COP28 : On avance, mais à pas de tortue

Abdeslam Seddiki
7/12/2023 20:35
COP28  : On avance, mais à pas de tortue

Quand on mesure le chemin parcouru depuis   1972   avec la Conférence des Nations unies sur l'environnement, (Stockholm), suivie par la création en 1988 du GIEC (Groupe intergouvernemental sur le climat) et le protocole de Kyoto signé en 1997 (rentré en vigueur en 2005) pour arriver à l’accord de Paris en 2015 (cop21) avec des engagements clairs et précis en matière de réduction du réchauffement climatique, il y a de quoi s’inquiéter.  Et c’est à juste titre que divers milieux, notamment dans les rangs des ONG engagées dans la lutte contre le réchauffement climatique commencent à devenir sceptiques et n’hésitent pas à l’exprimer publiquement.
En attendant la fin du sommet de Dubaï pour en   connaitre les résultats définitifs, il y a lieu de souligner deux mesures phares qui vont être inscrites au bilan de cette rencontre. La première est relative à la création d’un fonds pour financer les « pertes et dommages » causés par le dérèglement climatique.
Pour y parvenir, il aura fallu des années de tractations et de négociations. L’idée remonte à 36 ans lorsque les pays en développement ont formulé la demande de créer un tel fonds pour réparer les dommages qu’ils subissent et pour lesquels ils ne sont pas responsables dans la mesure où ce sont les grands pays développés qui sont les principaux pollueurs et par conséquent responsables des dérèglements climatiques.  La décision a été prise lors de la cop27 de Charam El-Chikh. Depuis, un comité transitionnel, composé de représentants de pays du Sud et du Nord, a travaillé à sa concrétisation. Après une année de discussions extrêmement tendues, une « réunion de la dernière chance » a finalement permis de parvenir à un consensus début novembre, pour que les 198 Etats présents à Dubaï concrétisent définitivement la mesure le 30 novembre dernier Il faut cependant relativiser la portée d’un tel fonds pour au moins deux raisons. D’abord, il n’a aucun pouvoir contraignant et les contributions des Etats sont facultatives. Les sommes annoncées dans la foulée n’incitent pas à l’optimisme.

