Le dossier de la Samir, en faillite, continue à faire du surplace un an et demi après la décision du tribunal de commerce de Casablanca,...

Le dossier de la Samir, en faillite, continue à faire du surplace un an et demi après la décision du tribunal de commerce de Casablanca, rendue le 20 mai 2020, autorisant la location des réservoirs de la Samir à l’État. En effet, après que le gouvernement n’ait pas honoré ses engagements d’exploiter les réservoirs de la Samir via l’Office National des Hydrocarbures et des Mines (ONHYM), le tribunal de Commerce a annulé, 23 novembre 2021, la décision d’autoriser au Syndicat de la raffinerie de signer un contrat de bail des réserves avec l’État marocain. Le gouvernement avait déposé une demande d’exploitation des réservoirs de la Samir pour faire face aux circonstances exceptionnelles imposées par la crise sanitaire, sécuriser l’approvisionnement énergétique du pays  et maintenir les activités économiques et commerciales de l’entreprise conformément au jugement de liquidation de la société rendu le 21 mars 2016. Sauf que l’État n’était pas le seul à déposer sa demande auprès du tribunal mais également d’autres entreprises privées dont les candidatures ont été toutes rejetées. Mais l’État n’est jamais allé jusqu’au bout de son engagement. Par manque d'énergie ?

Les plus lus
CANETON FOUINEURLes frontières vraiment fermées ?

Les frontières sont fermées. Mais pas pour tout le monde. Il est possible de voyager à l’étranger en recourant aux jets privés...

19/1/2022
CANETON FOUINEURQui a peur de Hicham Aït Menna ?

La nouvelle bête noire des rajaouis, l’homme à abattre, c'est lui. Le président du Sporting Club Chabab (SCC)...

Jamil Manar
1/10/2020
CANETON FOUINEURLes Marocains vulnérables

Les conclusions d’une enquête réalisée récemment par le cabinet Kaspersky montrent que les Marocains ne protègent pas assez...

Ahmed Zoubaïr
28/1/2021