Khouribga, une ville française... (16)

Beurgeois gentlemen
15/10/2020 12:34
Khouribga, une ville française... (16)

En 1920, à Mnina où quelques familles vivent regroupées autour d’un point d’eau, le Seigneur Benji, est amputé...

En 1920, à Mnina où quelques familles vivent regroupées autour d’un point d’eau, le Seigneur Benji, est amputé d’une partie de ses terres nécessaires à l’implantation de la future forêt du futur village de la future ville de Khouribga. Les ingénieurs français ne chôment pas ; pour faire passer la pilule aux indigènes, ils baptisent l’établissement, fondé le 7 août 1920, « Office Chérifien des Phosphates ». Un chérif, chez les musulmans, est un descendant de Mahomet par sa fille Fatima. A ce jour, un siècle plus tard (1920-2020), les autochtones de la tribu des Ouled Abdoun le nomment tout simplement « Loufisse». Les Français commencent l’activité d’extraction des phosphates dès 1921 chez les M'fassis. Le Seigneur Benji, soucieux, sépare les deux bébés, Le Bon (Taybi en arabe) et Claire (Sfia en arabe), qui se chamaillent. Il est sidéré par la déstructuration de ses terres par Loufisse.  Benji disait à sa sœur, la maman de Claire, « choufi khti, notre bled, N’ssara kharbgouha » (regarde ma sœur, notre terre, les Nazaréens l’ont déstructurée).

Le verbe arabe « kharbaga » (خربق) signifie «déstructurer » car Loufisse a multiplié les sites d'extraction des phosphates et éventré leur terre. De « kharbgouha» (ils l’ont déstructurée), la délicate oreille de Loufisse a compris que la région s’appelait Khouribga et l’a ainsi baptisée au nom du Père, du Fils et du Saint-Esprit. De simple producteur de phosphate, Loufisse s’est donc trouvé être aussi, volens nolens, « promoteur » de villages (autant de villages que de catégories sociales), constructeur d’une église reliée directement par une belle route goudronnée à un nouveau cimetière chrétien, épicier avec un grand magasin dans le centre du village des cadres, appelé « coopérative », qui vend les boissons alcoolisées aux musulmans, tenancier de hammams très bon marché, directeur du cinéma OCP et de son ciné-club, gérant de deux piscines (une pour les cadres avec toboggan et l’autre pour les ouvriers sans toboggan). A cela s'ajoutent une mosquée avec un minaret qui domine la piscine des ouvriers, d’où le muezzin peut annoncer la prière et admirer tous ces corps nageant entre deux eaux, et un terrain omnisports avec un club au non très français : l’Olympique Club de Khouribga. Ce monopole à la fois économique, social et culturel s'est développé précisément à l'époque où la perpétuation de semblables situations devenait impossible en France.

Sans doute, ce décalage correspond-il, dans le temps, à celui du développement économique du Maroc par rapport à l'industrialisation de la France. Il n'en reste pas moins vrai que cette politique, comme moteur de tous les domaines de l'activité urbaine, a été, à Khouribga, infiniment plus déterminante et exclusive que le rôle de la famille Michelin à Clermont-Ferrand par exemple. Lorsque, dans tout pays en voie d'industrialisation, l'emploi qu'offre la mine fait surgir les villes du sol et attire les hommes en les arrachant à leur terre, on assiste à un passage de la ruralité à la citadinité, avec des conséquences perturbantes et corrosives pour l'équilibre des sociétés traditionnelles. Comme l’a déclaré récemment à la presse, l’Emmanuel Kant de la pensée urbanistique, lors du MIPI de septembre 2020 (marché international de l’immobilier professionnel), l’ancien président français, Serra9 Zyte Sarkozy, qui utilise moins de vocabulaire qu’un enfant du Neuf Trois, 93, Seine Saint Denis, département le plus pauvre de l’Ile de France où résident plus de Maliens qu’à Bamako, Neuf Trois qu’il voulait naguère nettoyer au Karcher quand il était aux affaires de la raie publique : « Sur le golfe Persique, sur la rive opposée à l’Iran, ils ont fait des villes époustouflantes, il faut penser que leurs grands-pères vivaient sous la tente. Moi, je suis contre les tours laides et pour les tours belles. Je sais que je ne suis pas très malin mais je comprends ce que je dis. Si on voulait construire la tour Eiffel aujourd’hui, l’association qui défend les crapauds orange à dos à pois bleus l’empêcherait. ». (A suivre)

Les plus lus
CANETON FOUINEUR360 millions de DH pour les pilotes licenciés par la RAM !

Malgré la crise aiguë qu’elle traverse en raison de la pandémie qui a réduit drastiquement son activité,...

Jamil Manar
27/8/2020
CANETON FOUINEUREntreprises / Quelle politique santé et sécurité post-Covid19 ?

Si la crise sanitaire mondiale actuelle a eu au moins un mérite, c’est celui d’avoir favorisé l’émergence d’une prise de conscience...

Dr Saoussan Bekkali
18/6/2020
CANETON FOUINEURBig Brother va-t-il nous sauver ?

Le Maroc opte pour le traçage numérique du coronavirus. Le projet est ambitieux mais il n’est pas facile à exécuter sur le terrain...

Jamil Manar
17/4/2020
CANETON FOUINEURLe « Vot'santé » se fait voler dans les plumes

Les profiteurs peu scrupuleux du Covid-19 sont légion et ils sévissent dans nombre de secteurs y compris celui...

La rédaction
22/5/2020
CANETON FOUINEURCoronavirus : 7 activités pour mieux s’en sortir !

Les étalages ont été dévalisés, les souks pris d’assaut, les comptes en banque vidés… Il y a même des couples qui ne se supportent déjà ...

Sabrina El Faiz
23/3/2020
CANETON FOUINEURCoronavirus au Maroc : Un mois de cohabitation

Cela fait un mois jour pour jour que le Maroc a contracté son premier cas de coronavirus. C'était le 2 mars via un Marocain revenu ...

2/4/2020
CANETON FOUINEURLa distanciation scolaire en marche

Beaucoup de parents ont du coup le sentiment que l’école à distance n’est en fait qu’une sous-traitance aux familles...

Ahmed Zoubaïr
1/10/2020
L’ENTRETIEN À PEINE FICTIFAbdellatif Kabbaj, président de la FNT : C’est la peine-sion complète

Une équipe du Canard a interrogé le président de la Fédération nationale du tourisme (FNT) Abdellatif Kabbaj sur la situation désastreuse du

Saliha Toumi