Zelensky pris au piège...

L’Ukraine le réclame avec insistance, ses alliés, divisés comme d’habitude, hésitent. Faut-il permettre à l’armée ukrainienne de frapper

L’Ukraine le réclame avec insistance, ses alliés, divisés comme d’habitude,  hésitent. Faut-il permettre à l’armée ukrainienne de frapper le territoire russe avec des armes fournies par les Occidentaux ? Emmanuel Macron a relancé le débat en affirmant, mardi 28 mai, que Kiev devrait pouvoir « neutraliser » les bases militaires d’où la Russie tire ses missiles. « On doit leur permettre de neutraliser les sites militaires d’où sont tirés les missiles (…), les sites militaires depuis lesquels l’Ukraine est agressée », a déclaré le chef de l’État français lors d’une conférence de presse aux côtés du chancelier  Olaf Scholz près de Berlin. Pour le patron de l’Otan Jens Stoltenberg qui quitte son poste en juillet prochain, Kiev « a le droit de se défendre » et a donc « le droit de frapper des objectifs militaires légitimes en dehors de l’Ukraine ». Réagissant aux propos de Jens Stoltenberg, la cheffe du gouvernement italien Giorigia Meloni a réitéré, dimanche 26 mai, son désaccord avec  l’utilisation d’armes fournies par son pays pour frapper le sol russe. « Je ne sais pas pourquoi M. Stoltenberg a dit une chose pareille, je pense qu’il faut être très prudent », a-t-elle expliqué. Le vice-ministre polonais de la défense Cezary Tomczyk a déclaré mercredi que l’Ukraine voisine était libre d’utiliser à sa guise les armes fournies par la Pologne, exhortant les autres pays occidentaux à lever les restrictions sur l’usage de leurs armements. Si nombre de pays européens sont favorables à l’option de frappes ukrainiennes en territoire russe, les États-Unis, principal soutien militaire de Kiev, sont contre. « Notre position n’a pas changé à ce stade. Nous n’encourageons ni ne permettons l’utilisation d’armes fournies par les États-Unis pour frapper le sol russe », a déclaré John Kirby, porte-parole du Conseil de sécurité nationale.  Là où l’on voit les limites de la guerre dévastatrice  par procuration  où s’est fourvoyé  Volodymyr Zelensky avec les encouragements de l’Occident qui lui lie les mains en l'empêchant de se défendre . La grande crainte occidentale étant de ne  pas énerver l’ours russe qui menace sans cesse de recourir à l’arme nucléaire.

Les plus lus