Éric Caumes, chef du service des maladies infectieuses à l'hôpital de la Pitié-Salpétrière (Paris).

La course au vaccin contre la Covid-19 a démarré, et celui développé par le couple Pfizer/BioNTech a pris la tête. Autorisé depuis...

La course au vaccin contre la Covid-19 a démarré, et celui développé par le couple Pfizer/BioNTech a pris la tête. Autorisé depuis mercredi 9 décembre au Canada et aux États-Unis le 12 décembre, injecté depuis lundi au Royaume-Uni, il suscite toutefois les réserves de certains médecins, malgré ses 95% d'efficacité annoncée. Lundi 7 décembre, sur LCI, le Pr Éric Caumes, chef du service des maladies infectieuses à l'hôpital de la Pitié-Salpétrière (Paris), met les pieds dans le plat. « Je n'ai jamais vu une fréquence aussi élevée d'effets indésirables pour un vaccin », a-t-il dénoncé dans les médias français. Quelques jours seulement après le coup d'envoi de l’opération de vaccination dans le pays de Boris Johnson, quelques ombres sont venues en effet ternir le tableau : deux membres du personnel du National Health Service (le système de santé publique au Royaume-Uni) ont développé une réaction allergique particulièrement sévère. Parmi les effets indésirables relevés par le Pr Caumes, « des réactions minimes dues à l'injection, comme des rougeurs et douleurs locales », précise-t-il dans le journal le Parisien, mais aussi de la fièvre. « 15,8% des 18-55 ans ont eu 38°C ou plus dans les sept jours qui ont suivi la seconde injection », explique-t-il. « Et 45% ont dû prendre un médicament contre la fièvre ou la douleur. On parle aussi de 55% de maux de tête, 62% de fatigue. C'est beaucoup trop. »

Le professeur très apprécié en France mais très peu goûté par le gouvernement de son pays avait dès lors expliqué sur LCI qu'il ne se ferait pas vacciner avec un produit dont il n'a « toujours pas lu ce dont il ressort dans des revues scientifiques » et qu’il se ferait administrer volontiers « le vaccin chinois». Celui-ci a été salué par de nombreux médecins occidentaux indépendants alors même qu’il n’a pas droit de cité ni en Europe ni en Amérique en raison justement de son origine qui ne lui inspire pas confiance.  Européens et Américains craignent-ils que Pékin leur administre via son vaccin une souche du Covid-21 ?

Depuis cette sortie tonitruante très critiquée par le ministre français de la Santé Olivier Véran, l’infectiologue a opéré un rétropédalage dû visiblement à la publication des données scientifiques sur le vaccin mis en cause. Sans pour autant lui témoigner une totale confiance. « L'efficacité on la connaissait, il n'y a aucune raison qu'elle soit remise en cause, c'est un vaccin très efficace », déclare l'infectiologue, précisant qu'on « ne sait pas combien de temps ça va durer par contre ». Le recul sur le vaccin est en effet pour le moment trop faible pour se rendre compte de son immunité sur le temps », a-t-il précisé sur BFMTV. Autrement dit, faites-vous vacciner et on verra après…

Les plus lus
CANETON FOUINEURLa mafia foncière frappe à Settat

Vivant en France, les Saïd sont victimes d’une opération de spoliation de leur terrain agricole situé à Settat, orchestrée par...

24/12/2020
CANETON FOUINEURLa fin des hallucinations

Alors que sa légalisation fait toujours débat à l’échelle internationale, la commission des stupéfiants des Nations unies (CND...

Ahmed Zoubaïr
10/12/2020
CANETON FOUINEURMessieurs Ramid et Amekraz, démissionnez !

Le mieux qu’ils puissent faire au lieu de continuer à se cramponner à leur siège gouvernemental qu’ils ne méritent...

Abdellah Chankou
25/6/2020
CANETON FOUINEURCe poison délicieux nommé mortadelle...

Bien des citoyens se délectent sans trop essayer de savoir ce qu’il y a dedans du fameux « cacher» qui sert à...

Jamil Manar
18/11/2020