Manifestation à Washington, le 14 mai 2022. (Xinhua/Liu Jie).

Les arrêts spectaculaires rendus successivement par la Cour suprême des États-Unis, qui ont « avorté » le droit à l'avortement dans...

Les arrêts spectaculaires rendus successivement par la Cour suprême des États-Unis, qui ont « avorté » le droit à l'avortement dans tout le pays et élargi les droits des détenteurs d'armes à feu, illustrent la volonté de la majorité conservatrice élargie de ce temps de justice d'affirmer avec audace son pouvoir.

Dans les deux cas, les juges conservateurs ont livré des victoires longtemps attendues par les militants de droite. Lesquels n’ont jamais cessé de décrier l'arrêt « Roe v. Wade de 1973 », qui a légalisé l'avortement dans l’ensemble du territoire américain, ni d’estimer que la Cour a été lente à élargir les droits des détenteurs d'armes.

La cour, de plus en plus débridée, est de plus en plus disposée à se saisir de questions litigieuses et à les trancher de manière décisive depuis que l'ajout en 2020 d’un troisième juge nommé par l'ancien président Donald Trump, Amy Coney Barrett, a donné à la plus haute instance judiciaire du pays une majorité conservatrice de 6-3.

La nomination de ce faucon a changé la dynamique de la Cour en marginalisant le juge en chef John Roberts, ce qui a permis à son bloc conservateur de réunir les cinq voix nécessaires pour statuer sur des affaires sans lui. Roberts est considéré comme un conservateur plus progressiste.

Barrett et les deux autres personnes nommées par Trump, Neil Gorsuch et Brett Kavanaugh, étaient majoritaires dans la prise de décision sur les armes à feu jeudi 23 juin (Voir article sur cette même page) et dans la décision sur l'avortement le lendemain vendredi. Cette majorité conservatrice qui pourrait perdurer pendant des années, voire des décennies, a manifesté son intérêt pour d'autres changements importants de la loi. La Cour s'est saisie d'une affaire qui sera débattue lors de sa prochaine session, qui commence en octobre, et qui pourrait mettre fin aux politiques universitaires tenant compte de la race dans l'admission des étudiants, qui ont été utilisées pour promouvoir la diversité sur les campus. La fin de ces politiques de discrimination positive est un autre objectif convoité par les conservateurs.

Carolyn Shapiro, professeure au Chicago-Kent College of Law, s'inquiète du fait que la majorité conservatrice ne soit pas en phase avec le peuple américain. Mme Shapiro a fait remarquer que M. Trump a pu procéder à trois nominations bien qu'il n'ait pas remporté le vote populaire lors des élections de 2016 et que les sénateurs républicains ont fait passer les nominations par des votes à majorité écrasante. « La composition de la cour a historiquement été plus saine lorsqu'elle reflétait plus étroitement la composition et les opinions du peuple américain», a déclaré cette ancienne assistante juridique du juge libéral Stephen Breyer.

Les sondages Reuters/Ipsos indiquent qu'une majorité d'Américains soutient le droit à l'avortement et pense que la facilité d'accès aux armes à feu est une raison pour laquelle il y a beaucoup de fusillades de masse. « La Cour fait des choses qui, selon moi, sont dangereuses pour le pays, dangereuses pour le droit des individus, dangereuses pour la démocratie et dangereuses pour le maintien de sa légitimité », a ajouté M. Shapiro. Avant la mort du juge conservateur Antonin Scalia en 2016 et l'ajout subséquent des personnes nommées par Trump, la cour avait été plus prudente dans ces décisions.

Les plus lus