Mustafa Al-Ramid

Lorem ipsum dolor sit amet, consectetur adipiscing elit. Suspendisse varius enim in eros elementum tristique. Duis cursus, mi quis viverra ornare, eros dolor interdum nulla, ut commodo diam libero vitae erat. Aenean faucibus nibh et justo cursus id rutrum lorem imperdiet. Nunc ut sem vitae risus tristique posuere.

Le ministre Mustafa Al-Ramid est au centre d’un grand scandale qui commence à secouer les réseaux sociaux depuis mardi 16 juin. Le ministre d’État chargé des Droits de l’homme et des Relations avec le Parlement n’aurait jamais déclaré à la CNSS la secrétaire ayant officié dans son cabinet d’avocat au quartier 2 mars à Casablanca. Selon une source proche du dossier, Jamila Bachar, décédée récemment, a servi loyalement l’avocat islamiste pendant près d’un quart de siècles sans jamais bénéficier de ses droits sociaux que lui garantit la loi. Le pot-aux-roses aurait été découvert après la mort de Mme Bachar et les tentatives du ministre PJD d’étouffer le scandale en achetant le silence de sa mère par la promesse d’un pèlerinage.

Or, un communiqué de la famille lu sur Facebook par le frère de la défunte viendra aussitôt démentir cette grave information en attaquant la sincérité de l’enregistrement, ayant révélé les agissements du dirigeant islamiste, supposé émaner d’un membre de l’entourage familial de la défunte. La sortie des proches est censée mettre fin à cette histoire tout de même troublante qui aurait été donc montée de toutes pièces pour nuire à ce membre du gouvernement. Un coup du Makhzen ?

Pour le moment, le principal concerné, M. Al-Ramid, n’a pas réagi publiquement à cette affaire mystérieuse pour donner sa version des faits. Il lui appartient en tout cas d’apporter la preuve qu’il s’agit de fausses allégations. Affaire à suivre.

Les plus lus