CANETON FOUINEUR

Le président algérien chez Poutine

Tebbouniades au pays des Soviets
Saliha Toumi
22/6/2023 2:33

Cela se voit que Vladimir Vladimirovitch Poutine s’ennuie à mort et qu’il a besoin de divertissement pour déstresser de la guerre en...

Cela se voit que Vladimir  Vladimirovitch Poutine s’ennuie à mort et qu’il a besoin de divertissement pour déstresser de la guerre en Ukraine et ses incertitudes...

Sinon comment expliquer le déplacement, dans le cadre d’une visite d’État  effectuée le jeudi 15 mal, de  Abdelmajid Tebboune à Moscou et le numéro de guignol hors du commun auquel il s’est livré tout au long de son séjour devant le  tsar russe ?

Parions que celui-ci aurait franchement rigolé aux larmes dans un autre contexte affranchi du décorum et autres convenances politico-diplomatiques. Face aux inepties débitées  par Tebboune qui ont fait le tour des réseaux sociaux, il s’est contenté d’esquisser  des moues qui en disent long sur  son état d’esprit, se demandant s’il a affaire à un chef d’Etat  sérieux ou rigoureux ou à un guignol en vrai  qui cherche à l’amuser ?

Une séquence de la conférence de presse conjointe marquée a été ressentie  par Poutine comme une grosse stupidité: « Je déduis des paroles de son excellence le président Poutine qu’il est l’ami de la planète  entière ». Cette perle signée Tebboune, qui  a dû déclencher l’hilarité générale jusque chez les martiens, mérite largement sa place dans le bêtisier universel  2023. Degré zéro de la politique. Degré zéro de la jugeote. Degré zéro de la consistance. Un naufrage diplomatique en direct amplifié par sa méconnaissance de l’histoire de son propre pays en faisant de l’émir Abdelkader le récipiendaire de l’Ordre de l’Aigle Blanc des mains de Nicolas II alors que cette distinction lui a été  remise en vérité par Alexandre II comme l’a si bien  rappelé  Vladimir Poutine. Avant que Abdelmadjid Tebboune dans une tentative grotesque de corriger son hôte ne fasse étalage de son immense inculture.

Farce de frappe

Inconsistance politique. Inculture historique. Pathétique. Stimulé par l’originalité de ses perles, le Tebboune décide en roue libre de ne pas s’arrêter en si bon chemin. Alors là, il se surpasse, visiblement décontenancé  par un Poutine impassible,  en faisant de la Russie le défenseur de «notre liberté»  et de «l’indépendance»  de l’Algérie par le biais de «notre armement».

Ah bon!  On apprend des choses intéressantes  avec Tebboune, à savoir que  l’armée algérienne, qui se targue d’être le protecteur de ses frontières, est juste là pour le décor… Quid de « un million et demi  de martyrs » morts selon la  version officielle pour la souveraineté  du pays ? On savait depuis longtemps que ce récit  relevait de la pure fable. Tebboune vient d’en administrer la preuve. Le sang du général Saïd Chengriha n’a dû faire qu’un tour… Ca va barder en Algérie. Là-bas, entre colère et stupeur, on n’en revient toujours pas. En plus du ridicule dont il a couvert son pays,  Tebboune est revenu bredouille de son voyage de Russie où il a signé avec son homologue juste  une «déclaration sur un partenariat stratégique approfondi», à l’identique de  celui  paraphé en 2001. Outre le secteur des hydrocarbures, le renforcement de la coopération portera sur le domaine militaire, selon une dépêche de  l’agence Tass. Soit l’acquisition de l’armement qui  permettra de verser des montagnes d’argent   dans la machine de guerre de Poutine contre l’Ukraine. Le prix de la protection de l’ours russe de son petit satellite maghrébin? Or, le président algérien s’était engagé auprès des occidentaux sur le renforcement des relations économiques de son pays avec la Russie et de ne pas lui acheter de matériel militaire. Ce qui est bien avec le président élu… des généraux à la tête d’un pays très peu fiable  c’est qu’il est sans filtre.  Sincère jusque dans ses  insanités en série et ses sorties hasardeuses qui tournent souvent au tragi-comique.  Celles-ci sont tellement  nombreuses qu’on en oublie. On retient quand même son fameux «l’Algérie est une force de frappe que le monde entier calcule». Il voulait certainement dire  une farce de frappe qu’il a ressortie en Russie en proposant la médiation algérienne dans le conflit russo-ukrainien alors que les décideurs algériens  ont montré leur incapacité de résoudre les pénuries de certains produits de base qui frappent régulièrement  la population. Défense de rire !

Les plus lus
CANETON FOUINEURLe souverain prend le dossier à bras-le-corps

S.M le roi Mohammed VI a présidé, mercredi 20 septembre au Palais royal de Rabat, une séance de travail consacrée au programme...

CANETON FOUINEURL’Algérie se surpasse

La haine aveugle et l’obsession maladive peuvent conduire ses auteurs sur des terrains inappropriés, à la limite de la folie...

21/4/2022
CANETON FOUINEURPas vraiment secoués...

Le Maroc n’a enfanté jusque-là et en pagaille que les responsables des raouts du blablas dans l’ambiance aseptisée des hôtels. Dans ce...

CANETON FOUINEURQui va arrêter et juger les criminels de guerre sionistes ?

Le sionisme lâche ne lâche rien et reprend ses bombardements sauvages de manière indiscriminée contre la bande de Gaza et ses populations...

Ahmed Zoubaïr
7/12/2023