C’est un départ en catimini qui lui ressemble : Peu commun. Donald Trump a cédé mercredi 20 janvier les clés du pouvoir à Joe Biden...

C’est un départ en catimini qui lui ressemble : Peu commun. Donald Trump a cédé mercredi 20 janvier les clés du pouvoir à Joe Biden sans assister, comme le veut la tradition américaine, à la cérémonie d’investiture de son successeur. Jusqu’au bout, il aura été ce personnage imprévisible qui a cassé les codes politiques classiques. C'est à travers une vidéo, diffusée sur Internet, qu'il a prononcé son dernier discours à la Maison- Blanche. Refusant toujours d'admettre sa défaite, décidé à vivre dans une réalité parallèle, M. Trump a toutefois affirmé « prier » pour que la nouvelle administration « réussisse à maintenir la sécurité et la prospérité de l'Amérique ». « Nous leur adressons nos meilleurs vœux et nous leur souhaitons de la chance - un mot très important », a-t-il ajouté sans citer une seule fois le nom de Joe Biden. Deux semaines après l’attaque du Capitole par ses supporters, Donald Trump a, pour la première fois, condamné explicitement ces actes. « Tous les Américains ont été horrifiés par l'assaut sur notre Capitole.

La violence politique est une attaque sur tout ce que nous chérissons, en tant qu'Américains. Cela ne pourra jamais être toléré, a-t-il poursuivi. Maintenant plus que jamais, nous devons nous unifier autour des valeurs que nous partageons, surmonter les rancœurs partisanes et forger notre destin commun. » L’ex-président US a préféré entretenir le mystère sur son avenir et ses ambitions futures. « Le mouvement que j'ai initié n'en est qu'à ses débuts », a indiqué, celui qui est vit sous la menace d'une procédure de destitution qui pourrait l'empêcher de briguer un nouveau mandat. On voit mal ce monstre politique, qui a laissé des traces indélébiles dans la vie politique américaine et internationale, prendre paisiblement sa retraite dans sa résidence en Floride... Le désir du come-back est dans son tempérament de bagarreur... Ce qui est certain c’est que, même si certains observateurs le donnent politiquement fini, le trumpisme qu’il a inventé lui survivra…

Les plus lus
CANETON FOUINEUR Le virus de l’improvisation frappe de nouveau l’université...

Censé connecter l’université marocaine au monde professionnel en offrant aux étudiants une formation pratique qui mène à l'emploi,...

Ahmed Zoubaïr
5/1/2022
CANETON FOUINEURScandale médical dans une clinique à Rabat

Opérée dans une clinique de Rabat, une jeune femme de 32 ans perd la vie. Accident médical ou erreur chirurgicale ?

La rédaction
22/6/2020
CANETON FOUINEURMettez Yuka dans votre smartphone

La majorité des consommateurs marocains sont très peu conscients des produits qu’ils mettent dans leur chariot de supermarché...

Jamil Manar
28/7/2021