Xi Jinping (Reuters).

La Chine va mettre en place des politiques pour stimuler son taux de natalité, a déclaré dimanche le président Xi Jinping, alors que les...

La Chine va mettre en place des politiques pour stimuler son taux de natalité, a déclaré dimanche le président Xi Jinping, alors que les responsables politiques s'inquiètent d'un déclin imminent de la population chinoise qui pourrait nuire à la deuxième économie mondiale.

« Nous allons mettre en place un système de politiques pour stimuler les taux de natalité et poursuivre une stratégie nationale proactive en réponse au vieillissement de la population », a déclaré Xi Jinping à quelque 2 300 délégués dans un discours ouvrant le Congrès du Parti communiste, qui se tient une fois tous les cinq ans à Pékin.

Bien que la Chine compte 1,4 milliard d'habitants, soit le plus grand nombre au monde, ses naissances devraient tomber à un niveau record cette année, selon les démographes, passant sous la barre des 10 millions de bébés par rapport aux 10,6 millions de l'an dernier - déjà en baisse de 11,5 % par rapport à 2020. Les autorités ont imposé une politique de l'enfant unique de 1980 à 2015, passant ensuite à une politique de trois enfants, reconnaissant que la nation est au bord d'un ralentissement démographique. Son taux de fécondité de 1,16 en 2021 était inférieur à la norme de 2,1 de l'OCDE pour une population stable et parmi les plus bas du monde. Au cours de l'année écoulée, les autorités ont introduit des mesures telles que des déductions fiscales, un congé de maternité plus long, une assurance médicale améliorée, des subventions au logement, des fonds supplémentaires pour un troisième enfant et une répression des cours particuliers coûteux. Pourtant, le désir des femmes chinoises d'avoir des enfants est le plus faible du monde, selon une enquête publiée en février par le groupe de réflexion YuWa Population Research. Les démographes estiment que les mesures prises jusqu'à présent ne sont pas suffisantes. Ils citent les coûts élevés de l'éducation, les bas salaires et les heures de travail notoirement longues comme des problèmes qui doivent encore être abordés, ainsi que les politiques COVID-19 et les préoccupations liées à la croissance économique.

Les plus lus