Lorem ipsum dolor sit amet, consectetur adipiscing elit. Suspendisse varius enim in eros elementum tristique. Duis cursus, mi quis viverra ornare, eros dolor interdum nulla, ut commodo diam libero vitae erat. Aenean faucibus nibh et justo cursus id rutrum lorem imperdiet. Nunc ut sem vitae risus tristique posuere.

Le tribunal de première instance d’Ain Sebaâ à Casablanca a rendu, mardi 6 octobre, son verdict dans l’affaire du trafic des bavettes contrefaites, dans laquelle sont poursuivies 12 personnes dont le fils de l’avocat Mohamed Ziane ainsi que celui de son collègue Abdelaziz Nouidi, considérés comme les cerveaux de cette escroquerie.

La cour a condamné Nasreddine Ziane à 3 ans de prison ferme assortis d’une amende de 30.000 DH tandis que son complice Nabil Nouidi a écopé de 10 mois d’emprisonnement et une amende de 10.000 DH. Les peines dont ont écopé les autres coaccusés oscillent entre 8 mois et 5 ans.

Le 15 avril dernier, le procureur du roi près le tribunal d’Aïn Sebaa à Casablanca avait ordonné que les deux mis en cause, en plus de 10 autres accusés, soient placés en détention à la prison d'Oukacha, pour fraude, contrefaçon de marque et distribution illégale de masques de protection. Cette affaire a éclaté lorsqu’une clinique du cheveu (spécialisée dans les implants capillaires) établie à Marrakech a porté plainte contre le fils Ziane et ses supposés complices en se disant victime de la part d’un réseau criminel d’une escroquerie sous forme de masques de contrefaçon qui lui auraient été vendus au même prix que ceux d’origine made in USA.

Les deux principaux accusés ont protesté de leur innocence soutenue par la défense qui a produit deux documents officiels troublants. L’un émanant de ministère de la Santé attestant que la plaignante, la clinique du cheveu, ne possède pas d’autorisation d’exercer la médecine. Ce que le Conseil régional de l’Ordre national des médecins de Marrakech-Safi confirme dans une correspondance datée du 21 septembre. De là à penser que le fils Ziane a payé pour les prises de position tonitruantes de son avocat de père… En tout cas, cette affaire est tirée par les cheveux…

Les plus lus