Lorem ipsum dolor sit amet, consectetur adipiscing elit. Suspendisse varius enim in eros elementum tristique. Duis cursus, mi quis viverra ornare, eros dolor interdum nulla, ut commodo diam libero vitae erat. Aenean faucibus nibh et justo cursus id rutrum lorem imperdiet. Nunc ut sem vitae risus tristique posuere.

D'envergure mondiale, la crise sanitaire née du Covid-19 considérée comme une pandémie mercredi 11 mars par l'OMS continue de perturber le transport aérien à mesure que ce fléau gagne du terrain et touche de nouveaux pays. Ce qui a fait clouer au sol les appareils de nombreuses compagnies à travers le monde et entraîné pour certaines d'entre elles une vague de licenciements du personnel. Le Maroc n'est pas en reste. Durement affectée par les annulations des voyages de la Omra,  la suspension de la ligne Casablanca-Pékin puis de ses vols depuis et vers l'Italie jusqu'à début avril, la RAM se trouve en ce moment dans une zone de turbulence que son management espère traverser sans trop de dégâts. Un avion qui ne vole pas c'est un manque à gagner de quelques millions de dirhams par jour a fortiori lorsqu'il s'agit de plusieurs qui sont cloués au sol.  En attendant une éclaircie dans le ciel mondial, la compagnie a décidé de se serrer la ceinture…de sécurité en suspendant son programme d'investissements surtout que le compteur des charges, lui, continue à tourner : salaires du personnel, leasing des avions, etc… Pour atténuer l'impact de cette baisse contrainte de trafic sur ses ressources, le transporteur national compte sur un soutien du gouvernement. Or, celui-ci tarde à annoncer des mesures d'appui des secteurs touchés dont fait partie celui de l'événementiel qui sont confrontés du fait du coronavirus à de grosses difficultés de trésorerie et au spectre des licenciements… Pour le moment, seule est traitée la dimension sanitaire avec la communication et les communiqués des services du ministère de tutelle sur l'évolution du virus. Ce qui reste insuffisant. Les contrecoups économiques de la pandémie risquent de s'aggraver si l'exécutif ne prend pas rapidement les devants pour accompagner les entreprises asphyxiées…. 

Les plus lus