Nizar Baraka

Avec 35 sièges obtenus à l’issue du scrutin du 8 septembre, l’USFP a amélioré son score de 15 sièges par rapport au précédent... 

L’Istiqlal n’a pas à rougir de sa troisième place aux législatives (81 sièges). Le parti dirigé par Nizar Baraka, mais dont le vrai patron est Hamdi Ould Errachid, le nabab de Laâyoune, est bien placé pour entrer au gouvernement et de renouer avec les délices du pouvoir que lui avait fait quitter curieusement Hamid Chabat en 2013 suite à un conflit ouvert avec Abdelilah Benkirane alors Premier ministre. C’est la première fois de son histoire que l’Istiqlal qui a été de tous les gouvernements depuis l’indépendance du Maroc se retrouve dans l’opposition.

Pour un parti qui a été biberonné au pouvoir et vécu sous son parapluie, le coup chabatien était à la fois mystérieux et très dur. Les choses se présentent sous de bons auspices pour le parti nationaliste qui a toujours entretenu des rapports cordiaux avec le RNI et ses dirigeants. Les deux partis, qui sont les seuls à pouvoir aligner des cadres de valeur, ont souvent gouverné ensemble depuis la formation du gouvernement de Ahmed Osman II en 1977 qui fondera le RNI un an plus tard. Il n’y a pas a priori de raison pour que leur aventure au pouvoir se poursuive avec Aziz Akhannouch, surtout que les Istiqlaliens ont hâte de retrouver les allées du gouvernement. Cependant, le parti doit formaliser sa participation par son conseil national dont la réunion est prévue en visioconférence samedi 18 septembre. Objectif : discuter de l’offre proposée par le Premier ministre désigné à Nizar Baraka, qui convoite le perchoir, lors du premier round des tractations tenu lundi 13 septembre en vue de la formation du gouvernement.

Les plus lus
CANETON FOUINEURUn label sanitaire pour sortir de l’ornière

Maillon important de la chaîne touristique, les autocaristes font partie des professions les plus touchées par...

La rédaction
1/6/2020
CANETON FOUINEUR L’Algérie au pied du mur...

L’affaire de El Guergarat, qui a révélé au grand jour le vrai visage du Polisario, a fait sortir Alger du bois...

Jamil Manar
26/11/2020
CANETON FOUINEURUne agriculture nationale résiliente

L’agriculture nationale a fait preuve de résilience et d’agilité à des circonstances exceptionnelles grâce aux...

La rédaction
19/11/2020
CANETON FOUINEURLe tourisme national dans le coma

« C’est la mort cérébrale ». C’est en ces termes qu’un grand professionnel du tourisme national a qualifié la...

La rédaction
12/11/2020