Albert Bourl, PDG de Pfizer.

Lorem ipsum dolor sit amet, consectetur adipiscing elit. Suspendisse varius enim in eros elementum tristique. Duis cursus, mi quis viverra ornare, eros dolor interdum nulla, ut commodo diam libero vitae erat. Aenean faucibus nibh et justo cursus id rutrum lorem imperdiet. Nunc ut sem vitae risus tristique posuere.

C'est une concomitance pour le moins troublante révélée par de nombreux médias américains mercredi 12 novembre : le PDG de Pfizer Albert Bourla a liquidé deux jours plus tôt pour 5,6 millions de dollars d'actions du laboratoire américain. Soit le même jour où le groupe pharmaceutique annonçait de bons résultats préliminaires sur l'efficacité de son vaccin contre le Covid-19. Selon un document déposé auprès des autorités boursières américaines, Albert Bourla a vendu 132 508 titres au prix de 41,94 dollars à Wall Street, ce qui équivaut à près de 5,6 millions de dollars (4,8 millions d'euros). En guise de piqûre de rappel, Reuters a indiqué que ce dernier a empoché l'an dernier un joli pactole: 17,9 millions de dollars sous forme de rémunérations directes du laboratoire. Le même jour, Sally Susman, la vice-présidente des laboratoires, a à son tour cédé des actions et vendu 43 662 titres, pour la rondelette somme de 1,8 million de dollars (1,5 million d'euros). Big Pharma se soucie bien de la santé. Mais cela dépend de quelle santé et de qui ?

Les plus lus