CANETON FOUINEUR

Les confidences médiatiques mystérieuses d’une source algérienne haut placée

L’Algérie au pied du mur...
Jamil Manar
26/11/2020 1:33
Une vraie bande de rigolos enrôlée dans un faux combat.

L’affaire de El Guergarat, qui a révélé au grand jour le vrai visage du Polisario, a fait sortir Alger du bois...

L’affaire de El Guergarat, qui a révélé au grand jour le vrai visage du Polisario, a fait sortir Alger du bois...

Un article sibyllin, paru le 18 novembre 2020 dans le site d’informations algérien (Echoroukonline.com), est passé presque inaperçu au Maroc. L’écrit en question, rédigé en arabe, fait état des déclarations d’une « source haut placée » sans préciser laquelle au sujet des derniers développements dans la zone tampon de El Guergarat sécurisée  définitivement par le Maroc dans le sillage des gesticulations désespérées d’une bande de miliciens du Polisario. Les propos de cette source anonyme ont pour le moins intrigué les responsables de la diplomatie marocaine qui considèrent cette façon de faire, de ne pas assumer officiellement des déclarations tenues sur une question aussi importante que le conflit factice du Sahara, contraire aux pratiques utilisées par les États qui se respectent.  Qu’importe ! Après avoir accusé le Maroc d’avoir violé la légalité internationale et les accords du cessez-le-feu (conclus entre 1991 entre le Maroc et le Polisario, NDLR) avec la complicité franco-émirato-sioniste, la grande source s’est livrée à une drôle affirmation qu’on peut résumer ainsi : « Les derniers événements ont conduit l’Algérie à opter pour une nouvelle approche de la question sahraouie qui représente désormais un enjeu de souveraineté lié à la profondeur sécuritaire stratégique de son territoire et ne se limite plus à l’application du principe de l'autodétermination.

L'Algérie considère la question du Sahara dans ses développements actuels comme un prolongement naturel de sa sécurité nationale ». Qui est l’auteur anonyme de ce qui ressemble à une nouvelle manœuvre désespérée du régime militaire algérien après avoir été mis au pied du mur par l’intervention irréprochable de l’armée marocaine dans El Guergarat ? Finies les arrière-pensées. L’Algérie, par la voix de sa source mystérieuse de haut rang, étale clairement sa pensée : « Il est impossible de parvenir à une solution à la question du Sahara, sous quelque forme que ce soit, sans la participation directe de l'Algérie en tant que principal  protagoniste dans la région concernée par le conflit et ses conséquences, et elle n'acceptera donc plus à l'avenir aucune initiative où elle est traitée comme simple observateur, car l’Algérie est désormais affectée en tant qu’État par la question sahraouie, compte tenu des risques qu’elle implique pour sa sécurité stratégique, ce qui nécessite sa présence effective à la table des négociations entre le Polisario et le Maroc ». Rien de nouveau en fait dans ce discours.

Bande de rigolos

On savait au Maroc et à l’international  que le dossier du Sahara marocain créé de toutes pièces par Alger a été élevé au rang d’enjeu de politique inférieure  algérienne et de politique tout court et d’unique « combat » de la diplomatie algérienne pour lequel ont été mobilisés des fonds colossaux destinés à sponsoriser le Polisario et lui acheter un fan-club à coup d’une diplomatie du chéquier très généreuse. Par contre ce qui est nouveau dans le discours de notre source audacieusement anonyme c’est que l’Algérie, après avoir longtemps louvoyé en se présentant à chaque fois sous un statut différent (pays observateur, pays voisin, partie concernée…), a visiblement décidé d’abattre ses cartes et d’avancer à visage découvert en se posant enfin en  principal protagoniste du conflit qu’elle a elle-même créée en 1975. Des pourparlers à deux seraient plus sérieux  pour régler dans la clarté ce faux litige territorial où le Polisario, désormais out, n’était que le pantin des généraux algériens. Le jeu d’Alger est flagrant et il n’y a que ses dirigeants qui croient que le conflit du Sahara ne concerne directement que le Maroc et le Polisario. Personne n’est dupe.

Ce qui est certain c’est que l’affaire de El Guergarat, qui a fait sortir du bois une Algérie sonnée et de plus en plus isolée, a ajouté au discrédit des polisariens. Ces derniers se sont disqualifiés eux-mêmes après avoir agi au vu et au su de la communauté internationale en bandits de grands chemins au poste-frontière de El Guergarat dont ils ont bloqué le passage entre le Maroc et la Mauritanie tout en rackettant les routiers marocains et étrangers. Le Royaume du Maroc, État multiséculaire, ne va pas quand même continuer à négocier avec une bande de rigolos enrôlée dans un faux combat. C’est pour cela que la solution d’autonomie généreusement proposée par Rabat pour sortir de ce pseudo-conflit doit être déclarée caduque.

Les plus lus
CANETON FOUINEURCe que cache la crise sanitaire...

Environ 700 000 enfants en Italie sont en difficulté alimentaire en raison de la crise sanitaire liée au Covid-19 qui a provoqué...

La rédaction
16/5/2020
CANETON FOUINEUROppo c'est du pipeau ?

Temple du commerce, de la contrebande comme de la contrefaçon, la Joutia de Derb Ghallef est au centre d’une drôle...

La rédaction
5/11/2020
CANETON FOUINEURMounjib expédié à l’ombre

Maati Mounjib est placé en détention préventive à la prison d’El Arjat dans la région de Rabat depuis le mardi 29 décembre...

La rédaction
14/1/2021
CANETON FOUINEURComment gérer le stress du confinement…

Fermetures des écoles, des restaurants, des cafés… Puis l’instauration d’un confinement général. La vie s’arrête brutalement. Si ...

Sabrina El Faiz
6/4/2020