CANETON FOUINEUR

La ville de Es-Smara visée par des tirs de projectile à caractère terroriste

Le Polisario déclare la guerre au Maroc
Saliha Toumi
Un acte terroriste qui “ne restera pas impuni”, selon Omar Hilale.

Ce samedi 28 octobre, un peu avant minuit, les habitants de Es-Smara ont été effrayés par le bruit de quatre énormes déflagrations...

Ce samedi 28 octobre,  un peu avant minuit, les habitants de Es-Smara ont été effrayés par le bruit de quatre  énormes déflagrations. Au début, tout le monde a pensé à l’explosion de bonbonnes de gaz avant que les choses se précisent. Il s'agit de tirs de projectiles qui ont touché trois endroits distincts : Les quartiers Hay Salam et la ZAP ainsi que le quartier industriel. Bilan :  un mort et trois blessés dont deux dans un état grave. La victime est un jeune marocain vivant en France qui se trouvait en vacances chez sa tante dans cette ville du Sahara marocain. Parmi les blessés, un policier qui n’était pas en service au moment des faits. Aussitôt après ces explosions, « le procureur général du roi près la cour d’appel de Laâyoune a confié à l’équipe d’enquête la réalisation des expertises techniques et balistiques nécessaires afin d’identifier l’origine et la nature des projectiles », a expliqué un communiqué cité par la MAP. Le ministère public « veillera à établir les effets juridiques qui s’imposent à la lumière des résultats de l’enquête »,  ajoute la même source.

Des images ayant circulé le lendemain sur les réseaux sociaux montrent  un pan effondré de la toiture d'une habitation vide et deux impacts au sol. D'autres images montrent des débris métalliques et des trous dans les murs. Pas de doute, il s’agit bien d’une attaque militaire contre des bâtiments civils ne pouvant être que le fait du Polisario. Le mouvement séparatiste à la solde de l’Algérie ne tardera pas à revendiquer ces frappes dans un communiqué, confirmant ainsi  son  caractère terroriste. Dans ce communiqué daté du dimanche 29 octobre et de la localité de Bir Lahlou, se vante d’avoir attaqué des positions appartenant aux «forces d’occupation» dans les localités de Mahbes, Farcia et la ville de Es-Smara. C’est la première fois que  les mercenaires de Tindouf tirent des missiles sur une ville marocaine en visant des civils. Lors d’une conférence de presse donnée lundi 30 octobre au siège de l’ONU à New York, à l’issue de l’adoption par le Conseil de sécurité de la résolution 2703 sur le Sahara, l’ambassadeur marocain auprès de l’ONU Omar Hilale a qualifié d’acte terroriste les tirs de projectiles sur des habitations à Es-Smara. Pour le diplomate, il s’agit d’un «acte de guerre» qui «ne restera pas impuni».

Faut-il négocier avec des terroristes ?

Les tirs de projectiles sur Es-Smara s’apparentent à un baroud d’honneur du Front Polisario qui a perdu la bataille diplomatique menée en son nom par son géniteur algérien. Le timing plaide pour  cette thèse puisque le forfait perpétré  est intervenu à la veille de l’adoption lundi 30 octobre de la résolution 2703 sur le Sahara marocain par le Conseil de sécurité de l’ONU par 13 voix contre deux abstentions (Russie et Mozambique). L’Algesario savait que ce texte, présenté par les États-Unis, et qui a prorogé le mandat de la Minurso d’une année, allait enterrer définitivement  leur revendication  irréaliste et impraticable de référendum d’autodétermination et plébisciter le plan d’autonomie proposé en 2007 par le Maroc comme unique solution à ce conflit  créé par l’Algérie. D’où cette attaque désespérée d’un ramassis de desperados qui ne peuvent plus vendre la chimère de l’indépendance aux  populations sahraouies séquestrées  depuis plusieurs décennies  dans des conditions catastrophiques dans les camps de Tindouf algériens. Fin de l’imposture. La vérité a éclaté au grand jour. Fait nouveau, la France , par la voix de son ambassadeur Nicolas de Rivière, a exprimé cette fois-ci son soutien de manière explicite à « une solution politique juste, durable et mutuellement acceptable conformément  aux résolutions du Conseil de sécurité » tout en affirmant « qu’il est temps désormais d’avancer  sur la voie tracée par « le plan d’autonomie marocain » auquel la France apporte un « soutien historique, clair et constant ». L’Algérie a été  de nouveau  tenue pour une partie prenante importante du litige puisqu’elle a été  invitée, au même titre que le Maroc, la Mauritanie et le Polisario, à reprendre le format des tables rondes, instituées par le prédécesseur de  Staffan de Mistura  qu’elle avait rejetée en alléguant  ne pas être concernée par le dossier du Sahara. Voire... En tirant des missiles sur Es-Smara, le Polisario a rompu non seulement le cessez-le-feu instauré en 1991 entre les deux belligérants mais s'est rendu  également coupable d’une action terroriste.  Les engins des mercenaires ayant visé des bâtiments civils et des populations et non des objectifs militaires. Avec cet acte lâche, le Polisario a perdu son statut d’interlocuteur crédible qui n’a pas sa place dans les futures tables rondes. On ne négocie pas avec des mercenaires doublés de terroristes.

Les plus lus
CANETON FOUINEURLe dérapage de Rida Benbrahim

Poussé par l'appât du gain, ce milliardaire de Rabat, fort de solides appuis dans l’establishment,a obtenu toutes les facilités pour...

13/4/2023
CANETON FOUINEURUne courbe en dents de scie et beaucoup de questions

Les experts ne cachent pas leur inquiétude au sujet de la courbe nationale des contaminations au Covid-19...

Jamil Manar
9/7/2020
CANETON FOUINEURDes soignants racontent leur quotidien

Ils sont des milliers à avoir mis leur vie entre parenthèses. Des milliers à sortir de chez eux tous les jours, à affronter ...

Sabrina El Faiz
2/5/2020