Karim Zaz.

Lorem ipsum dolor sit amet, consectetur adipiscing elit. Suspendisse varius enim in eros elementum tristique. Duis cursus, mi quis viverra ornare, eros dolor interdum nulla, ut commodo diam libero vitae erat. Aenean faucibus nibh et justo cursus id rutrum lorem imperdiet. Nunc ut sem vitae risus tristique posuere.

«Vente des équipements télécoms obsolètes-CDMA». L’avis d’appel d’offres publié dans le journal l’Économiste (14 novembre) par Wana Corporate fait sourire tout en vous faisant revenir dans un passé pas si lointain que ça. La technologie CDMA marque les premiers pas de la fameuse Wana, devenue Inwi. Troisième opérateur télécom du Maroc, lancé en mars 2007, Inwi a pris le relais pour effacer justement les déboires sonnants et trébuchant de la filiale de l’ex-ONA (devenu SNI puis Al Mada), dirigée alors par un certain Karim Zaz, qui passera plus tard par la case prison pour une sombre histoire de détournements et de trafic d’appels internationaux. Alors qu’il a promis à ses employeurs de faire de Wana une entreprise prospère, M. Zaz ne réussira à n’en faire qu’un gouffre financier qui a plombé considérablement les comptes d’exploitation de la maison-mère. Tenu responsable du désastre Inwi, Saad Bendidi, patron d’ONA à l’époque, sera limogé en 2008 par le Conseil d’administration.

En cause, cette technologie CDMA dont la mobilité est restreinte (pas plus de 35 km à la ronde).  Ce n’est évidemment pas avec un tel dispositif de fabrication chinoise qui ne cherche pas très loin que Wana pouvait concurrencer Maroc Telecom ou l’ex-Méditel devenu Orange dotés déjà de la 3G… Au moment de son acquisition par Karim Zaz pour le lancement d’Inwi, le CDMA était déjà obsolète…

Les plus lus