La rédaction
1/6/2023 1:29
Mohamed Boudrika, une réputation sulfureuse…

Faut-il croire Mohamed Boudrika lorsqu’il évoque dans l’enthousiasme de son retour à la tête du Raja l’accueil royal dont il avait...

Faut-il croire Mohamed Boudrika lorsqu’il évoque dans l’enthousiasme de son retour à la tête du Raja l’accueil royal dont il avait bénéficié lui et les joueurs du club après leur qualification à la finale du Mondial des clubs ? Décryptage...  

Sans surprise, Mohamed Boudrika a repris les commandes du Raja  à l’issue d’une assemblée générale extraordinaire organisée  vendredi 26 mai à Casablanca. Sans témoins médiatiques. Sur 169 voix, le successeur de Aziz El Badraoui qui a jeté l’éponge en raison de son incapacité à redresser un club profondément  en crise,    a récolté 117 contre 45 pour son rival Saïd Hasbane, celui-là même qui lui avait succédé en 2016 lorsqu’il avait quitté le club presque à la manière d’un fuyard  avec un trou de plusieurs milliards dans les caisses.

Mais Faut-il croire le revenant rajaoui  lorsqu’il remet sur le tapis dans l’enthousiasme de son retour  peu triomphal l’accueil royal   avec décoration dont il avait bénéficié lui et les joueurs du Raja après la qualification du club  à la finale du Mondial des clubs ? L'événement remonte à 2013 et les Verts  entreront trois ans plus tard dans une valse de présidents sur fond d’une gestion chaotique impactant sa performance au fil des saisons.   Fort de cette belle réalisation sanctionnée en plus par une audience royale, M, Boudrika aurait dû normalement se représenter  pour décrocher  un second mandat. Tel n’a pas été son choix, préférant laisser  dans des conditions peu claires son fauteuil de président à M. Hasbane…

Alors pourquoi Mohamed Boudrika a-t-il tenu à reprendre la présidence du Raja 7 ans après son départ précipité  ? Qu’est-ce ce qui a changé pour qu’il éprouve de nouveau  le besoin impérieux de déclarer sa flamme pour la chefferie du Raja et les rajaouis ? Pour l’intéressé, beaucoup d’eau a coulé sous les ponts : Il  s’est lancé  entre-temps en politique devenant sous la bannière du RNI  député et président de commune (circonscription de Mers Sultan) grâce à la popularité acquise auprès de la population rajaouie.

Le football, c’est connu, est un excellent tremplin pour  accéder aux mandats électifs.  Mais aussi pour protéger ses  petits intérêts. Et Boudrika en a dans le secteur de l’immobilier où il  s’est construit une réputation peu flatteuse qui lui a valu un certain  nombre de poursuites judiciaires inconnues du grand public. Savez-vous que cet homme d’affaires ou plutôt à affaires a été condamné à 4 ans de prison avec sursis et une lourde amende  dans un dossier d’escroquerie jugé en décembre 2022  par le tribunal de première instance de Casablanca ? Les plaintes au nombre de trois  émanent d’un notaire du nom de Jalal Naji  pour émission par Mohamed Boudrika en sa qualité de  patron de  BM Matco d’une série  chèques sans provisions, issues de grandes banques de la place d’un montant total de d’environ 12 millions de DH. Dans sa déposition devant  la PJ de l’arrondissement de Ain Chock, le promoteur immobilier n'a pas cherché à nier les faits, reconnaissant avoir effectivement émis au profit du plaignant les 5 chèques totalisant la somme en question. Sauf qu’il a livré aux enquêteurs  une version tirée par les cheveux selon laquelle il  les a remis au notaire en tant que chèques de garantie (Boudrika ignore-t-il la loi, ne savait-il pas que cette pratique est  passible d'un à cinq de prison ?) contre, tenez-vous bien,  un prêt usuraire dont il n’a pas révélé le taux aux policiers. Notre grand Boudrika a donc traité avec Me Naji dont  selon ses dires, il avait fait connaissance en 2017 non pas  tant que notaire mais en sa qualité de prêteur usurier.

Talents cachés

Et Boudrika, qui joue sans rougir les victimes et les âmes vertueuses, de se surpasser en racontant qu’il a remboursé sur une certaine période son prêt usurier jusqu’au dernier centime et que son créancier a gardé les chèques chez lui  en les utilisant comme un moyen pour lui soutirer plus d’argent alors qu’il a fini de régler sa dette. Comment ? Par des chèques et des transferts d’argent via un  autre notaire et le reliquat du prêt sous forme  d’argent cash  remis de main à main  à la secrétaire et au chauffeur du plaignant. Malgré ces parties de cache-cash, le notaire usurier a continué à séquestrer ses chèques de garantie.  

Franchement, quel beau conte, quel magnifique scénario ! Le Boudrika, qui pensait pouvoir dribbler tout le monde, a des talents cachés en béton dont il peut faire profiter le cinéma national. Après le prononcé du jugement, l’inculpé a poussé l’effronterie jusqu’à affirmer sur son compte Facebook (voir fac-similé) que lui, Mohamed Boudrika, « n’a aucune relation avec l’entreprise en question » [BM Matco],  qu’il s’agissait d’une erreur qui sera corrigée et «qu’il ne fallait pas crier victoire puisqu’il  n’a rien à rien se reprocher » ! Un vrai parle-ment-aire. Il faut être Boudrika pour nier avec autant d’aplomb  un fait judiciaire avéré le concernant lui et pas un autre. Sans l’ombre d’un doute.

Évoluant dans le secteur du cash par excellence du fait de la pratique du noir, Mohamed Boudrika est réputé plein aux as. Comment se fait-il qu’il a eu recours à l’usure pour avoir de l’argent ? C’est cette foutue crise sanitaire provoquée par le Covid qui lui a causé un immense passage à vide… Pauvre Boudrika !

Visiblement, ce dernier, mis en cause dans l'affaire juteuse du trafic des billets du Mondial du Qatar, n’est pas aussi  friqué qu’il le laisse croire… Affiche-t-il juste une richesse de façade trompeuse  et serait plutôt du genre à vivre avec l’argent des autres ? Les Rajaouis,  qui comptent sur lui pour renflouer avec son propre pognon les caisses vides du club, doivent se méfier. Avec toutes les tribulations qui sont les siennes, Boudrika a raison de se cacher derrière la présidence d'un grand club de football. Ça lui permet de jouer à quitte ou double et de se jouer des autres.

Les plus lus
CANETON FOUINEURLe « Vot'santé » se fait voler dans les plumes

Les profiteurs peu scrupuleux du Covid-19 sont légion et ils sévissent dans nombre de secteurs y compris celui...

La rédaction
22/5/2020
CANETON FOUINEURLes dessous d'une opération téléphonée

Les services secrets marocains ont-ils mis en place - comme l’affirme une enquête publiée par un consortium de 17 rédactions -...

Ahmed Zoubaïr
28/7/2021
CANETON FOUINEURUn label sanitaire pour sortir de l’ornière

Maillon important de la chaîne touristique, les autocaristes font partie des professions les plus touchées par...

La rédaction
1/6/2020
CANETON FOUINEURLe PJD battu avant l’heure...

Le PJD en a été pour ses frais, lui qui croyait que la Cour constitutionnelle allait invalider l’amendement introduit...

La rédaction
14/4/2021