécurité nationale d’Israël Meir Ben-Shabbat, au bas de de la déclaration tripartite, scellant officiellement la normalisation maroco-israélienne. Cette cérémonie s’était déroulée devant S.M le Roi Mohammed VI le 22 décembre 2020 au palais Royal de Rabat. Là aussi, le chef des islamistes a passé outre ses prérogatives en s’exprimant sans réfléchir sur un sujet qui relève d’un domaine réservé. Plus grave encore, en agissant de la sorte, il a fait preuve d’une schizophrénie politique flagrante. Est-ce normal pour un psychiatre ?

La même schizophrénie a caractérisé son attitude à l’égard du cannabis à usage thérapeutique dont l’exécutif qu’il dirige a présenté un projet de loi pour lequel les députés de son propre camp ont voté contre en dégainant des arguments populo-démagogiques. Idem pour les nouvelles lois électorales notamment la réforme du code électoral, proposées par le gouvernement Al Othmani et votées au Parlement par tous les partis de la majorité et même de l’opposition, sauf par le PJD qui s’est isolé sur ce dossier. A quelques mois des élections législatives, ces contradictions à la pelle ont accentué la crise déjà vive entre le PJD et les autres composantes de la majorité. Certaines sources parlent même d’une rupture entre les deux parties dont les chefs ne se sont plus réunis depuis plusieurs mois.

A défaut de susciter l’intérêt, Saadeddine Al Othmani réussit au-delà de toute espérance à divertir et à amuser la galerie par ses multiples lapsus. Dès qu’il ouvre la bouche, sa langue fourche immanquablement. Guettés par ses adversaires, ces séquences succulentes, qui viennent à chaque fois alimenter un bêtiser bien riche, font immédiatement le tour des réseaux sociaux où ils font rire les internautes. Sa manière très obséquieuse de saluer le président russe Vladimir Poutine lors de la 1ère édition du Sommet Russie-Afrique les 23 et 24 octobre 2019, à Sotchi, en Russie a révélé au grand jour une autre facette de la personnalité de Al Othmani. Visiblement, celui-ci n’a pas une haute idée de lui-même ni du pays auquel il doit tout puisqu’au moment de saluer son hôte russe, il s’est adressé à lui en des termes pour le moins sibyllins uniques dans les annales diplomatiques: « Je suis le chef de gouvernement du Maroc. Connaissez-vous le Maroc ? ». Allez-y comprendre pourquoi Al Othmani le magnifique, qui a battu tous les records de la connerie politique, a supposé que le chef du Kremlin pourrait n’avoir jamais entendu parler du Maroc avant sa première rencontre avec son Premier ministre.

Sacré Al Othmani qui a fait rire les Marocains avec sa fameuse « Nous avons plusieurs scénarios mais pas de vision ». Cette déclaration lâchée sur un ton spontanée lors de son entrevue télévisée accordée à la première chaîne le 7 mai 2020 a marqué les esprits par sa sincérité désarmante. Tout en révélant en même temps sa non-maîtrise des ficelles de la communication et surtout ce qu’il est réellement, un homme brut de décoffrage. Pas une discussion ou une intervention où il ne montre en effet son absence de tact et son incapacité naturelle à bien emballer son discours. Faire le plein du vide agrémenté de boulettes est un vrai métier que le chef des islamistes exerce avec sérénité et confiance. L’homme ne doute pas. Ne se pose de questions sur son statut. Ni sa fonction. Il se plaît dans son rôle de Premier ministre délicieusement guignolesque qui, à l’inverse de son prédécesseur, est un piètre orateur Abdelilah Benkirane. Il n’est pas comme ce dernier un politique madré, manipulateur, ou calculateur, bourré d’arrière-pensées politiciennes. Si cela se trouve, Saadeddine Al Othmani ne pense rien du tout…

Les plus lus
CANETON FOUINEURMais où est passé le vaccin?

Mais où est passé le vaccin chinois de la marque Sinopharm ? Donné à chaque fois pour imminent par des canaux plus ou moins officiels,...

La rédaction
14/1/2021
CANETON FOUINEURProgramme de financement des TPME: Le roi sonne la mobilisation

Le Programme d'appui et de financement des entreprises mobilisera 8 milliards de dirhams sur les trois prochaines années. Toutefois, l’inves

La rédaction
20/3/2020
CANETON FOUINEURLe tourisme national dans le coma

« C’est la mort cérébrale ». C’est en ces termes qu’un grand professionnel du tourisme national a qualifié la...

La rédaction
12/11/2020
CANETON FOUINEURMustapha El Khalfi réapparaît

On l’a presque oublié celui-là. Il s’agit de Mustapha El Khalfi, Ba Sttouf pour les intimes, qui avait été dans...

La rédaction
5/5/2021