Khouribga, une ville française... (62)

Beurgeois gentlemen
18/11/2021 15:20
Khouribga, une ville française... (62)

Nous célébrons le centenaire de la ville de Khouribga et de l’OCP, l’Office Chérifien des Phosphates ‘‘Loufisse’’ voulu par Lyautey. ‘‘Jnaynar Lotti’’, comme le nommaient les Ouled Abdoun, en signant le décret du 27 janvier 1920, était le seul à être conscient du caractère exceptionnel de ce ‘‘Loufisse’’. En confiant l'exploration et l'exploitation de l’OCP au seul ‘‘Magasin’’ (ma5zen), Lyautey a ainsi évité la rapacité du secteur privé. Dès juin 1921, la première cargaison de phosphates est transportée à bord du train de Boujniba vers le port de Casablanca. Le gisement des Ouled Abdoun à Boujniba, dans les environs de la future ville de Khouribga, est le premier à être exploité. « Jnaynar Lotti » était un visionnaire et avait vu juste car en Algérie c’étaient des privés qui exploitaient les mines de phosphates. En 1924, les « Rajlines Ka7lines » (les Pieds Noirs) ont senti que « Loufisse » pourrait bien les submerger. Comme aujourd’hui la mafia militaire qui gère depuis 60 ans cette ancienne colonie turque puis française, ils avaient déjà un « nif » (Nez en arabe, égo en français) énorme qui les empêchait de voir la réalité en face. Les Rajlines Kahlines considéraient que l'industrie phosphatière nord-africaine était d’abord née, « za3ma », vous le savez, en Algérie. Sauf qu'il a fallu aux Pieds Noirs, faute de moyens de transports par chemin de fer, 28 ans pour passer d'une extraction de 50 à 500 mille tonnes ! De l’autre côté, en Tunisie, il a suffi de 14 ans pour faire passer sa production de 65 mille à 2 millions de tonnes. L'extraction tunisienne venue après celle des Rajlines Ka7lines sur le marché n'a cependant pas gêné les colons algériens, parce qu'elle a procédé progressivement, prenant sa place au fur et à mesure que la base des clients s'élargissait.

En revanche, à l’époque, il y a donc un siècle (1924-2021), c’est atavique, le Maroc empêchait déjà les Rajlines Ka7lines de dormir. Vu les investissements de Lyautey, qui se proposait d'exporter promptement des quantités massives, les colons algériens craignaient de se faire piquer leur clientèle. Car « Loufisse » parlait d'une production de 4 millions de tonnes à bref délai, soit plus que l'ensemble de la consommation européenne des années trente. Quelle place resterait-t-il sur le marché zéropéen pour les phosphates algériens et tunisiens, évincés par les phosphates marocains ? Les colons qui avaient investi dans le secteur pour engranger rapidement des dividendes faisaient face à une industrie d'Etat créée par Lyautey à l'aide de capitaux fournis par les contribuables français, qui n’avait pas le même souci de rentabilité immédiate. En tout cas, dans les années trente, il est fort agréable de constater que les riches phosphates des Ouled Abdoun refoulaient déjà d'heureuse façon les phosphates américains. Ceci dit, que les colons algériens s'inquiètent de l'avenir et cherchent une formule d'assurance, rien de plus juste et de plus naturel. En 1924, ces colons sont restés simplement des mineurs se contentant de vendre leurs produits aux industriels chargés de les transformer. Comme, un siècle plus tard, leurs descendants, l’actuelle mafia militaire, qui gère un simple tube digestif qui vend ses gaz pour importer sa nourriture et continuer à produire des gaz pestilentiels ad vitam æternam en faisant du chantage à l’Espagne et au Maroc. En coupant un des gazoducs qui alimentent l’Espagne, ils se réjouissent de faire greloter de froid l’Ibère cet hiver. Heureusement l’Ibère est froid et pas sanguin comme son cousin marocain.  En 1924, ils ne pouvaient pas faire concurrence à « Loufisse » qui avait ses propres usines. A une certaine époque, les Rajlines Ka7lines ont rêvé de vendre directement aux agriculteurs zéropéens des phosphates moulus naturels ou des phosphates concentrés par des procédés brevetés. Mais, pour les premiers, ils se sont heurtés à des différences considérables de solubilité dans le sol et pour les seconds, les prix de revient ne permettaient pas d'en généraliser l'emploi. (A suivre)

Les plus lus
CANETON FOUINEURLe Prix Jean Jaurès de la Paix pour le Roi Mohammed VI

Le Roi Mohammed VI est le lauréat 2021 du Prix Jean Jaurès de la Paix. Il s’agit d’une distinction décernée à l’occasion de la journée...

La rédaction
23/9/2021
CANETON FOUINEURAgadir, le logo de la colère

Agadir avait besoin d’une identité visuelle mais pas celle qui lui a été infligée par les autorités de la ville...

La rédaction
24/9/2020
CANETON FOUINEURLe Maroc à vau-l’eau

Les coupures d’eau ça n’arrive pas qu’aux autres. Depuis quelques jours, l’eau ne coule plus 24 heures sur 24 dans...

Ahmed Zoubaïr
8/10/2020
CANETON FOUINEURL'homme qui fait le plein en douce...

Abdelaziz Rabbah transmet à la justice les dossiers des stations-service impliquées dans la vente de carburants...

Ahmed Zoubaïr
28/1/2021
CANETON FOUINEURRéforme du système de santé : Mode d’emploi

Le Maroc est un grand pays. Les Marocains sont des citoyens valeureux et pacifiques. Les moyens humains et matériels...

Dr Saad Agoumi
10/5/2021
CANETON FOUINEURBienvenue à Clandestins Airlines

C’est un scénario digne des grandes productions hollywoodiennes. Un groupe de jeunes passagers marocains a réussi à pénétrer dans...

La rédaction
10/11/2021
CANETON FOUINEUROffensive finlandaise au Maroc

Dans le cadre de sa nouvelle stratégie Afrique, la Finlande, d’habitude discrète au Maroc, a annoncé sa volonté...

La rédaction
13/5/2021
CANETON FOUINEURCe poison délicieux nommé mortadelle...

Bien des citoyens se délectent sans trop essayer de savoir ce qu’il y a dedans du fameux « cacher» qui sert à...

Jamil Manar
18/11/2020