Sommes dérisoires

Ainsi, l’Union européenne a annoncé une contribution de 225 millions d’euros (dont 100 millions de la part de l’Allemagne), les Emirats arabes unis ont promis 100 millions, le Royaume Uni 50,5 millions, les Etats-Unis 17,5 millions d’euros et le Japon 10 millions.  Soit à peine 400 millions.  Bien sûr, d’autres annonces devraient intervenir par la suite. Mais il ne faut pas s’attendre au miracle.  Ensuite, ces sommes demeurent dérisoires par rapport aux coût total engendré par la perte de récoltes, la destruction d’infrastructures ou encore des déplacements de populations du fait de cyclones, de sécheresses ou de la montée des eaux. Ces coûts sont estimés entre 290 milliards et 580 milliards de dollars (entre 265 milliards et 532 milliards d’euros) par an d’ici à 2030.  
La deuxième mesure est relative à la création par les Emirats Arabes Unies, pays hôte, d’un fonds privé doté de 30 MM $ consacré à la lutte contre le changement climatique.
Par une telle mesure, les Emirats cherchent à impliquer davantage le secteur privé dans la lutte contre le réchauffement climatique. Cette mesure revêt une valeur d’exemple pour le capital privé qui doit s’investir dans les affaires du climat dans la mesure où les besoins en investissements climatiques sont estimés à 2400 MM $ par an ! On le voit, face à l’urgence climatique, les progrès sont timides. Les grands pays industriels ne s’empressent pour joindre les actes à la parole. La situation appelle un sursaut réel et un engagement sincère de toutes les parties et en premier lieu de ceux qui ont tiré profit jusqu’à maintenant à savoir les pays industrialisés qui sont à l’origine de l’émission de CO2.  
D’autant plus que la sortie de l’ère « des énergies fossiles » n’est pas pour demain. Au contraire, on assiste à un retour en arrière avec le recours de certains pays à l’usage du charbon. Et ce n’est pas la technique du captage du dioxyde de carbone, dit CCS (Carbon Capture and Storage), qui va résoudre le problème même si elle connaît un élan massif.
C’est dans ce sens qu’il faut interpréter le discours du Roi adressé au sommet de Dubaï le 1er décembre dernier : « … entre l’action climatique par "petits pas" et les défis climatiques imminents qui s’imposent significativement, se crée un fossé qu’il convient de combler sans délai. Et tout comme il faut croire en l’action climatique, il faut également être convaincu qu’entre les voix de ceux qui se résignent aux "petits pas", et de ceux qui ne jurent que par les "grandes ruptures" – mues par l’idéologie et portées par le dogme, il y a un chemin médian. Un chemin fait de pragmatisme certes, mais aussi de volontarisme, d’ambition et de vision. C’est ce chemin-là que nous devons faire nôtre, si notre dessein est toujours d’être à la hauteur des engagements souscrits à la COP.21 de Paris en 2015, et à la COP.22 à Marrakech en 2016. »
Et le Souverain de poursuivre : « Dans un système mondial toujours inéquitable, l’Afrique a reçu 30 milliards USD des flux annuels de financement climatique en 2020, ce qui représente moins de 12% de ses besoins. Pénalisé et défavorisé, le Continent a pourtant tous les atouts pour devenir la solution climatique mondiale, la solution aux grands défis du 21eme siècle. L’absence d’une solidarité agissante ralentit considérablement l’élan de son action climatique. »
Pour conclure, il n’est pas sans intérêt de rappeler cette déclaration   de Jacques Chirac lors du Sommet mondial sur le développement durable à Johannesburg sept 2002 : "Notre maison brûle et nous regardons ailleurs. La nature, mutilée, surexploitée, ne parvient plus à se reconstituer et nous refusons de l'admettre."

Les plus lus
CANETON FOUINEURMounjib expédié à l’ombre

Maati Mounjib est placé en détention préventive à la prison d’El Arjat dans la région de Rabat depuis le mardi 29 décembre...

La rédaction
14/1/2021
CANETON FOUINEURLe tourisme national dans le coma

« C’est la mort cérébrale ». C’est en ces termes qu’un grand professionnel du tourisme national a qualifié la...

La rédaction
12/11/2020
CANETON FOUINEURL’OFPPT remplit-il son office ?

Malgré ses effectifs pléthoriques estimés à près de 11.000 collaborateurs à travers tout le pays, l’OFPPT de Loubna Tricha fait appel...

19/5/2022
CANETON FOUINEURLes Chats Confinés (Une fable du Chat Rouge) / Les mic-Mac high tech de Derb Chat Kleb

Au moment où notre jeunesse est assimilée à des ninjas aux sabres menaçants ou à des hooligans qui courent au milieu...

Chat Rouge
18/6/2020
CANETON FOUINEURÇa craint pour la tomate marocaine

La décision récente des autorités françaises de réduire le nombre de visas accordés au Maroc a fait une première victime: les chauffeurs...

La rédaction
14/10/2021
CANETON FOUINEURLes tentatives désespérées du PJD

Benkirane et ses amis ont mobilisé à plusieurs reprises leurs milices électroniques au service de leur unique cause : ternir l’image...

Abdellah Chankou
16/9/2021
CANETON FOUINEURLe recyclage de Abdellatif Maazouz

Comme prévu, l’Istiqlalien Abdellatif Maazouz a été élu, mercredi 22 septembre, président de la région Casablanca-Settat...

La rédaction
23/9/2021
CANETON FOUINEURKhalid Aït Taleb et les formes graves d’arrogance

Longtemps niés au nom d'une culture d'opacité bien enracinée, les effets secondaires des vaccins anti-Covid-19, dont certains sont graves...

Jamil Manar
4/11/2021