Ces humoristes qui ont présidé aux destinées de la Raie publique (9)

Beurgeois gentlemen
18/6/2022 14:23
Ces humoristes qui ont présidé aux destinées de la Raie publique (9)

Qui a dit "Cela m'en touche une sans faire bouger l'autre" ? Cette expression méprisante traduit un propos tenu, qui, selon son auditeur, n'a aucun intérêt ou aucun effet sur la personne visée. Cette expression, plutôt graveleuse, fait en effet référence aux gonades mâles : elle est l'œuvre de Jacques Chirac, qui l'employait souvent. En 1981, Jacques Chirac est invité à commenter en duplex les résultats du deuxième tour des élections législatives sur l’ancienne chaîne Antenne 2, aujourd’hui France 2. Alors qu’il s’apprête à intervenir, il perd patience et interroge, hors-caméra, sans se rendre compte qu’il est déjà à l’antenne: « Qu’est-ce qui arrive à la 2, il faut lui faire chauffer l’appareil ? ». Un an plus tard, toujours sur la même chaîne de télévision, Chirac est questionné sur l’animal en peluche de son enfance. Il répond : « Je n’avais pas d’ours, mais j’avais un lapin auquel je tenais beaucoup ». En 1995, Chirac est interrogé par Arlette Chabot au sujet de l’élection présidentielle. Elle lui demande s’il ira jusqu’au bout et s’il n’a pas l’intention de renoncer. Interloqué, il rétorque : « Vous parlez sérieusement ou vous faites de l’humour ? Soyons sérieux, je vous en prie. » L’entretien se termine sur un plan de la mine déconfite de la journaliste…

La même année, Chirac présente son livre de campagne « La France pour tous ». La couverture est illustrée par un pommier qui intrigue le journaliste Alain Duhamel : « Je suis un mangeur de pommes et j’ai trouvé que c’était joli », explique le candidat. Quelques jours plus tard, il explique au journaliste Bruno Masure : « La pomme est un fruit sympathique et je l’observe tous les jours ». Les pommes vont devenir l’emblème de sa campagne électorale. Sur Canal Plus, les Guignols de l’info vont ensuite populariser la formule « Mangez des pommes ! » et ainsi contribuer à forger l’image d’un homme du terroir, proche du peuple. Lors de sa visite en Israël en 1996, Jacques Chirac devient le « héros » du monde arabe en sermonnant le service de sécurité israélien, exaspéré par son omniprésence et ses méthodes musclées. Dans un anglais approximatif, il s’emporte : « What do you want ? Me to go back to my plane and go back to France ? Is that what you want ? This is not a method. This is provocation ! ». Deux jours après avoir remporté la Coupe du monde de football, l’équipe de France est reçue à l’Elysée à l’occasion de la Garden-party du 14 juillet 1998. Il y avait Zinedine Zidane, Didier Deschamps, Fabien Barthez…

Alors que Jacques Chirac présente le trophée au public, il commet un lapsus en déclarant : « Et voici la Coupe de France… la Coupe du monde pardon ! ». Le président français s’était déjà illustré lors de cette Coupe du monde par son incapacité à scander le nom de certains joueurs de l’équipe de France. Deux ans plus tard, Chirac va populariser l’adjectif : « Abracadabrantesque » dérivé d'abracadabra qu’il utilisa pour qualifier une chose incroyable, mais pourtant bien vrai. En 2000, lorsque la journaliste d’investigation Elise Lucet, sur France 3, interroge le président de la République sur la cassette vidéo Mery qui dénonce le financement occulte de son parti, le RPR, Jacques Chirac se dit « indigné par le procédé, indigné par le mensonge, indigné par l’outrance […] Il doit y avoir des limites à la calomnie […] Aujourd’hui on rapporte une histoire abracadabrantesque ». Plus tard, entre 2002 et 2004, les investigations du juge Armand Riberolles ont validé le contenu de la cassette vidéo dans laquelle Mery, le financier occulte du RPR, né à Casablanca en 1942, affirmait notamment avoir remis 5 millions de francs en espèces à Jacques Chirac en octobre 1986.  

Les plus lus
CANETON FOUINEURMessieurs Ramid et Amekraz, démissionnez !

Le mieux qu’ils puissent faire au lieu de continuer à se cramponner à leur siège gouvernemental qu’ils ne méritent...

Abdellah Chankou
25/6/2020
CANETON FOUINEURL’éternel jeu d’équilibrisme

Le système fiscal n’est pas un simple aménagement des techniques d’imposition ; il est, avant tout, un fait moral et politique qui,...

Hassan El Ktini
29/7/2021
CANETON FOUINEURActe de folie ou geste terroriste ?

Épargné depuis quelques années par les actes terroristes, le Maroc vient d’être de nouveau le théâtre d’une attaque meurtrière dans...

La rédaction
19/1/2022
CANETON FOUINEURLes Chats Confinés (Une fable du Chat Rouge)/Les charocains et le temps qui court...

Chat Rouge est sur l’autoroute et regrette déjà le temps du confinement. En effet, beaucoup de Charocains...

Chat Rouge
26/6/2020
CANETON FOUINEURLe coronavirus voyage dans les égouts...

Des fragments de génome du Covid-19 peuvent passer dans les selles des personnes contaminées...

La rédaction
10/5/2020
CANETON FOUINEURCes organisations des maladroits de l’homme...

Décidément, les autorités marocaines n’ont pas appris des erreurs du passé qu’elles reproduisent aujourd’hui encore...

La rédaction
8/10/2020
CANETON FOUINEURUne agriculture nationale résiliente

L’agriculture nationale a fait preuve de résilience et d’agilité à des circonstances exceptionnelles grâce aux...

La rédaction
19/11/2020
CANETON FOUINEURDriss Chraïbi : Le gouvernement n’est pas à l’origine de la flambée des prix du carburant ni de certaines denrées alimentaires  

Député du RNI de Hay Hassani à Casablanca, Driss Chraïbi explique dans cet entretien les mesures concrètes prises par le gouvernement...

Propos recueillis par Jamil Manar
18/2/2022