Jamil Manar
17/12/2020 1:31
Un pays sous la coupe de l’armée.

Recroquevillée sur elle-même, hostile à toute ouverture sur l’espace maghrébin, championne de la défense des causes chimériques,...

Recroquevillée sur elle-même, hostile à toute ouverture sur l’espace maghrébin, championne de la défense des causes chimériques, le voisin du Maroc se trouve aujourd’hui dans une grande impasse pour avoir choisi de se complaire dans l’immobilisme.

Allant de déconvenue en déconvenue, de camouflet en désaveu, prise à sa propre incurie politique qui a battu tous les records, l’Algérie des bidasses ne sait plus sur quel brodequin danser. Le K.O qui a mis fin à au régime en place aura été sans doute la reconnaissance des États-Unis de la souveraineté du Maroc sur son Sahara. Ce coup de tonnerre dans le ciel diplomatique mondial n’en finit pas de résonner dans leurs oreilles. Mais ce n’est pas sûr que les responsables algériens, sourds d’office à la voix de la raison, fassent preuve d’une écoute fine du sens du message américain envoyé au bazooka par le président Donald Trump.

Ce n’est pas seulement l’Amérique qui lui a signifié la fin de la récré. Et celle d’une fumisterie qui n’a que trop duré. Bien avant le coup de semonce trumpien, la Chine, pourtant amie et alliée traditionnel de l’Algérie, a commencé à lui tourner le dos. Plusieurs observateurs algériens, trop avisés  pour relayer comme des perroquets  la propagande officielle, s’en sont inquiétés ouvertement sur les réseaux sociaux alors que certains médias ont consacré des articles à ce qui ressemble à un revirement dans les relations sino-algériennes. Pour preuve, Pékin semble avoir abandonné ses investissements colossaux programmés en Algérie.

Certains sont carrément à l’arrêt comme le méga port de El Hamdania à Cherchell que la Chine, à travers deux groupes, a promis de financer à hauteur de 3 milliards de dollars en échange de son exploitation sur une durée de 25 ans. Avec ce chantier qui est visiblement tombé à l’eau, l’Algérie, qui ne fait que mimer le Maroc sans jamais réussir, cherchait à s’offrit un port en Méditerranée pour détrôner le port marocain de Tanger Med qui rayonne au-delà de la rive sud de la Méditerranée.  L’autre grand projet chinois laissé en plan porte sur un investissement de 7 milliards de dollars dans les mines de phosphate.

Crise multiforme

Ce projet est le fruit d’une joint-venture entre le groupe pétrolier local Sonatrach et le groupe Chinois CITIC construction. Le contrat a été signé en novembre 2018. Depuis, rien de concret n’a été réalisé, le projet étant resté figé au stade d’une belle intention sur le papier. Si la Chine semble avoir tourné le dos à l’Algérie, comme le relève non sans amertume bien des observateurs algériens, au profit du Maroc avec lequel elle veut sceller un véritable partenariat dans différents domaines (économique, sanitaire, commercial…) c’est parce que le pays des Aurès est gravement plombé par ses dirigeants qui sont complètement à l’ouest. Déficit de réformes économiques, crise d’imagination au pouvoir et incapacité chronique de se projeter dans l’avenir. Comment l’Algérie peut-elle prendre sérieusement le chemin du développement et être attrayante aux yeux des investisseurs étrangers avec un système politique obsolète et anachronique basé sur la rente pétrolière et le fameux trabendo (contrebande contrôlée principalement par les généraux). Recroquevillée sur elle-même, hostile à toute ouverture sur l’espace maghrébin, championne de la défense des causes chimériques et minée par une crise multiforme, l’Algérie des militaires se trouve aujourd’hui dans une grande impasse pour avoir choisi de se complaire dans l’immobilisme. Le pays touche le fond mais ses dirigeants, inconséquents, creusent encore.

Les plus lus
CANETON FOUINEURRudement mises à l’épreuve

Les établissements d’enseignement français au Maroc sont en butte aux critiques des associations des parents d’élèves qui réclament ...

Ahmed Zoubaïr
18/4/2020
CANETON FOUINEURMorts à l’étouffée

Depuis son apparition en décembre 2019 en Chine, le coronavirus a révélé au grand jour plein de vérités sur tous les plans en les ...

Jamil Manar
2/5/2020
CANETON FOUINEURComdata Group épinglé par l’UMT

Dans un communiqué en date du 2 novembre 2020 adressé « à l’ensemble des salariés de Comdata group Maroc »,...

La rédaction
5/11/2020
CANETON FOUINEURLes call centers du Maroc réclament leur part du gâteau du Fonds spécial Covid-19/Une rapacité sans appel

Toute honte bue, les pontes de la Relation Client ont revendiqué une prime sur l’exploitation de leurs télétravailleurs...

Jamil Manar
18/6/2020