La rédaction
10/11/2021 23:32

Le discours, prononcé par le souverain le 6 novembre 2021, à l’occasion du 46ème anniversaire de la Marche Verte, était très attendu...

Le discours, prononcé par le souverain le 6 novembre 2021, à l’occasion du 46ème anniversaire de la Marche Verte, était très attendu. Les observateurs attendaient en effet la réponse royale après la dernière escalade des généraux algériens du mercredi 3 novembre qui ont menacé d’en découdre avec le Maroc suite à la mort de trois ressortissants algériens, faussement attribuée aux forces armées marocaines. Mais le souverain a superbement ignoré le voisin de l’Est et ses gesticulations désespérées, préférant parler du Sahara marocain et de son avenir prometteur en sifflant la fin de la duplicité. Le discours royal du 6 Novembre est porteur justement de messages clairs et fermes à l’adresse des adeptes de l’ambivalence sur le sujet de la cause nationale. « A ceux qui affichent des positions floues ou ambivalentes, nous déclarons que le Maroc n’engagera avec eux aucune démarche d’ordre économique ou commercial qui exclurait le Sahara marocain ». C’est clair et net et précis. Désormais, seuls les partenariats étrangers qui considèrent le Sahara marocain comme une partie intégrante du Royaume sont les bienvenus.  

L’avertissement s’adresse principalement à l’Union européenne dont la justice  s’amuse depuis plus d’une décennie à annuler les accords, agricole et halieutique, signés entre le Maroc et Bruxelles sur la base de recours introduits par une bande de mercenaires baptisée « Polisario », dépourvue qui plus est de toute existence légale pour ester en justice. Ce qui revient à dire que les tribunaux de l’UE, dont les lois et le droit prévalent sur ceux des États membres, légitiment la démarche d’une entité chimérique au détriment des intérêts suprêmes du partenaire le plus important de l’UE dans le sud de la Méditerranée. « Nous tenons à exprimer notre considération aux pays et aux groupements qui sont liés au Maroc par des conventions et des partenariats et pour qui nos provinces du Sud constituent une partie intégrante du territoire national », a en revanche précisé le souverain qui a rappelé à ceux qui l’auraient oublié que le « Sahara n’est pas à négocier ». La reconnaissance en décembre 2020 par Washington de la souveraineté du Maroc  sur ses provinces du sud représente un point de bascule dans ce conflit artificiel créé de toutes pièces par l’Algérie ennemie que le souverain n’a pas par ailleurs mentionné une seule fois dans son discours malgré les derniers actes hostiles et gesticulations haineuses de ses gérontocrates à l’égard du Royaume.

Les plus lus
CANETON FOUINEUROffensive finlandaise au Maroc

Dans le cadre de sa nouvelle stratégie Afrique, la Finlande, d’habitude discrète au Maroc, a annoncé sa volonté...

La rédaction
13/5/2021
CANETON FOUINEURLes magasins Carrefour Market repaires de poivrots

Comme ils comptent un espace dédié à la vente de l’alcool, certains magasins Carrefour Market sont devenus un pôle d’attraction pour...

La rédaction
27/1/2022
CANETON FOUINEURL’humanité sans immunité...

Face à l’envolée spectaculaire des contaminations au Covid-19 en ce début d’année, les campagnes de vaccination massives...

La rédaction
14/1/2021