Turquie : Un second tour avec l’extrême droite comme faiseur de roi

Erdogan bien parti pour succéder à lui-même.

Sinan Ogan, le candidat nationaliste à l’élection présidentielle turque, arrivé en troisième position dimanche, a déclaré qu’il ne pourrait soutenir le principal candidat de l’opposition, Kemal Kilicdaroglu, au second tour que si ce dernier acceptait de ne faire aucune concession à un parti pro-kurde. M. Ogan a obtenu 5,2 % au premier tour de l’élection présidentielle de dimanche, se présentant comme un faiseur de roi potentiel après le second tour du 28 mai. Le président Tayyip Erdogan, qui est arrivé en tête avec 49,5 % des voix, et M. Kilicdaroglu, qui a obtenu quelque 45 % des suffrages, participeront au second tour. « Nous consulterons notre base électorale pour prendre une décision concernant le second tour. Mais nous avons déjà dit clairement que la lutte contre le terrorisme et le renvoi des réfugiés étaient nos lignes rouges », a déclaré M. Ogan, qui a obtenu 5,2 % des voix, lors d’une interview accordée à Reuters lundi. M. Ogan, 55 ans, ancien universitaire, a participé au premier tour de l’élection présidentielle en tant que candidat de l’ATA, une alliance de partis ultranationalistes turcs dirigée par le Parti de la Victoire, connu pour ses positions anti-immigration. M. Ogan a déclaré que son objectif était d’éliminer les deux partis principalement kurdes de «l’équation politique » de la Turquie et de soutenir les nationalistes et les laïques turcs. Le parti pro-kurde HDP a soutenu M. Kilicdaroglu lors de cette élection présidentielle, tandis que le parti islamo-kurde Hüda-Par (Le Parti de la cause libre) soutient M. Erdogan.

Dernières Actualités
Les plus lus
miraouir
Abdellatif Miraoui, ministre de l’Enseignement supérieur : La migration de nos médecins est un cancer
Zarro
Marchica Med devant la justice : Une lagune et des lacunes
chankou site
Mauvaise gouvernance dans toute sa splendeur
Jordan-Bardella
Le cancre le plus illustre de France...