CANETON FOUINEUR

Le Conseil constitutionnel sénégalais remet les pendules politiques

Une belle leçon de vitalité democratique...
Jamil Manar
23/2/2024 12:57
Désaveu cinglant pour Macky Sall.

Le président sénégalais Macky Sall s’est engagé, vendredi 16 février, à faire exécuter pleinement la décision du Conseil constitutionnel...

Le président sénégalais Macky Sall s’est engagé, vendredi 16 février, à faire exécuter pleinement la décision du Conseil constitutionnel annulant le report de la présidentielle du 25 février. La démocratie sénégalaise sort encore plus forte de coup de force politique avortée par les Sages.

C’est  le conseil constitutionnel qui a finalement fait plier Macky Sall par son arrêté  annulant la décision  report de la présidentielle du 25 février validée ensuite par le Parlement. La démocratie sénégalaise en sort encore plus forte. Le président  sénégalais, qui a déclenché par son initiative une  grave  crise politique sur fond de manifestations, s’est engagé, vendredi 16 février à faire exécuter pleinement la décision du Conseil constitutionnel et « mènera sans tarder les consultations nécessaires pour l’organisation de l’élection présidentielle dans les meilleurs délais », indique un communiqué de la présidence. Les sages ont constaté « l’impossibilité d’organiser l’élection présidentielle à la date initialement prévue » du 25 février, compte tenu du retard pris par le processus, et «invite les autorités compétentes à la tenir dans les meilleurs délais ». Il a réaffirmé le principe d'intangibilité de la durée de cinq ans du mandat présidentiel. La décision de la Cour constitutionnelle a été largement saluée comme un facteur d’apaisement et les mots d’ordre ne trouvaient quasiment aucun écho vendredi en milieu d’après-midi à Dakar aux points de rassemblement où policiers et journalistes étaient plus nombreux que les manifestants.
L’opposition et la société civile criaient au « coup d’État constitutionnel » après le report, accusant le camp présidentiel de chercher à éviter la défaite de son candidat, le Premier ministre Amadou Ba, et suspectant M. Sall de vouloir se maintenir au pouvoir, à travers son dauphin.
La Commission économique des États de l’Afrique de l'Ouest (Cedeao) et  l'Union européenne ont appelé les autorités à se conformer à la décision de la Cour. L’ajournement de la présidentielle avait alarmé  les partenaires internationaux, inquiets à l'idée  qu’un pays réputé pour sa stabilité dans une région déjà en proie à l'instabilité politique et qui a renoué avec les putschs militaires ne bascule  à son tour dans la violence. Ce scénario-catastrophe a été évité de justesse.La démocratie sénégalaise est sortie encore plus forte de cette épreuve en démontrant l’impartialité de ses gardiens et  la solidité de ses fondements. Le Sénégal n'est pas une république bananière. Le président sortant vient de s'en faire administrer la preuve de manière cinglante.

Les plus lus
CANETON FOUINEURCeux qui soignent bien leur business...

C’est une aubaine inespérée pour les activités médicales directement corrélées au Covid-19 comme les cliniciens...

Jamil Manar
5/11/2020
CANETON FOUINEURLe retour des prières collectives

Les mosquées réouvriront progressivement leurs portes aux prières collectives mercredi 15 juillet sur l’ensemble...

La rédaction
9/7/2020
CANETON FOUINEURVahid Halilhodžić, un coach vieux jeu

Le seul sport où le coach national a véritablement excellé est le changement récurrent de joueurs au fil des matchs, qui dénote son...

La rédaction
17/2/2022
CANETON FOUINEURPourquoi le Maroc a changé de stratégie

Organiser l’isolement des patients du Covid-19 à Benslimane ou à Ben Guérir ne représente plus la seule alternative...

Jamil Manar
9/7/2020