Abdeslam Seddiki
5/11/2020 20:45
Abdeslam Seddiki : Economiste, ancien ministre de l'Emploi et des affaires sociales.

Lorem ipsum dolor sit amet, consectetur adipiscing elit. Suspendisse varius enim in eros elementum tristique. Duis cursus, mi quis viverra ornare, eros dolor interdum nulla, ut commodo diam libero vitae erat. Aenean faucibus nibh et justo cursus id rutrum lorem imperdiet. Nunc ut sem vitae risus tristique posuere.

Le PLF 2021  est en discussion au sein de la Commission des Finances avant son examen en plénière.  C’est le projet de loi qui suscite le plus d’intérêt et de débat. C’est à travers la loi de finances  que le gouvernement affiche ses intentions et décide de ce qu’il compte faire au cours de l’année budgétaire, voire au-delà si on tient compte  de la programmation triennale. Ce débat ne doit pas se limiter  entre les parlementaires et le gouvernement ou entre parlementaires de la majorité et ceux de l’opposition.  Il gagnerait  à être ouvert aux différents participants en dehors de l’enceinte parlementaire tant il est vrai que les questions soulevées intéressent  notre vécu quotidien.  Certes, il faut être un tant soit peu avisé pour pénétrer dans les dédales des techniques fiscales et budgétaires, outillé pour procéder au questionnement des données, à leur interprétation, à les  faire parler  en leur donnant un contenu concret. C’est dans cet esprit que  nous abordons dans le présent article deux problématiques  qui nous paraissent  fondamentales à savoir l’investissement public et les postes budgétaires.

Concernant l’investissement public,  au sens large, il est estimé à un niveau jamais atteint auparavant à savoir  230 MM DH, ce qui représente 20% du PIB. Cet investissement est ventilé comme suit : 85,1 MM DH proviennent du BGE et des CST,  45 MM DH du Fonds Mohamed VI pour l’investissement,  81,1 des EEP et 18 MM DH des collectivités territoriales. Ces chiffres, pris dans l’absolu et tels qu’ils sont présentés,  ne peuvent que susciter  de l’admiration.  Qui oserait  contester le fait que l’Etat réalise un tel effort d’investissement qui  équivaudrait  pratiquement  le double de l’investissement privé sachant que la moyenne de l’investissement global (FBCF) oscille autour de 32% ? Seuls les nostalgiques du libéralisme pur et dur crieraient au scandale !! Mais quand on analyse de  près les chiffres en les décortiquant, ils se réduiraient à des proportions plus modérées.  

Tout d’abord, il s’agit de prévisions, et comme telles, elles restent  tributaires des incertitudes et des aléas. Les dépenses dépendent des recettes générées été mobilisées et celles-ci dépendent à leur tour d’une série de variable à la fois endogènes et exogènes.  Or, quand on sait qu’en période normale, le taux de réalisation des investissements projetés  dépasse  rarement 60%, que dire d’une année pleine d’incertitudes et ouverte sur toutes les éventualités. Sur cette base,  et sans jouer à Madame Soleil, l’investissement public ne dépasserait pas 140 MM DH, soit à peine 13% du PIB. Ensuite,  même  en  nous inscrivant dans une hypothèse optimiste en retenant un taux de réalisation le plus élevé qui soit, il faut observer que l’année 2021 est une année de rattrapage des retards enregistrés au cours de l’année 2020. L’on sait en effet que la crise sanitaire et le confinement qui s’en est suivi ont mis pratiquement à l’arrêt une série de chantiers publics. On devrait s’attendre pour l’année en cours à des résultats très modestes notamment pour les  EEP et les  collectivités territoriales. Par ailleurs, en mettant de côté le  Fonds Mohamed VI pour l’investissement, l’investissement public se ramènerait à 185 MM DH, soit un niveau proche de  celui de 2020 (182 MM) et inférieur à celui de 2019 (195 MM). A noter également que les dépenses d’investissement inscrites au BGE, de l’ordre de 77, 2 MM DH comportent 28,3 MM de charges communes dont une partie est transférée au secteur privé. De tels transferts ne feraient-ils pas l’objet d’un double comptage ? La question mérite d’être posée.

Les mêmes interrogations surgissent en analysant les postes budgétaires et l’évolution des fonctionnaires civiles. En effet,  le document sur les ressources humaines accompagnant le PLF nous donne des indications qu’il convient de passer au peigne fin. Ainsi, entre 2010 et 2020, on assiste à une baisse du nombre de fonctionnaires par rapport à la population totale. Alors que la population totale a enregistré au cours de cette période décennale  une augmentation de 1,11 %,   l’effectif budgétaire ne s’est accru en moyenne annuelle que de 0,14 % à peine, totalisant 251616  postes budgétaires.   Il en découle que le nombre de fonctionnaires civils  est passé de  560500 en 2010, soit  1,74 pour 100 habitants à 568150 en 2020, soit 1,58 pour 100 habitants.  Cette détérioration du niveau d’encadrement de la population  n’épargne aucun secteur et aucune administration, sans compter la répartition inégale des fonctionnaires par région. Par conséquent, il n’y a pas lieu de se targuer des efforts accomplis en matière de postes budgétaires, d’autant plus que les départs à la retraite représentent en moyenne plus de 70  % des nouveaux recrutements.  La qualité du service public en a beaucoup pâti aussi bien au niveau de la sécurité, que de l’éducation et de la santé. Il n’y a pratiquement pas un seul secteur qui ne souffre d’un manque de personnel. D’ailleurs, un simple benchmarking  avec certains  pays nous montre l’ampleur de ce déficit en ressources humaines.

Si le Maroc, comme on l’a vu, compte 1,58 fonctionnaires pour 100 habitants, l’Algérie en compte 5, la Tunisie 5,8 et la France, plus de 8…C’est dire tout l’effort qui reste à faire au lieu de rester prisonnier du dogme de la « masse salariale ».  Il ne faut surtout pas chercher les problèmes là où ils n’existent pas. En procédant au dégraissage aveugle de   la fonction publique, on prive le pays de moyens nécessaires pour développer les secteurs vitaux comme l’éducation et la santé   qui sont, faut-il le rappeler,  sources de productivité et de création de richesse.  A vrai dire,  notre problème c’est celui de la croissance et non de la pléthore des fonctionnaires comme on cherche à l’accréditer. Il est temps de briser ce cercle vicieux tout en procédant,  en parallèle,  à une réforme de fond de la fonction publique.

Les plus lus