Abderrahim El Hafidi, directeur général de l'ONEE.

«Pourquoi les marchés non arabes, européens par exemple, ont-ils réussi à offrir de l’électricité à des prix hautement compétitifs?»...

«Pourquoi les marchés non arabes, européens par exemple, ont-ils réussi à offrir de l’électricité à des prix hautement compétitifs?» s’est interrogé Abderrahim El Hafidi, directeur général de l’Office national de l’électricité et de l’Eau potable (ONEE) et président de l’Union Arabe de l’Électricité (UAE). M. El Hafidi qui s’exprimait lors d’une interview accordée à CNBC Arabia en marge de sa participation à Doha au 7ème Congrès général de l’UAE s’est fait l’avocat de l’émergence d’un marché arabe de l’électricité, à l’image de celui de l’Union européenne, un marché intégré, interconnecté et solidaire. Pour lui, les pays arabes possèdent suffisamment d’atouts et d’experts de haut niveau pour créer une union dans ce secteur dont les avantages sont multiples : éviter pour chaque pays membre les risques de coupure et la hausse de la facture d’énergie. Plutôt que d’expliquer le retard pris par le monde arabe sur ce sujet par les seules divergences politiques, M. El Hafidi pense que le principal frein réside dans l’absence de règles commerciales claires qui sont en vigueur dans le monde. Et d’étayer son propos par l’exemple de l’UE dont les membres sont parvenus malgré leurs désaccords politiques à mettre en place des règles de jeu communes qui ont donné naissance à un marché d’électricité commun. Le patron de l’ONEE cite un fait paradoxal qui incité à réfléchir : Les interconnexions électriques du Maroc avec l’Europe et le monde arabe. Celles-ci fonctionnent avec l’Espagne mais sont en panne avec les pays arabes. Le Maroc planche actuellement sur l’ouverture d’une troisième ligne avec l’Espagne et d’une nouvelle ligne avec le Portugal, selon des règles techniques et commerciales claires et explicites, a fait savoir M. El Hafidi, notant que l’UAE  travaille sur ce modèle afin de se repositionner et d’accompagner l’adhésion des compagnies d’électricité arabes à travers un cadre commercial clair et réaliste  qui s’impose à tous. M. El Hafidi a plaidé dans son intervention pour l’intégration de l’industrie au secteur de l’énergie et de l’électricité, surtout que le monde arabe a besoin de développer l’industrie des équipements électriques, de réduire le coût de la production d’électricité et de surmonter les effets des fluctuations - comme c’est le cas aujourd’hui à cause de la guerre en Ukraine - du marché des hydrocarbures et atténuer leur impact sur le pouvoir d’achat du citoyen arabe.

Les plus lus
CANETON FOUINEURUn maire en panne nommé Rabbah

Cela fait plusieurs mois que la capitale de El Gharb n’a plus de transport en commun. Une situation désastreuse qui ne semble...

Ahmed Zoubaïr
21/4/2021
CANETON FOUINEURRamadan entre sacré, sucré et salé...

Censé être le mois d’abstinence et de piété, le Ramadan a été transformé depuis longtemps, par nombre de jeûneurs, en mois de tous les...

La rédaction
7/4/2022
CANETON FOUINEURMaroc Telecom consacré leader par trois organismes étrangers indépendants

Maroc Telecom est arrivé en tête dans les tests d’évaluation réalisés par trois organismes internationaux indépendants, spécialisés dans...

18/3/2022
CANETON FOUINEURYuka fait mouche

La Fédération française des industriels charcutiers traiteurs (Fict) est en colère. Début octobre, elle a envoyé une mise en demeure à...

La rédaction
3/12/2020