CANETON FOUINEUR

Le régime militaire algérien ferme le gazoduc Maghreb-Europe

Il y a de l'eau dans le gaz
Ahmed Zoubaïr
4/11/2021 1:47
La fermeture par Alger du GME est un acte de sabotage...

Pour des raisons irrationnelles liées à son éternelle obsession de porter atteinte aux intérêts du Maroc,...

Pour des raisons irrationnelles liées à son éternelle obsession de porter atteinte aux intérêts du Maroc, le régime algérien a décidé de condamner le Gazoduc Maghreb-Europe (GME). Mais la principale victime de ce qui ressemble à un acte de sabotage n’est autre que l’Espagne qui dépend de ce pipeline pour ses approvisionnements en gaz. Explications.

L’Algérie a battu sa dernière carte dans la guerre haineuse qu’elle livre au Maroc : le chantage gazier. Carburant à la haine qui alimente ses décisions irrationnelles,   le président algérien Abdelaziz Tebboune « a ordonné la cessation des relations commerciales entre Sonatrach et l’Office marocain de l’électricité et de l’eau potable (ONEE), et le non-renouvellement de l’accord qui expire dimanche à minuit » (31 octobre), révèle un communiqué de la présidence algérienne, diffusé par la télévision d’État. Riposte immédiate de l’Office national des hydrocarbures et des mines (ONHYM) et l'Office national de l’électricité et de l'eau potable dans un communiqué conjoint où ils ont précisé que « cette décision n'aura dans l'immédiat qu'un impact insignifiant sur la performance du système électrique marocain » et que « les dispositions nécessaires ont été prises pour assurer la continuité de l'alimentation du pays en électricité « eu égard à la nature du voisinage du Maroc ». Mais Tebboune et consorts en ont été pour leurs frais ;   le Maroc n’a pas été, comme l’espéraient ardemment ces derniers, plongé dans l’obscurité. Le pays continue en effet à être éclairé comme si rien n’était. Car même si les deux centrales de l’ONEE, Tahaddart et Aïn Beni Mathar, qui tournent grâce au gaz algérien, soit un milliard de mètres cubes servant à produire 10% de l’électricité nationale, s'arrêtent, cela n’affectera en rien les usagers. Le Maroc dispose d'une capacité de production électrique qui couvre largement ses besoins.

En décidant de ne pas reconduire le contrat avec l’ONEE, qui a expiré ce 31 octobre 2021, M. Tebboune décrète en même temps la fin du gazoduc Maghreb-Europe (GME) en service depuis 1996. Dans cette affaire, le Maroc est un pays de transit pour le gaz naturel algérien, plus de 10 milliards de m3 par an, destiné à l'Espagne et au Portugal. A ce titre, le Maroc perçoit des droits de péage en livraison de gaz et en argent, soit environ 2 milliards de DH par an (quelque 7% de redevances sur le gaz transitant sur son territoire).

La condamnation par Alger de ce pipeline terrestre, long de 1400 km, pénalise par contre l’Espagne en sa qualité de premier client gazier de la bande à Tebboune et de principal bénéficiaire du GME. Heureusement que la fermeture de ce pipeline a été contrebalancée par un deuxième gazoduc sous-marin, le Medgaz, qui fonctionne depuis 2011. Et c’est via cette conduite, reliant directement Hassi R’mel à Almeria, au sud de l’Espagne, que l’Algérie compte désormais acheminer son gaz. Sauf que le gazoduc en question pèche par une capacité limitée, estimée à 8 milliards de mètres cubes par an contre plus de 13 milliards de mètres cubes pour le GME. Le manque à gagner est assez considérable, presque la moitié des besoins espagnols.

Dépendance énergétique

La solution proposée par les autorités algériennes n’emballe pas tellement leurs homologues ibériques : l’acheminement du reliquat du gaz naturel liquéfié par des navires méthaniers. Ce mode de transport est jugé incertain par Madrid en raison de la rareté de l’offre sur le marché de ce type de navires. Sans compter que le recours à ce procédé est susceptible de renchérir davantage le coût du gaz pour les Espagnols dans un contexte de flambée des tarifs de cette matière essentielle. Il y a de l'eau dans le gaz. Quelle alternative alors pour l’Espagne pour éviter une pénurie éventuelle de gaz pendant cet hiver et au-delà pour résoudre le problème de sa dépendance énergétique envers un pays connu pour très peu fiable et imprévisible ? L’Espagne s’est déjà tournée vers le Qatar pour sécuriser ses livraisons en gaz et éviter le pire.

« Le gouvernement Sanchez a besoin de toute urgence de 10.000 millions de mètres cubes pour éviter non seulement les pénuries, mais aussi des tensions sociales », qui seraient déclenchées par « la crise économique et la hausse des prix de l’électricité», a révélé le journal espagnol OK Diario. Or, le président du gouvernement Pedro Sanchez a promis, le 5 septembre, une baisse des tarifs de l’électricité avant la fin de cette année. Un engagement difficilement tenable en raison notamment de la fermeture des vannes du GME décrétée par Alger en guise de représailles contre le Maroc. Cet acte de vengeance vient s’ajouter à plusieurs autres dont celui de la fermeture en septembre dernier de l’espace aérien algérien aux avions marocains, précédée un mois plus tôt par la rupture des relations diplomatiques avec le Royaume.  Ne sachant quoi faire pour porter préjudice à son voisin, la gérontocratie algérienne a abattu sa dernière carte de chantage avec la condamnation du GME qui est en vérité un acte de sabotage dirigé contre le Maroc mais qui a fait une grande victime collatérale : l’Espagne. Les masques à gaz sont tombés... Le sabotage du GME par l’Algérie, de plus en plus isolée, est de nature à rapprocher davantage le Maroc et l’Espagne. Les responsables des deux parties se mobilisent déjà pour trouver une parade qui leur permettrait de contourner le gaz de la haine.

Les plus lus
CANETON FOUINEURL’homme qui ne voulait pas s’assagir…

En rupture de ban après avoir été proche du pouvoir, le truculent avocat dont le métier de faire éviter la prison aux accusés se retrouve...

Ahmed Zoubaïr
30/11/2022
CANETON FOUINEURPourquoi Moulay Hafid Elalamy a déclaré forfait

L’opération était annoncée comme le mariage de la décennie entre deux grands noms de la relation client, Sitel et Majorel. Mais la lune de..

22/9/2022
CANETON FOUINEURIl faut apprendre à vivre avec le virus / Le déconfinement pour éviter la déconfiture

Le Maroc, qui a subi un choc économique interne et externe d’une grande ampleur du fait du Covid-19 est obligé de remettre le plus tôt...

Sabrina El Faiz
9/5/2020
CANETON FOUINEURChemins d’enfer à Guercif

C’est connu, traverser des rails de train à pied est très dangereux. Mais pas pour les dirigeants de l’ONCF qui au mépris de toutes...

La rédaction
10/3/2022