Le sport serait-il considéré comme une activité subversive ?

A chaque nouveau rebond épidémique et son lot de hausse de contaminations, le gouvernement El Othmani ne prend qu’une seule mesure dramatiquement concrète : la fermeture pure et simple des salles de sports, des piscines couvertes et des hammams, au grand malheur des patrons de ces activités réputées mondialement saines et essentielles. Mais pas au Maroc où les responsables les considèrent arbitrairement comme dangereuses, inutiles et donc bonnes à être condamnées.  Sans autre forme de procès.  

Tout à leur raisonnement dopé par l’on sait quels préjugés, ces responsables estiment paradoxalement , sans se baser sur aucune étude scientifique, qu’une personne a plus de chances de choper le Covid en pratiquant du sport ou en se faisant propre qu’en se rendant par exemple dans un café bondé ou un souk anarchique, connus pour être pour être des lieux de non-droit sanitaire… C’est en effet un signe des temps que de condamner les lieux qui diffusent le bien-être physique et mental pendant que les autres espaces publics qui favorisent potentiellement la propagation du virus sont, eux, autorisés à exercer tranquillement leur activité…Une autre exception marocaine ?!  

C’est pour cette raison d’ailleurs que le Maroc est une grande nation sportive qui fait de belles moissons en médailles lors des Jeux Olympiques. La dernière édition qui vient de se dérouler à Tokyo en a fourni pour la énième fois la preuve éclatante avec une seule médaille d’or décrochée miraculeusement par l’athlétisme. Or, il ne s’est trouvé, face à cette débandade retentissante,aucun responsable pour prendre la seule décision cohérente qui s’imposait : la dissolution de toutes ces fédérations dangereusement superflues qui évoluent historiquement dans l’impunité, la gabegie et l’anarchie, sans ramener la moindre breloque.

Le sport national au Maroc c’est évidemment tout sauf le sport, tel qu'il se pratique sous d’autres cieux où les performances sportives sont au rendez-vous.  Le pass sanitaire aurait pu, comme l'ont réclamé les professionnels du secteur, constituer une alternative sérieuse à la fermeture forcée des salles de sport et de fitness dont une bonne partie a déjà mis la clé sous le paillasson lors de la première vague du covid-19.  

Mais le gouvernement, champion imbattable de l’inconséquence, qui ne sait pédaler que dans la semoule, s’est montré jusqu’ici fermé à cette mesure de bon sens. Pour l’exécutif et son soi-disant comité scientifique, un peuple propre, en bonne santé et bien dans ses baskets représente un grand danger pour le moral de la nation et même pour sa stabilité…

Les plus lus
CANETON FOUINEURLe FMI tresse des lauriers au Maroc

Le produit intérieur brut (PIB) du Maroc devrait augmenter de 6,3% en 2021, l'un des taux les plus élevés dans la région Moyen-Orient...

La rédaction
15/12/2021
CANETON FOUINEURLa santé en première ligne / Le nouveau ministère de la guerre

Dans le Maroc graduellement déconfiné où l’intendance sanitaire doit absolument suivre, se soigner du Covid-19...

Jamil Manar
16/5/2020
CANETON FOUINEURLe Maroc frappé par la première vague d'improvisation

La reprise épidémique tant redoutée touche actuellement de nombreux pays dans le monde. Le Maroc qui ne fait...

Ahmed Zoubaïr
28/7/2020
CANETON FOUINEUR Un curieux chantage… au suicide !

Faut-il carrément questionner avec lucidité, et en toute sérénité, l’histoire tumultueuse de ce Maghreb face aux impérialismes,...

Hassan Benaddi
10/11/2021