CANETON FOUINEUR

Ramsès Arroub paralyse l’activité de Wafa Assurance

Dommages dans le réseau des courtiers...
Ahmed Zoubaïr
17/9/2020 12:54
Ramsès Arroub. Une démarche contreproductive.

Depuis début août dernier, la relation entre la compagnie d’assurance et ses franchisés s’est détériorée subitement... 

Depuis début août dernier, la relation entre la compagnie d’assurance et ses franchisés s’est détériorée subitement. Explications.

Une tension sourde mine le secteur des assurances depuis juillet dernier. Au centre du conflit, Wafa Assurance qui s’est mis à dos  la majorité de ses agents et courtiers en remettant au goût du jour un problème que ces derniers croyaient définitivement résolu en relation avec la fameuse circulaire datant de 2015. Celle-ci a modifié les modalités d’encaissement des primes après avoir passé par pertes et profits dans le cadre d’un arrangement et un nouveau pacte les impayés considérables dus au défaut de payement des assurés  cumulés sur plusieurs années.

Mais quelle n’a été la surprise des courtiers et intermédiaires de l’assureur lorsqu’ils ont reçu, début août, soit quelques jours après la fête du sacrifice, de la maison-mère l’état des primes contestées en leur enjoignant de les régler sur leurs propres deniers. « Wafa Assurance n’a pas à nous réclamer le paiement de ces primes qui pour nous, courtiers et intermédiaires de la compagnie, représentent un passif qui a été apuré », s’indigne un franchisé qui ajoute : « Ce problème qui avait éclaté en 2015 a été solutionné après une mission d’audit dépêchée par le management de la compagnie sur l’ensemble de son réseau national ». Un autre courtier renchérit : « Wafa Assurance a remonté jusqu’en 2007 pour nous réclamer en 2016 de régler les impayés des assurés problématiques alors qu’elle est tenue de faire les comptes avec ses franchisés à la fin de chaque exercice ». «   Pourquoi la compagnie a attendu toutes ces années et ne s’est réveillée qu’en 2016 ? », s’est-il interrogé, tout en contestant le bien-fondé de la réclamation actuelle des dirigeants de Wafa Assurance en raison de la prescription qui frappe la période concernée (2007-2016).

La relance en ce moment de ce dossier litigieux a provoqué une paralysie du réseau de vente de la compagnie puisque les dirigeants ont conditionné la réception du triptyque (les attestations d’assurance) au règlement des arriérés. Et sans attestation, il est impossible pour un agent de travailler, de faire du chiffre et de faire face à ses obligations. Qui va payer les pots cassés de ce qui ressemble à …un sinistre ?

« Personnellement, j’a du mal à comprendre pourquoi Wafa Assurance  est la seule compagnie d’assurance à avoir décidé de déterrer aujourd’hui un conflit qui a été résorbé d’un commun accord il y a  plusieurs années », fait remarquer  une pointe de colère dans la voix un dirigeant d’un cabinet de courtage à Casablanca. Mais qu’est-ce qui a pris au président Ramsès Arroub de revenir sur les engagements pris envers les agents du groupe ?  Vite une assurance contre les dommages provoqués par M. Arroub !

Monnaie courante

Les facilités de paiement accordées aux assurés par les franchisés est une pratique qui a engendré des soldes débiteurs assez substantiels auprès des compagnies d’assurance. Monnaie courante dans la société marocaine, ce phénomène découle de l’habitude prise par de nombreux clients de payer leur police d’assurance essentiellement automobile sur plusieurs tranches. Sauf que des mauvais payeurs ont profité de cette souplesse pour ne pas honorer leurs engagements financiers. Une souplesse qui s’est traduite par le cumul de soldes débiteurs auprès des compagnies qui étaient censées faire le recouvrement.

Au fil du temps, le passif est devenu tellement lourd qu’il a fini par détériorer la relation entre les compagnies d’assurances et leurs courtiers et intermédiaires. Après plusieurs semaines de négociations entre les représentants de la profession et les compagnies d’assurance, sous l’égide de l’Autorité de contrôle des assurances et de la prévoyance sociale (ACAPS), décision a été prise de commencer une nouvelle page selon de nouvelles règles rigoureuses (fin des facilités de paiement accordés aux assurés entre autres). Objectif : Reconstruire la relation entre les deux parties qui a beaucoup souffert de ce problème sur de nouvelles bases avec des gages de transparence de part et d’autre.

Les plus lus
CANETON FOUINEURKhalid Aït Taleb / Un ministre sain et sans protocole...

Il est incontestable que le Maroc a gagné un excellent ministre de la Santé autour duquel il convient de capitaliser...

Ahmed Zoubaïr
18/6/2020
CANETON FOUINEURLa planète en mode pause: Covid-19, virus ou anticorps ?

Le coronavirus a les allures d’une réaction épidermique d’une Terre exténuée, soumise à une rapine à grande échelle par un capitalisme...

Abdellah Chankou
28/3/2020
CANETON FOUINEURLa santé en première ligne / Le nouveau ministère de la guerre

Dans le Maroc graduellement déconfiné où l’intendance sanitaire doit absolument suivre, se soigner du Covid-19...

Jamil Manar
16/5/2020
CANETON FOUINEURLa Propolis efficace contre le coronavirus ?

Réputée pour ses multiples bienfaits thérapeutiques, elle a été utilisée depuis les temps les plus reculés dans la guérison de plusieurs...

Abdellah Chankou
24/3/2020