La rédaction
19/6/2021 14:52

Comme il fallait s’y attendre, les élections législatives algériennes anticipées du samedi 12 juin 21 ont tourné à la mascarade. Le scrutin a été marqué par un très fort taux d’abstention provoqué par le mouvement contestataire du Hirak et une partie de l’opposition qui ont boycotté cette élection.

L’enjeu principal qu’est le taux de participation n’a atteint que 23 %, soit le score le plus faible depuis au moins deux décennies pour des législatives, selon le président de l’Autorité nationale indépendante des élections (ANIE), Mohamed Chorfi. Il s’agit des premières législatives depuis le soulèvement populaire sans précédent et pacifique provoqué le 22 février 2019 par le rejet d’un cinquième mandat du président Abdelaziz Bouteflika, contraint près de deux mois plus tard à la démission, après vingt ans au pouvoir.

Mais, quoi qu’il arrive, le régime militaire en place qui refuse de lâcher prise et desserrer l’étau sur le peuple algérien n’en a cure.

« Pour moi, le taux de participation n’a pas d’importance. Ce qui m’importe, c’est que ceux pour lesquels le peuple vote aient une légitimité suffisante », a indiqué l’inénarrable président Abdelmajid Tebboune. Évidemment, le plus important pour lui et ses patrons est que rien ne change et qu’il continue à servir de façade civile pour ses maîtres en treillis.

Les plus lus
CANETON FOUINEURLa compétence plutôt que la militance

En plus d’être compact et ramassé, le gouvernement de Aziz Akhannouch compte des visages nouveaux et se distingue par son architecture...

Ahmed Zoubaïr
14/10/2021
CANETON FOUINEURLa Samir et Baamer perdent en appel

Poursuivis pour des infractions douanières, la Samir et son ancien directeur général, le Saoudien Jamal Baamer...

La rédaction
28/4/2021
CANETON FOUINEURLes salles de sport reprennent vie...

Comme un bonheur n’arrive jamais seul, après les hammams et SPA, les clubs de fitness à Casablanca ont rouvert leurs portes lundi...

La rédaction
25/3/2021
CANETON FOUINEURRadioscopie d’une négligence coupable

Le décès de Salaheddine El Ghomari dans des circonstances sujettes à caution montre clairement l’indigence du Maroc...

Ahmed Zoubaïr
24/12/2020