Quelle lecture politique donner à l’autonomisation des coordinations syndicales dans la crise sans précédent traversée par l’école publique ? Ce phénomène qui n’a rien d’un fait conjoncturel est au contraire symptomatique  d’une profonde défiance envers le syndicalisme traditionnel déjà frappé de discrédit. Tout porte à croire que nous sommes devant une lame de fond qui pourrait installer de nouveaux rapports de force  sociaux. Visiblement, les référents d'hier ne sont plus ceux d'aujourd'hui.
« Les syndicats  les plus représentatifs», comme ils sont présentés dans le jargon officiel, ont beau se réunir autour de la grève des enseignants et arriver à des accords pour y mettre fin, ils ne sont pas entendus par la corporation qu’ils sont censés encadrer et représenter. Ceux qui devaient être en classe sont descendus dans la rue, multipliant sit in et démonstrations de force avec force slogans pendant que des millions d’élèves, otages d’un bras de fer dangereux, sont privés de cours et d’apprentissage.
Un pied de nez  aux syndicats qui ont fait étalage de leur impuissance face à ce mouvement social qui s’est durci au fil des  jours, obligeant le gouvernement à céder en gelant le statut unifié de la discorde et à revaloriser les salaires et les indemnités des grévistes.

Plusieurs facteurs se sont  certainement conjugués pour aboutir à une telle tension sociale, née de la  perte de confiance du corps enseignants à la fois dans les syndicats classiques et le gouvernement.


En termes clairs, cela signifie que l’UMT, UGTM et autres FDT, doublés par  des coordinations unies dans le rejet de leurs centrales, n’ont plus la main sur le dossier de l’enseignement avec tout  ce que cela implique comme perte d’influence et de représentativité.  Ce n’est pas juste une déduction , c’est une réalité qui a éclaté au grand jour à l’occasion de cette crise sans précédent et  que le pouvoir doit bien analyser pour  réajuster le tir et agir rapidement en conséquence. Le  grand risque qui guette en effet  l’exécutif c’est que   le « coup » des coordinations n’inspire d’autres corporations  où couve depuis des années  un fort mécontentement social  et n'entraîne dans son sillage un effet de contamination susceptible de faire éclater de nouveaux conflits sociaux. Grosse alerte. La paix sociale, qui a un coût et pas de prix, ne semble jamais être  aussi menacée. Plusieurs facteurs se sont  certainement conjugués pour aboutir à une telle tension sociale, née de la  perte de confiance du corps enseignants  à la fois dans les syndicats classiques et le gouvernement. Le coup de Jarnac des coordinations syndicales va au-delà du statut unifié dont bien des dispositions ont cristallisé la colère des grévistes et leur détermination. Il intervient dans un contexte particulier  marqué par l’érosion inquiétante du pouvoir d’achat de la population (couches démunies et classe moyenne) du fait de la vie de plus en plus chère induite par une inflation galopante que les décideurs, faute de mesures appropriées, n’ont pas su juguler.
A  cela il convient d’ajouter  le creusement continu des inégalités sociales et de revenu, le cumul des frustrations sociales, le sentiment que les syndicats sont devenus plus proches des centres de décision politique que  de leurs troupes sur fond de flambée des pratiques clientélistes et népotiques. Sans oublier les transformations sociales, économiques et numériques qui sont en train de bousculer l’ordre établi depuis des décennies. Ce qui pourrait, à travers la grève  des enseignants et leur détermination à obtenir  gain de cause, préfigurer un phénomène de désintermédiation, qui n’est pas à sous-estimer. L’affaiblissement et la perte de crédibilité  des corps intermédiaires que sont les  acteurs  syndicaux et les partis politiques ainsi que le début de leur contournement doivent interroger profondément les pouvoirs publics.
Assailli de toutes parts par de multiples défis en interne, le Maroc est au milieu du gué. En plus de la nécessité impérieuse  de rénover l'action partisane et le combat syndical, il est urgent de réinventer le dialogue social. Mais avec quels partenaires face à l’obsolescence programmée de la classe politique et du monde syndical ?

Les plus lus
CONFUS DE CANARDL'emploi ne se décrète pas...

Grande et louable résolution de Aziz Akhannouch. A mi-mandat, le Premier ministre sonne la mobilisation pour faire baisser le taux de chômage qui ne cesse de grimper. Sans expliquer pour autant ni le mode opératoire ni les moyens...

Abdellah Chankou
22.2.2024 0:04
CONFUS DE CANARDÉconomie du siphonage

Premier pourvoyeur d’emplois du Maroc (plus de 40 % de la population vivant du travail de la terre), l’agriculture nationale génère 14 % du PIB. Avec cette particularité contraignante que le taux de croissance du pays...

Abdellah Chankou
14.2.2024 23:45
CONFUS DE CANARDLes non-dits de l'identité genre...

« Être Français en 2024, c’est dans un pays qui, il y a dix ans seulement, se déchirait encore sur le mariage pour tous, pouvoir être Premier ministre en assumant ouvertement son homosexualité», a déclaré sans rougir le jeune...

Abdellah Chankou
7.2.2024 23:28
CONFUS DE CANARDTaux de prédation en forte croissance

Il ne manquait plus que l’Italie pour déclarer sa flamme à l’Afrique. C’est désormais chose faite après l’organisation du 28 au 29 janvier à Rome par la présidente du conseil italien Giorgia Meloni d’un sommet Afrique-Italie...

Abdellah Chankou
31.1.2024 23:28