Grande et louable résolution de Aziz Akhannouch. A mi-mandat, le Premier ministre sonne la mobilisation pour faire baisser le taux de chômage qui ne cesse de grimper. Sans expliquer pour autant ni le mode opératoire ni les moyens qu’il compte mobiliser pour  y parvenir. Or,  la tâche est titanesque au vu des derniers chiffres, jugés alarmants,  sur la situation de l’emploi. Le taux de chômage au sens HCP est passé ainsi de 11,8% à 13% à l’échelle nationale ( de 15,8% à 16,8% en milieu urbain et de 5,2% à 6,3% dans le monde rural). Ce qui correspond  à  un total de 1. 580.000 chômeurs, chiffre contesté par l’exécutif qui invoque un décalage considérable  avec le volume des inscrits à la CNSS. Une critique que le HCP, qui gagnerait par ailleurs à affiner ses enquêtes en livrant le nombre de demandeurs d’emplois, qui font une démarche active pour en trouver, balaie d’un revers de la main.
Mais la polémique habituelle sur les chiffres du chômage, qui revient comme une litanie depuis des années,  ne saurait escamoter ce constat lancinant :   l’économie nationale n’est pas suffisamment dynamique pour créer des emplois en nombre suffisants. Pire encore, il en détruit maintenant, principalement  dans  le secteur agricole en raison du stress hydrique comme le révèlent les récentes statistiques du HCP.  Une sonnette d’alarme de plus dans une conjoncture qui commence à devenir anxiogène. Comme le phénomène du chômage  est endémique dans ce pays, il est illusoire de croire qu’il se règle par une baguette magique. Et puis, un gouvernement ne crée pas l’emploi qui  ne se décrète pas non plus. Ce dernier  se construit sur  le long cours, dans le cadre d'un travail de longue haleine,  par des politiques sérieuses collant à la réalité du terrain, intégrant,  en synergie avec  toutes les parties prenantes, un certain nombre de paramètres: une formation de qualité,  l'attractivité des territoires, l'orientation de l’investissement national vers les secteurs porteurs, la diversification de l’économie et la réforme du code du travail.

Les décideurs doivent plancher sérieusement sur une politique capable de promouvoir le plein-emploi, sûr et durable, qu'il convient de chercher  davantage dans les secteurs à fort potentiel d’activité que sont le tourisme et l’industrie.

Ce sont ces leviers qu’il faut en même temps actionner en inscrivant les efforts dans une vision intégrée impliquant les départements ministériels concernés et les régions. Cette coordination  est déterminante pour éviter par exemple le grand paradoxe de l’investissement public qui malgré son importance ne fait décoller l’emploi ni le taux de croissance. Un cas parmi tant d’autres et qui mérite d’être décortiqué par les décideurs : Comment se fait-il  par exemple que l’autoroute Berrechid-Beni-Mellal, qui a nécessité un effort étatique colossal, n’a pas contribué en termes de création d’emplois  et de de richesse  au décollage de cette région qui regorge pourtant d’énormes  potentialités touristiques et agricoles ? On l’aurait su si le gouvernement s’était  réuni avec les représentants de l’administration du territoire et du conseil régional pour définir ensemble une feuille de route incluant les projets porteurs, les plans de formation, d’investissement et d’embauche… Cette absence de vision transversale est caractéristique de bien des territoires minés par le chômage et l’exclusion  alors qu’ils sont gorgés d’atouts précieux  qui  ne demandent qu’à être valorisés. Or, l’attractivité d’une région ( cadre de vie et disponibilités de certaines aménités essentielles …) et sa capacité à attirer de l’activité  sont a priori conditionnées  par ce principe de transversalité auquel bien des décideurs préfèrent le confort des effets d’annonce... On ne décrète pas l’emploi depuis les bureaux aseptisés  ministériels à Rabat  ou à coups de tableaux mirifiques sur power point. Encore moins en se contentant de l’ANAPEC devenue depuis quelque temps   un bureau de placement de la main d’œuvre qualifiée  à l’étranger faute d'opportunités d’embauche à l’échelle locale... Au crédit du  gouvernement Akhannouch ( qui, il faut le reconnaître, a été confronté à une conjoncture nationale et internationale  très contraignante), le lancement, au sortir de  la crise sanitaire, du programme Awrach à grand renfort de subventions publiques, qui a permis de créer des milliers d’emplois précaires aux quatre coins du pays. Mais  ce n’est pas suffisant. Les décideurs doivent plancher sérieusement  sur une politique capable de promouvoir le plein-emploi, sûr et durable,  qu'il convient de chercher  davantage dans les secteurs à fort potentiel d’activité que  sont le tourisme et l’industrie. Il faut cesser de croire que le pays règlera le problème de l’oisiveté des jeunes par la seule grâce de l’auto-entreprenariat.  Encourager l’initiative privée c’est bien, la soutenir à grande échelle c’est encore mieux. L’objectif étant de veiller à ce que le droit à l’occupation professionnelle soit garanti pour tous.

Les plus lus
CONFUS DE CANARDUne attractivité à soigner

Certaines voix au Maroc continuent à s’émouvoir de la signature le 25 mars dernier d’un accord d’octroi des visas Schengen entre le consulat général de France à Rabat et le Conseil national de l’ordre des médecins (CNOM)...

Abdellah Chankou
17.4.2024 23:02
CONFUS DE CANARDLa face obscure des réseaux sociaux

Un gramme d’information dans une tonne de désinformation ! Sans grande exagération, on est dans cet ordre de grandeur avec les réseaux sociaux noyés de plus en plus dans un flot continu de fake news...

Abdellah Chankou
10.4.2024 1:14
CONFUS DE CANARDMendicité sans frontières

Ils sont partout et en grand nombre. Aux abords des mosquées et pâtisseries, à la sortie des magasins et marchés, envahissant carrefours, feux rouges, ou simplement la voie publique...

Abdellah Chankou
28.3.2024 1:23
CONFUS DE CANARDDécalage des saisons

Le climat de ce mois de mars est inhabituel, ressemblant étrangement à celui de l’automne et de l’hiver. Ce n’est pas un temps printanier marqué habituellement par quelques jours de pluie fine. Cette situation exprime clairement...

Abdellah Chankou
13.3.2024 23:58