Khouribga, une ville française... (20)

Beurgeois gentlemen
12/11/2020 14:15
Khouribga, une ville française... (20)

En 2020, nous célébrons le centenaire de la fondation de la ville de Khouribga. A Mnina, où quelques familles vivent...

En 2020, nous célébrons le centenaire de la fondation de la ville de Khouribga. A Mnina, où quelques familles vivent regroupées autour d’un point d’eau au nord de l’actuelle ville de Khouribga, Benji, le Seigneur de la bourgade, reçoit son beau-frère et père de sa nièce Claire, « Ben L’oriental » commerçant de tissus itinérant de souk en souk qui a toujours des tonnes d’histoires à raconter. Il lui résume la fin du règne du Sultan Abdelaziz.

Depuis 1902, l’homme à l’ânesse, Bouhmara, prétendait être le frère aîné du sultan Abdelaziz et l'héritier légitime du trône. Cet homme est comme l’actuel Donald Trump des Etats Désunis d’Amérique : plus la fake news est grosse, plus ça passe ! Bouhmara a réussi à « Trumper » les Rifains. Il s’est enrichi en vendant des concessions minières dans le Rif aux Espagnols et s’est payé un Magasin parallèle et rival du Makhzen du Sultan. Son commerce avec l'Europe lui a permis d’importer des armes et de financer une armée dans le Rif et l’Oriental. Son marketing politico-religieux est tellement efficace qu’il a réussi à se faire passer pour le messie attendu (المهدي‭ ‬المنتظر Mehdi en arabe). En soutenant cet imposteur à l’ânesse, les Rifains cherchaient en fait Mehdi à 14 heures. Du côté de Tanger, un autre type, Raissouni pour les uns, Raissouli pour les autres, brigand, voleur et pirate barbaresque dans Bled Makhzen ou combattant, héros et chérif dans Bled Siba… (Cela dépend des médias de l’époque !), prétend lui aussi descendre de Mahomet.

C’est fou ce que Hassan et Hussein, les deux petits-fils du Prophète, ont engendré comme chérifs ! Raissouli/Raissouni a fondé un gang près de Tanger pour kidnapper les Nazaréens, dont un américain d’origine grecque: Perdicaris. Il réclama 70 K$ à Roosevelt !  En pleine période électorale, Roosevelt sauta sur l’occasion pour se faire mousser, décida de profiter politiquement de la situation et envoya ses marines au Maroc pour forcer la main au jeune sultan Abdelaziz, avec la fameuse déclaration « I want Perdicaris alive or Raisuli dead ! ». En 1975, Hollywood a financé un film « The Wind and the Lion » qui met en scène cette affaire Perdicaris. Le sultan Abdelaziz est interprété à l’écran par Marc Zuber et Raissouni/Raissouli est incarné par Sean Connery, s’il vous plait ! Le compte à rebours s’accélère pour le jeune sultan Abdelaziz : le 19 mars 1907, à Marrakech, Émile Mauchamp, un médecin français, est assassiné par la foule. Dix jours plus tard, « Jnaynar Lotti » prend sa mort comme prétexte pour envahir Oujda depuis l’Algérie.

En mai 1907, les féodaux du sud marocain, dirigés par Glaoui, invitent Abdelhafid, un des frères du sultan Abdelaziz, à Marrakech. Le mois d'août suivant Abdelhafid est proclamé sultan à la place de son petit frère. Le même été 1907, la belliqueuse tribu des Chaouias demande le renvoi des officiers français de la douane, l’arrêt immédiat de la construction du port de Casablanca et la destruction du passage à niveau au-dessus du cimetière de Sidi Belyout. Ils provoquent une émeute à Casablanca en appelant au « jihad » (guerre sainte en arabe) contre les « Nssara » (Nazaréens). Des cheminots européens sont tués.

La France bombarde et occupe Casa Port. En septembre, Abdelaziz arrive à Rabat en provenance de Fès et s'efforce d'obtenir le soutien des puissances européennes contre son grand frère Abdelhafid. De la France, il accepta le grand cordon de la Légion d'honneur et fut plus tard autorisé à négocier un emprunt. Cela a été considéré comme un penchant pour le christianisme et a suscité une nouvelle opposition à son règne.  Le sultan Abdelaziz a par la suite mené une vie sociale très active. (A suivre)

Les plus lus
CANETON FOUINEURLe Covid fait le plein du vide...

Le domaine de la recherche médicale est-il devenu une science inexacte? On est tenté de le croire vu les...

La rédaction
29/5/2020
CANETON FOUINEURLes Chats Confinés (Une fable du Chat Rouge) / Le dîner des Co-Labos

Le Chat Rouge se souvient d’une époque sans éthique où il collaborait avec les firmes pharmaceutiques pour...

La rédaction
13/6/2020
CANETON FOUINEURVol retour au-dessus d’un beau ratage

C’est la délivrance pour des milliers de Marocains piégés depuis le mois de mars à l’étranger. Un communiqué...

Ahmed Zoubaïr
9/7/2020
CANETON FOUINEURLes call centers du Maroc réclament leur part du gâteau du Fonds spécial Covid-19/Une rapacité sans appel

Toute honte bue, les pontes de la Relation Client ont revendiqué une prime sur l’exploitation de leurs télétravailleurs...

Jamil Manar
18/6/2020
CANETON FOUINEURCeux qui soignent bien leur business...

C’est une aubaine inespérée pour les activités médicales directement corrélées au Covid-19 comme les cliniciens...

Jamil Manar
5/11/2020
CANETON FOUINEURCes secteurs que le coronavirus étrangle…

Selon le ministère de l’Emploi, quelque 113.000 entreprises nationales ont déclaré un arrêt temporaire de travail depuis le 15 mars en ...

La rédaction
10/4/2020
CANETON FOUINEUROppo c'est du pipeau ?

Temple du commerce, de la contrebande comme de la contrefaçon, la Joutia de Derb Ghallef est au centre d’une drôle...

La rédaction
5/11/2020
CANETON FOUINEURMasques alternatifs : Le filon en or des textiliens marocains

Ces fichus grand public, subventionnés par le Fonds spécial Covid-19, sont en plus introuvables, chers et de mauvaise qualité. Cherchez ...

La rédaction
8/4/2020