On les avait un peu oubliées ces attaques des rebelles houthis contre les installations pétrolières saoudiennes...

On les avait un peu oubliées ces attaques des rebelles houthis contre les installations pétrolières saoudiennes. Mais cette période de transition américaine très mouvementée où le président Trump à d’autres chats à fouetter est une occasion inespérée pour les rebelles yéménites de rappeler au monde qu’ils sont toujours là.

L'attaque a été déjouée par les Saoudiens mais elle a quand même déclenché un incendie près d'un centre de distribution de pétrole d'Aramco sur la côte de la mer Rouge, a déclaré un responsable du ministère de l'énergie. Les forces de sécurité saoudiennes ont intercepté et détruit deux bateaux sans équipage remplis d'explosifs que les rebelles houthis utilisaient pour cibler une grande raffinerie et un terminal dans la province de Jizan, au sud de l'Arabie Saoudite, a déclaré le fonctionnaire à l'agence de presse saoudienne.

La tentative d'attaque a eu lieu mercredi 11 novembre en fin de journée près d'une plate-forme de déchargement et a provoqué l'incendie des tuyaux flottants qui déchargent le pétrole, selon le fonctionnaire, qui a déclaré que l'incendie avait été maîtrisé et n'avait fait aucun blessé. Le haut fonctionnaire saoudien a condamné l'attaque la qualifiant d’une menace pour les routes maritimes commerciales près du détroit vital de Bab Al Mandeb au large des côtes du Yémen, qui est utilisé par les navires transportant du pétrole du Golfe vers l'Europe, ainsi que des marchandises de l'Asie vers l'Europe.

Auparavant, les rebelles houthis soutenues par l’Iran avaient envoyé à plusieurs reprises des drones et tiré des missiles sur des installations pétrolières, des aéroports et des villes d'Arabie Saoudite depuis que le royaume a lancé une coalition militaire pour soutenir le gouvernement du Yémen, reconnu internationalement, au début de l'année 2015. La coalition dirigée par les Saoudiens a déclaré vendredi 13 novembre qu'elle avait intercepté et détruit cinq drones chargés d'explosifs lancés vers l'Arabie saoudite par les rebelles la veille jeudi.

En septembre 2019, des attaques de drones et de missiles revendiquées par les Houthis ont frappé deux installations pétrolières clés en Arabie saoudite, interrompant environ la moitié des approvisionnements du plus grand exportateur de pétrole au monde. L'Arabie saoudite et les États-Unis ont accusé l'Iran d'être responsable de ces attaques, ce dernier ayant nié toute implication. Les Houthis ont envahi la capitale du Yémen et une grande partie du nord en 2014, poussant le gouvernement à l'exil. La guerre dans le pays le plus pauvre du monde arabe a tué plus de 100 000 personnes, poussé des millions d'autres au bord de la famine et précipité ce que l'ONU appelle la pire crise humanitaire au monde.

Les plus lus