CANETON FOUINEUR

L’IGF pointe les dérives d’un marché public

Le ministère de la Justice au banc des accusés
Ahmed Zoubaïr
11/2/2021 1:50
Mohamed Benabdelkader, ministre de la Justice.

Un rapport de l’IGF, qui a fuité récemment dans les médias, épingle le ministère de la Justice sur un appel d’offre...

Un rapport de l’IGF, qui a fuité récemment dans les médias, épingle le ministère de la Justice sur un appel d’offres relatif à des achats de mobilier et d’articles de décoration dont les prix ont été jugés gonflés...

Le ministère de la Justice est au banc des accusés. Un rapport de l’Inspection générale des finances (IGF), dont les enquêtes n’ont pas l’habitude de se retrouver dans les médias, a récemment mystérieusement fuité. Le contenu de ce rapport  révèle les montants jugés gonflés de quelques acquisitions de mobilier de bureau, appareils électroménagers  et  objets de décoration sous les mandats de trois ministres de tutelle : l’actuel locataire Mohamed Benabdelkader  et ses deux  prédécesseurs Mohamed Aujjar (avril 2017- octobre 2019) et Mustapha Ramid (janvier 2012-avril 2017). Une table de réunion modulable de 1260 x 180 cm en « bois rouvre et cuir demi-fleur de haute qualité » payée 758.000 DH ; cinq poubelles de 144 litres en aluminium à 6012 DH pièce et 22 réfrigérateurs de marque LG à 15.000 DH l’exemplaire, 20 téléviseurs Samsung 55 pouces achetés à 22.000 DH l’unité ou encore deux  oliviers décoratifs à 36.000 DH pièce. Dans leurs observations, les enquêteurs ont marqué leur étonnement en rapportant que le prix des arbres qui ornent, par exemple, les allées du ministère en question, des palmiers Washingtonia, de 5 mètres, coûtent en moyenne 6.240 DH l’unité. Mais c’est connu, l’arbre cache parfois la forêt…

Défense

Selon les limiers de l’IGF, le prix d’achat de ces produits se situe au-dessus de celui du marché, ce qui laisse entendre qu’il y a eu surfacturation des acquisitions en question qui est par ailleurs une pratique courante dans les marchés publics. Les enquêteurs ont souligné avoir demandé aux services du ministère mis en cause « un référentiel des prix » relatif au cahier des charges, ou une liste «d’entreprises qui ont proposé ces prix », mais leur requête  a buté,  ajoutent-ils,  sur le silence des responsables. Tel n’est pas l’avis du département dirigé par Mohamed Benabdelkader qui a expliqué dans un communiqué que le rapport de l’IGF « ne relève aucun manquement au respect du principe de concurrence», dans les transactions conclues dans le cadre de l’appel d’offres visiblement sujet à caution. Dans sa réaction, le ministère de la Justice affirme avoir « bien répondu aux observations émises par le rapport provisoire de l’IGF » qui ont été « intégrées dans le rapport définitif ». Pour le département de la Justice, « plusieurs sociétés ont répondu à l’appel d’offres et aucune plainte n’a été déposée à ce sujet », selon un écrit de la direction de l’Équipement et de la gestion du patrimoine du ministère. Pour l’achat de la table de réunion, le ministère de la Justice explique que « son prix d’achat a été le moins coûteux par rapport aux autres offres reçues par le ministère ». Se sentant visé, l’ex-ministre de la Justice Mustapha Ramid, s’est empressé cette fois-ci,  de briser  le silence  via un communiqué publié sur le site officiel  du parti où il a qualifié les révélations de l’IGF de « diffamatoires », menaçant de poursuites judiciaires le site qui les a publiés. L’Association marocaine de protection des biens publics (AMPBM) s’est saisie du dossier en adressant une correspondance au président du ministère public, Mohamed Abdennabaoui, où elle lui a demandé l’ouverture d’une enquête judiciaire. Objectif : faire la lumière sur ce qui dégage les relents de « soupçons de dilapidations » et de « détournements » de fonds publics. Dans un procès où l’avocat principal est Mustapha Ramid ?

Les plus lus
CANETON FOUINEURDes minotiers pris la main dans le sac...

L’affaire du fameux trafic de blé subventionné sera bientôt instruite par la justice. Un rapport circonstancié établi par l’inspection...

La rédaction
17/12/2020
CANETON FOUINEURChronique d’une sortie politique cafouilleuse

En suspendant à la dernière minute l’enseignement présentiel dans certaines villes comme Casablanca, l’exécutif...

Ahmed Zoubaïr
10/9/2020
CANETON FOUINEURCoronavirus : Quelle ampleur, quelle issue ?

Quelques semaines suffisent-elles vraiment pour espérer un retour à la normale ou faudrait-il attendre plusieurs mois avant la fin du ...

Ahmed Zoubaïr
3/4/2020
CANETON FOUINEURLa mafia foncière frappe à Settat

Vivant en France, les Saïd sont victimes d’une opération de spoliation de leur terrain agricole situé à Settat, orchestrée par...

24/12/2020