Laïla Lamrani
2/5/2024 0:32
Aziz Akhannouch signant l’accord sous le regard satisfait du ministre Younes Sekkouri.

En accordant une hausse salariale de 1000 DH par mois aux fonctionnaires, l'exécutif a cherché à mettre fin à l'exaspération sociale qui...

En accordant une hausse salariale de 1000 DH par mois aux fonctionnaires, l'exécutif a cherché à mettre fin à l'exaspération sociale qui commence à toucher nombre de corporations en proie à des mouvements de grève sans précédent. Explications.  

C’est un chef du gouvernement souriant et décontracté qui a tenu à annoncer, lundi  29 avril, à Rabat, la bonne nouvelle à la presse : une hausse générale de 1000 DH nets par mois des salaires des fonctionnaires qui n’ont pas bénéficié d'une revalorisation salariale. Cet accord conclu, à la veille du 1er mai,  avec les syndicats et le patronat dans le cadre du round du dialogue social  d’avril prévoit également, selon Aziz Akhannouch, une baisse mensuelle de l’Impôt sur le Revenu (IR) de l’ordre de 400 DH pour les fonctionnaires et les salariés des catégories à revenu moyen, ainsi qu'une nouvelle hausse de 10% du Salaire Minimum Interprofessionnel Garanti (SMIG) et du Salaire Minimum Agricole Garanti (SMAG). Avec cet accord, le nombre de bénéficiaires d’une hausse des revenus a atteint 4,250 millions depuis le début du dialogue social, dont 1,250 million de fonctionnaires du secteur public et 3 millions de salariés du secteur privé, ce qui confirme l'orientation démocratique et sociale du Royaume, a-t-il souligné.
L’exécutif  avait approuvé en septembre 2023 une hausse de 5% du salaire minimum (SMIG) brut, passant  de 2 970 à 3 120 DH, ce qui correspond à  un net de 2 900 DH. Le salaire minimum garanti dans le secteur agricole (SMAG), actuellement de 2 303 dirhams, a également augmenté de 5%. Visiblement satisfait par les termes de cet accord social, Aziz Akhannouch a souligné que le round de dialogue social  d’avril, a permis parallèlement aux mesures d'augmentation des revenus, de s'accorder sur les principes de base de la mise en oeuvre de la réforme des régimes de retraite et de la loi organique sur la grève, dont l'examen se poursuivra au parlement.

Exaspération sociale

Dans une déclaration à Maroc Hebdo, le secrétaire général de l’UMT Miloudi Moukharik s’est dit ouvert « à la négociation mais pas dans le sens de museler le droit de grève qui reste un droit constitutionnel».
La réglementation du droit de grève, un vieux serpent de mer complexe,  a besoin d’une loi-cadre consensuelle  pour éviter les débrayages intempestifs et qui s'éternisent  comme ceux qui ont paralysé pendant des mois l’école publique. Dans ce sens, les centrales syndicales, souffrant d’un discrédit profond vis-à-vis de leur base, apparaissent dans ce contexte d'exaspération sociale de plus en plus dépassées par les événements et incapables de maîtriser leurs troupes. Devant cette situation, l'UMT, UGTM et autre FDT sont appelées à mettre de l’ordre dans leur maison déstabilisée par la floraison des coordinations qui commencent, comme l’a clairement montré la grève des enseignants, à tenir le haut du pavé de la revendication sociale. Le cadeau que leur a fait le gouvernement à la veille du 1er mai est censé les remettre en scelle en gagnant en crédibilité aux yeux du personnel de la fonction publique en désamorçant la tension qui commence à gagner des pans entiers de la fonction publique. Le gouvernement a sorti le chéquier pour calmer les pulsions contestataires de l'armée des fonctionnaires. Certes, la multiplication des  débrayages dans des secteurs vitaux comme la santé, l'enseignement et la justice fait peur au gouvernement, mais est-ce le meilleur moyen pour  optimiser le rendement d'une fonction publique peu efficace et pléthorique  qui engloutit 13% du PIB?
Le dossier des retraites, dans son aspect financier et nombre d’années de travail supplémentaires, n’est pas moins difficile à gérer pour sauver des régimes au bord de la faillite  qui font peser une menace sérieuse sur les pensions des retraités actuels et futurs. Les pistes de réforme , qui ont fait l’objet d’une série de réunions entre les syndicats et le ministre des finances, sont sur la table. Reste à s’entendre sur le meilleur scénario pour la mise en œuvre du plan de sauvetage.

Les plus lus
CANETON FOUINEURLa solution des circuits courts

Importée ou non, d’origine monétaire ou pas, l’inflation est une urgence sociale aux conséquences désastreuses. Pour la freiner,...

Jamil Manar
6/4/2023
CANETON FOUINEURUne politique frappante

Il ne fait pas bon être enseignant au Maroc ! Et si en plus, il se permet de battre le pavé pour réclamer ses droits,...

Jamil Manar
25/3/2021
CANETON FOUINEURMaroc Telecom réduit la fracture numérique de l’Afrique

Le projet-phare et star présenté par le groupe Maroc Telecom lors du Gitex Africa 2023 (Marrakech du 31 mai au 2 juin) aura été sans...

Ahmed Zoubaïr
8/6/2023
CANETON FOUINEURMoulahom Hafid Jette l’anathème sur les jetons de peinture

Pratiqué depuis près de deux décennies par la quasi-totalité des industriels du secteur, jugé aujourd’hui comme anticoncurrentiel...

Jamil Manar
1/4/2021