Khouribga, une ville française... (16)

Beurgeois gentlemen
15/10/2020 12:34
Khouribga, une ville française... (16)

En 1920, à Mnina où quelques familles vivent regroupées autour d’un point d’eau, le Seigneur Benji, est amputé...

En 1920, à Mnina où quelques familles vivent regroupées autour d’un point d’eau, le Seigneur Benji, est amputé d’une partie de ses terres nécessaires à l’implantation de la future forêt du futur village de la future ville de Khouribga. Les ingénieurs français ne chôment pas ; pour faire passer la pilule aux indigènes, ils baptisent l’établissement, fondé le 7 août 1920, « Office Chérifien des Phosphates ». Un chérif, chez les musulmans, est un descendant de Mahomet par sa fille Fatima. A ce jour, un siècle plus tard (1920-2020), les autochtones de la tribu des Ouled Abdoun le nomment tout simplement « Loufisse». Les Français commencent l’activité d’extraction des phosphates dès 1921 chez les M'fassis. Le Seigneur Benji, soucieux, sépare les deux bébés, Le Bon (Taybi en arabe) et Claire (Sfia en arabe), qui se chamaillent. Il est sidéré par la déstructuration de ses terres par Loufisse.  Benji disait à sa sœur, la maman de Claire, « choufi khti, notre bled, N’ssara kharbgouha » (regarde ma sœur, notre terre, les Nazaréens l’ont déstructurée).

Le verbe arabe « kharbaga » (خربق) signifie «déstructurer » car Loufisse a multiplié les sites d'extraction des phosphates et éventré leur terre. De « kharbgouha» (ils l’ont déstructurée), la délicate oreille de Loufisse a compris que la région s’appelait Khouribga et l’a ainsi baptisée au nom du Père, du Fils et du Saint-Esprit. De simple producteur de phosphate, Loufisse s’est donc trouvé être aussi, volens nolens, « promoteur » de villages (autant de villages que de catégories sociales), constructeur d’une église reliée directement par une belle route goudronnée à un nouveau cimetière chrétien, épicier avec un grand magasin dans le centre du village des cadres, appelé « coopérative », qui vend les boissons alcoolisées aux musulmans, tenancier de hammams très bon marché, directeur du cinéma OCP et de son ciné-club, gérant de deux piscines (une pour les cadres avec toboggan et l’autre pour les ouvriers sans toboggan). A cela s'ajoutent une mosquée avec un minaret qui domine la piscine des ouvriers, d’où le muezzin peut annoncer la prière et admirer tous ces corps nageant entre deux eaux, et un terrain omnisports avec un club au non très français : l’Olympique Club de Khouribga. Ce monopole à la fois économique, social et culturel s'est développé précisément à l'époque où la perpétuation de semblables situations devenait impossible en France.

Sans doute, ce décalage correspond-il, dans le temps, à celui du développement économique du Maroc par rapport à l'industrialisation de la France. Il n'en reste pas moins vrai que cette politique, comme moteur de tous les domaines de l'activité urbaine, a été, à Khouribga, infiniment plus déterminante et exclusive que le rôle de la famille Michelin à Clermont-Ferrand par exemple. Lorsque, dans tout pays en voie d'industrialisation, l'emploi qu'offre la mine fait surgir les villes du sol et attire les hommes en les arrachant à leur terre, on assiste à un passage de la ruralité à la citadinité, avec des conséquences perturbantes et corrosives pour l'équilibre des sociétés traditionnelles. Comme l’a déclaré récemment à la presse, l’Emmanuel Kant de la pensée urbanistique, lors du MIPI de septembre 2020 (marché international de l’immobilier professionnel), l’ancien président français, Serra9 Zyte Sarkozy, qui utilise moins de vocabulaire qu’un enfant du Neuf Trois, 93, Seine Saint Denis, département le plus pauvre de l’Ile de France où résident plus de Maliens qu’à Bamako, Neuf Trois qu’il voulait naguère nettoyer au Karcher quand il était aux affaires de la raie publique : « Sur le golfe Persique, sur la rive opposée à l’Iran, ils ont fait des villes époustouflantes, il faut penser que leurs grands-pères vivaient sous la tente. Moi, je suis contre les tours laides et pour les tours belles. Je sais que je ne suis pas très malin mais je comprends ce que je dis. Si on voulait construire la tour Eiffel aujourd’hui, l’association qui défend les crapauds orange à dos à pois bleus l’empêcherait. ». (A suivre)

Les plus lus
CANETON FOUINEURLe Covid-19 percute les deux usines de Renault

Si les autorités sanitaires n’avaient pas recommandé aux unités industrielles connues pour être des nids de...

La rédaction
29/5/2020
CANETON FOUINEURChronique d’une sortie politique cafouilleuse

En suspendant à la dernière minute l’enseignement présentiel dans certaines villes comme Casablanca, l’exécutif...

Ahmed Zoubaïr
10/9/2020
CANETON FOUINEURVers la dissolution de l’AMPL ?

Le conflit judiciaire opposant la RAM à l’association marocaine des pilotes de ligne (AMPL) prend une nouvelle tournure...

La rédaction
29/10/2020
CANETON FOUINEURPause dans les dépenses de haute futilité

Les Marocains dépensent moins que d’habitude, état d’urgence sanitaire oblige. Fini les sorties au restaurant et les week-ends détente ...

Jamil Manar
16/4/2020
CANETON FOUINEURQue faire de notre patrimoine naturel ?

L'Académie Hassan II des Sciences et techniques vient d’organiser sa session plénière annuelle 2020 sur le thème «Patrimoine naturel...

Abdeslam Seddiki
6/3/2020
Texte de l'Oie Liberté libertine

De nos jours, les info(rmation)s divertissent et pervertissent plus qu’elles n’instruisent. On se laisse guider par leurs...

Lahcen Ouasmi
5/11/2020
CANETON FOUINEURComment grossir avec Danone

Interdits depuis plusieurs années de publicité en France pour leurs effets néfastes sur la santé, les probiotiques...

Jamil Manar
28/7/2020
CANETON FOUINEURLes Chats Confinés (Une fable du Chat Rouge)/Les charocains et le temps qui court...

Chat Rouge est sur l’autoroute et regrette déjà le temps du confinement. En effet, beaucoup de Charocains...

Chat Rouge
26/6/2020