Moncef Belkhayat
Laïla Lamrani
13.12.2023 21:48

Une équipe a été reçue  par Moncef Belkhayat qui sur sa demande, a voulu s’exprimer sur les dessous de sa fièvre acheteuse de petites boites françaises en difficulté.

Vous avez multiplié ces derniers temps les prises de participations et les acquisitions d’entreprises en difficulté à l’international comme les Français Chocolatier Carré Suisse et Cultures de France…
Depuis que j’ai été viré de la politique, je suis devenu trop boulimique au point que j’ai envie de bouffer tout ce qui bouge, notamment  à l’étranger. Une maladie incurable, paraît-il.

La  boulimie n’explique pas tout. Vous connaissez certainement des arrière-pensées…
En fait, je vise la bourse. D’où l’organisation de notre enseigne familiale H&S en quatre pôles d’activités :  industrie,  pharmaceutique, médias et communication et immobilier. En 2024 Dislog sera cotée en bourse  tandis que  2027 verra l’entrée de notre pôle logistique Building Logistics. Pour lever des fonds,  récolter et engranger du cash, il faut rendre la mariée plus belle.

C’est ce que vous êtes en train de faire en rachetant  des boîtes à l’étranger ?
Absolument. Plus je diversifie mon portefeuille avec des enseignes étrangères même  si elles ne sont pas au top de leur forme, plus j’augmente mes chances de toucher le jackpot avec un prix d’introduction plus élevé. Un dicton bien de chez nous dit «  pour vendre il faut soigner la décoration ou les apparences».

Ce sont des artifices et des tours de passe-passe…  
Mais ce n’est pas donné à n’importe qui  d’être astucieux et roublard. C’est une culture qui ne s’enseigne pas dans les grandes écoles de commerce. Soit on l’a, soit on ne l’a pas. Les futurs porteurs, surtout les gros institutionnels,  seront heureux de mettre leurs billes dans un groupe national intégré qui compte des entreprises étrangères dans son cabas.

Comment arrivez-vous à financer toutes ces acquisitions  qui coûtent quand même  bonbon?
En inscrivant le respect de l’environnement dans notre blabla d’entreprise que résume les trois lettres : ESG ( Environnement social, gouvernance). Cela nous permet d’accéder à des financements européens facilitant par  notre implantation sur le  territoire français et donc de l’UE.

Une fois vos affaires en bourse, quelle est la prochaine étape ?
La cession de mes parts. Je suis un Moulay Hafid en puissance. Un petit rapace en devenir.  Je rêve de fourguer mes actions  à un partenaire zigoto étranger et palper  au moins un milliard d’euros. Vendre du vent c’est tout un art.

Les plus lus